Projet Chaise-Dieu : les habitants dépossédés de leur patrimoine ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Projet Chaise-Dieu : les habitants dépossédés de leur patrimoine ?

Date : 14/03/2019 | Mise à jour : 09/07/2019 10:58
Partager

Pour désamorcer la grogne qui s’élève des rues de La Chaise-Dieu, la première d’une série de réunions publiques avec les habitants a eu lieu ce vendredi 15 mars. Interview.

Mi-juillet 2019, un nouveau site touristique d’envergure nationale ouvrira ses portes en Haute-Loire. L’ensemble abbatial de La Chaise-Dieu, après de longues années de travaux, accueillera une diversité de publics. Les visiteurs viendront admirer sa beauté architecturale mais aussi ses fameuses 14 tapisseries flamandes du XVIe siècle (classées Trésor national par le ministère de la Culture). Leur réhabilitation, ainsi que celle des bâtiments, ont constitué l’un des plus grands chantiers de restauration de ce début du XXIe siècle en France.

> Lire aussi : Retour des tapisseries flamandes à La Chaise-Dieu

Après des années d’attente et de désagréments liés aux travaux, certains habitants se sentent dépossédés de leur patrimoine puisque les tapisseries, comme le cloître, ne seront plus en accès public. « On n’est plus chez nous », témoigne Sylène Salsé, présidente de l'association d'animation cantonale (Adac) : « Le cloître était pour nous un lieu de passage, comme une route, l’école s’en servait de cour de récréation, quand mon mari était enfant il y jouait au foot. » Quand une grille a été installée, cela a été un choc : « Ça fait prison, on a fait circuler une photo disant que c’était Fleury Mérogis ici ! Faut pas exagérer, on est à La Chaise-Dieu. Je sais qu’ils ont des consignes de sécurité pour le risque attentat sur un site religieux – et je n’ai pas toutes les données sécurité – mais un étranger est vite repéré ici ».

Quant aux tapisseries, les Casadéens y sont très attachés. « Elles étaient au-dessus de nos têtes à chaque messe », se souvient Sylène Salsé. D’ailleurs si elles ont résisté aux aléas de l’histoire de France pendant 500 ans c’est aussi parce qu’elles ont été protégées par les Casadéens qui les ont cachées (pendant les guerres de religion, la Révolution française...). Mais elles étaient dans un tel état de délabrement qu’il fallait agir. Elles étaient déformées par des siècles de suspension verticale, ankylosées par la poussière. Jusqu’à 5kg de poussière ont été retirés de certaines.

D’autre part, Sylène Salsé ne voit, pour l’instant, pas de retombées pour les habitants. « Certaines salles sont désormais réservées au Syndicat mixte, on n’y a plus accès et nous, associations, on nous laisse que des lieux exigus au 2ème étage alors qu’il faut parfois porter des charges lourdes. »

Désertification des campagnes

C’est toute la question de la désertification des campagnes que la présidente de l'association d'animation cantonale soulève. Faute d’offre de restauration suffisante, « des vendeurs de saucisses merguez viennent pendant le festival ». Les vacanciers se font rares d’après elle : « Le foyer de ski de fond a fermé ; il n’y a plus autant de neige qu’avant ». Et de regretter la présence estivale des rescapés de la seconde Guerre mondiale il y a quelques années : « Des familles juives ont été cachées à La Chaise-Dieu, par exemple la grand-mère du journaliste Pierre Lescure, des années après leurs enfants venaient passer les étés ici, mais la nouvelle génération n’a pas poursuivi. »

Coordonné par le Syndicat Mixte de La Chaise-Dieu, à la fois maître d’ouvrages de travaux, gestionnaire du site et organisateur d’événements culturels, le « Projet Chaise-Dieu » désigne l’ensemble du projet de réhabilitation et de mise en valeur de l’ensemble abbatial. Il associe le Département, l'Agglomération du Puy-en-Velay, la municipalité, ou encore l’Association « Festival de La Chaise-Dieu », organisatrice du festival d’été et d’autres événements musicaux.

Pour répondre aux inquiétudes des Casadéens, une série de rencontres est organisée avec les habitants. La première réunion publique a eu lieu ce vendredi 15 mars à l'auditorium.

Stéphanie Lachal est la directrice du Syndicat mixte depuis l’été 2018. Cette architecte auvergnate, spécialisée en rénovation et commande publique, nous a accordé une longue interview en amont.

Zoomdici :  Que répondez-vous aux habitants qui disent en substance « On nous a volé nos tapisseries » ?



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : Y a-t-il une « gabegie » de dépenses publiques autour du projet ? Les mesures de sécurité anti-terroriste sont-elles vraiment nécessaires ? Certains Casadéens se sentent dépossédés du pouvoir décisionnel autour des tapisseries. Ils pensent que le président du Département, Jean-Pierre Marcon, impose sa volonté et que même le maire du La Chaise-Dieu, André Brivadis, n’aurait qu’un avis consultatif.

 

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Se démarquer d’une image de culture élitiste

Le parcours de l’abbaye se veut grand public. Le Projet Chaise-Dieu (qui sera renommé) cible des publics très variés comme les enfants notamment.

Zoomdici : Ces vieilles pierres et vieilles tapisseries vont-elles vraiment intéresser les enfants ? Vous qualifiez les tapisseries d’ancêtres de la BD...



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : Une visite tout public donc. En revanche, question accessibilité pour les personnes handicapées, ce n’est pas le top.



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : La capacité d’hébergement de La Chaise-Dieu fait débat avec très peu d’hôtels ouverts à l’année. Comment fait-on pour accueillir du monde ?



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : Quelle facilité d’accès offre le site ? L’A75 a dévié du trafic routier puisque La Chaise-Dieu se trouvait sur l’ancienne nationale 106 Paris-Aubenas via Vichy. Les habitants s’en souviennent comme de l’heure de gloire du village-étape avec quatre grands hôtels jusqu’à une trentaine d’années en arrière. De nos jours, les usagers de l’A75 ne s’arrêtent pas forcément à La Chaise-Dieu.



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : Vous demandez aux Casadéens de jouer le jeu et d’accueillir les visiteurs de bonne grâce. Combien de visiteurs attendez-vous ?



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : L’été dernier, les deux tapisseries dites « exogènes » (commandées à titre privé en plus des 12 qui forment un ensemble) ont été exposées. C’était une mise en bouche de ce qui attend les visiteurs l’été prochain. Quel a été l’accueil du public pour cette expo de « préfiguration » ?



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Zoomdici : Certains habitants ont regretté que l’inauguration de la préfiguration se soit faite uniquement en présence des « huiles », sans être invités.

Ils ne voient pas non plus pourquoi tant de précautions sont prises en termes de sécurité, notamment anti-terrorisme.



(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Les institutionnels découvriront l’exposition en avant-première pour l’inauguration le jeudi 11 juillet. Il est question de faire visiter le parcours aux professionnels du tourisme locaux le vendredi 12 juillet (ceux-ci auront découvert les lieux dès le printemps mais encore en chantier) mais aussi aux Casadéens.
Ensuite, ouverture au grand public le week-end des 13-14 juillet avec une inauguration dédiée. La date et l’heure exactes seront annoncées ce vendredi lors de la réunion publique avec les Casadéens. Car il a fallu trouver un moment propice alors que le Tour de France de Saint-Etienne à Brioude passera par La Chaise-Dieu (pas dans le centre-bourg) le 14 juillet.

Annabel Walker


Crédits photos :
Simulations 3D : images Magnier / Scandella
Vues aériennes : Drone Evasion


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteL le 15 mars 2019 - 19h33
le prestige du conseil départemental : ils ont jeté leur dévolu sur la chaise dieu : allez savoir = un peu d'animation élitiste une semaine par an ; et durant les 51 autres semaines ils font quoi pour la chaise dieu = RIEN

Signaler un abus

img_journalisteJG le 15 mars 2019 - 14h45
Vu ce que coûte au Département (et à nous contribuables non Casadéens), La Chaise Dieu, sa rénovation, son entretien, son animation, son festival, etc, on peut comprendre que ce soitt MARCON qui décide et accapare un peu. Mais on comprend aussi le sentiment de frustration et d'exclusion des habitants. Il faut trouver un équilibre, en particulier que les usagers puissent continuer à traverser par le cloître

Signaler un abus

img_journalistem le 15 mars 2019 - 13h27
Dépossédés ! Un chantier de 22 millions d euros payé par les contribuables altiligeriens...tout cela pour satisfaire un président de département ( l ancien) , pour un village où 'les corbeaux passent sur le dos , où les commerces sont fermés une grande partie de l année.. . Et bien moi je pense que les depossédés ce sont les contribuables , car avec tout cet argent on aurait pu beaucoup d autres choses.

Signaler un abus