Ouverture du procès du père Régis Peyrard à Saint-Étienne sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Ouverture du procès du père Régis Peyrard à Saint-Étienne

Date : 20/11/2018 | Mise à jour : 20/11/2018 07:03
Partager

Ciblé par de nombreuses accusations d'agressions sexuelles sur mineurs aujourd'hui prescrites, l'ancien prêtre Régis Peyrard, 85 ans, doit finalement répondre ce mardi à Saint-Etienne d'agressions sexuelles commises sur un seul enfant dans les années 1990.

Cet ancien aumônier d'un lycée de Montbrison, qui a accompli toute sa carrière ecclésiastique au sein du même diocèse, est suspecté d'avoir notamment profité de sa fonction d'organisateur de camps de vacances d'été à Peisey-Nancroix (Savoie) pendant de nombreuses années, pour abuser de jeunes garçons. La plainte qui l'a finalement mené devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne concerne "un chef d'entreprise de la région stéphanoise, aujourd'hui âgé de 38 ans". Ses plaintes déposées en 2000 et 2001 avaient été classées sans suite avant d'être déposées à nouveau et retenues à la lumière d'éléments nouveaux en 2017, a précisé à l'AFP l'avocat de la victime présumée Me Jean Sannier. Cet homme, qui affirme avoir été victime du prêtre alors qu'il avait 11 et 12 ans, "est la seule victime non-prescrite au terme de la loi, parmi les innombrables jeunes garçons, enfants et adolescents, qui ont eu la malchance de croiser la route du père Peyrard", a ajouté l'avocat. Le parquet de Saint-Etienne, qui estime à plusieurs dizaines le nombre des victimes de M. Peyrard, a indiqué à l'AFP en avoir "fait citer cinq comme témoins au procès".

Au début des années 2000, l'ancien prêtre avait avoué à sa hiérarchie avoir commis des abus sexuels sur des mineurs entre les années 1980 et 1990. Mais les dizaines de plaintes et signalements transmis à l'Eglise et à la justice n'avaient pu jusqu'ici déboucher sur des poursuites car ils étaient prescrits. Certaines agressions ont été révélées sur le site de mise en contact de victimes d'abus sexuels, coabuse.fr, créé en juin 2016.

L'évêque du diocèse de Saint-Etienne, Mgr Sylvain Bataille, avait annoncé à la presse en juillet 2017 que ce prêtre avait été "relevé de son ministère depuis 2000, parallèlement au signalement à la justice" d'agressions sexuelles de mineurs. "Le prêtre en question (...) reconnaît et regrette profondément ses gestes (...) qui ont été dénoncés au fil du temps", déclarait alors l'évêque.

 
Partager

Vous aimerez aussi