Poutès et le saumon : les résultats devraient être visibles d'ici 5 ans sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Poutès et le saumon : les résultats devraient être visibles d'ici 5 ans

Date : 09/12/2019 | Mise à jour : 09/12/2019 15:04
Partager

Suite à notre dernière chronique d'opinion Veine verte intitulée L'Adieu au saumon du 29 novembre 2019, la Fédération de Pêche et de Protection Du milieu Aquatique de Haute-Loire a tenu à réagir car, pour elle, la réalité est beaucoup plus optimiste.

"La Fédération de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique de Haute-Loire souhaite apporter une autre version avec d’autres données et d’autres arguments plus objectifs et surtout plus optimistes.
S’il est vrai que la situation de la population du saumon atlantique n’est pas brillante, l’avenir devrait offrir de nouvelles perspectives à court ou moyen terme. Tous les acteurs sont impliqués dans ce dossier notamment les collectivités piscicoles avec en tête notre Fédération sans oublier l’APS  (association protectrice du saumon).

En premier lieu, les travaux de réhabilitation du barrage de Poutès vont offrir dès cette année un accès aux meilleures zones de frayères en amont de Poutès. Des poissons ont été observés vers Langogne cet automne. Malheureusement la crue importante de fin novembre a certainement impactée la fraie de nos grands saumons et aussi des truites sur l’axe Allier (et aussi sur l’ensemble du département). Ce phénomène naturel est indépendant de l’activité humaine.

Autre point positif, des mesures de repeuplements ont été prises dès 2019 en amont du barrage de Poutès, sur les meilleures zones de grossissements et les résultats devraient être visibles dans 3 à 5 ans. Du fait de l’évolution de la gestion printanière du barrage de Poutès, le temps de passage au niveau de cet ouvrage pour la dévalaison est passé d’une vingtaine de jours à quelques heures !

Concernant les espèces brochet et perche sur l’Allier qui seraient à l’origine d’une hécatombe d’alevins de saumons, cela s’apparente plus à une blague, ces espèces étant peu présentes sur la partie amont de l’Allier. Il est fort probable que la prédation sur les jeunes saumons vienne plus des prédateurs avec entre autres le cormoran, espèce piscivore, que nous combattons avec les moyens dont nous disposons. Un quota bien faible de 200 cormorans est régulé sur l’axe Allier, chaque année du 15 novembre à fin février.

Concernant les dépôts sédimentaires liés aux travaux sur le barrage de Poutès en 2019, c’est malheureusement bien vrai. Tout en sachant qu’un suivi de ses matières en suspensions et la qualité physico chimique a été réalisé et que les valeurs sont restées en-dessous des seuils autorisés. Cette fois-ci la crue de novembre aura été bénéfique en diluant ces matières déposées sur les zones les plus lentiques.

Concernant les facteurs impactant le saumon atlantique, il est vrai qu’ils sont nombreux et qu’il faut travailler sur tous les fronts. Notre objectif à court terme est bien de restaurer une population de saumons atlantiques viables avec des niveaux de populations satisfaisants. Ce poisson emblématique était et peut redevenir un atout de développement sur notre territoire. La réouverture de la pêche du saumon sur l’axe Allier est portée par nos Fédérations, évidemment  sous certaines conditions.
Le développement du tourisme halieutique est bien une volonté et une réalité qui nous guident conformément à nos statuts qui détermine deux axes principaux : la promotion du loisir pêche et la protection du milieu aquatique."

Rappelons que les chroniques Veine verte sont des tribunes d'opinion qui n'ont pas vocation à représenter l'avis de la rédaction.


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistepp le 9 décembre 2019 - 16h25
Si Poutès avait été arasé à la hauteur initialement prévue , et non à celle réalisée le saumon remonterait bien plus aisément .Mais ... certains ont préféré entendre les arguments financiers plutôt que participer à la renaissance d'une rivière .

Signaler un abus