Nouvelle occupation illégale de migrants à Saint-Etienne sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Nouvelle occupation illégale de migrants à Saint-Etienne

Date : 07/05/2019 | Mise à jour : 07/05/2019 07:58
Partager

Plusieurs dizaines de familles de migrants se sont installées début mai dans l’ancienne Poste de Solaure.

Ce bâtiment désaffecté doit être démoli. En attendant, des migrants expulsés de la Bourse du travail et de l’université Jean Monnet au mois d’avril s’y sont installés avec le soutien d’associations humanitaires. Certains avaient trouvé refuge dans l’ancienne piscine de La Talaudière, mais cette dernière est désormais saturée. La Ville de Saint-Etienne a fait constater l’occupation illégale de cette ancienne Poste par huissier et une nouvelle expulsion est redoutée par les occupants...

Les associations assument leurs actes

« Le nombre de personnes ayant trouvé refuge à la Talaudière avait atteint les soixante à la fin du mois d’avril : cette promiscuité a fini par rendre la vie collective difficile », peut-on lire dans un communiqué du Collectif des occupant.e.s de la Bourse qui explique la décision de « réquisitionner » la Poste de Solaure. Un collectif qui continue « d’appeler toutes les personnes, collectifs et associations qui se sentiraient concernées par le sort de ces familles et individus à venir apporter dès aujourd’hui et à tout moment un soutien humain, matériel et financier, afin d’affirmer l’idée que tout le monde, quelle que soit sa situation administrative et sa nationalité a le droit à un logement et une vie décente ».

Les services de l'Etat débordés

De son côté, la Préfecture de la Loire reconnait que « cette période hivernale a surtout été marquée par un fort impact de la demande d’asile dans le département. En effet, les 120 places fléchées pour les demandeurs d’asile ont toutes été occupées dès la fin du mois de janvier. » Et de poursuivre : « Les arrivées de personnes sur le département de la Loire ayant perduré et l’ensemble du dispositif d’hébergement des demandeurs d’asile étant saturé, les dispositifs généralistes (hébergement, accueils de jour, maraudes) ont rapidement été très fortement sollicités. Au 30 avril, malgré le maintien des 120 places exceptionnelles spécifiques, le dispositif d’hébergement est toujours saturé et ne permet pas l’hébergement de personnes supplémentaires ».

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteS le 7 mai 2019 - 20h43
A anonyme 07/05 11h51 : de quels appartements parlez-vous ?

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 7 mai 2019 - 18h27
Foutez moi tout ça dehors ! Marre ! Marre ! La France déborde de migrants de tous les côtés, on va s'arrêter quand ? Et ces associations qui prolifèrent avec des aides publiques, coupons leur les vivres et faisons payer le coût de l'immigration massive à leurs responsables !

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 7 mai 2019 - 11h51
Ne serait-il pas possible de loger ces gens de manière convenable dans l'un des nombreux appart libre à Saint-Etienne ? Leur donner une chance si ils n'ont pas d'antécédents avec la justice ?

Signaler un abus