Mondial/Ecran géant : Saint-Etienne dans l'attente d'une décision du ministère sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Mondial/Ecran géant : Saint-Etienne dans l'attente d'une décision du ministère

Date : 12/07/2018 | Mise à jour : 12/07/2018 17:58
Partager

Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, affirme avoir fait une demande pour un écran géant de 60 m2 place Jaurès pour la finale du la Coupe du monde. Le préfet déclarait n’avoir reçu aucune demande… mais une réunion s'est tenue ce jeudi après-midi.

Le préfet de la Loire déclarait à 12h30 dans un communiqué : être «très étonné de la polémique qui semble se développer sur les réseaux sociaux, dans la mesure où aucune demande de création de fan zone ou d’installation d’écran géant sur la place Jean Jaurès n’a été adressée à la préfecture ».

Or, si Gaël Perdriau ne voulait pas de fan zone sur le parc François Mitterrand comme pour l’Euro 2016 « afin de privilégier les restaurants et les bars du centre-ville stéphanois », il a indiqué à la presse ce jeudi matin avoir fait une demande pour l’installation d’un écran géant place Jean Jaurès. Le courrier est parti ce 12 juillet... Et de prendre l’exemple de Lyon où un écran géant sera installé place Bellecour sans avoir l’obligation d’installer une fan zone très restrictive en terme d’accès et de sécurité…

Dans l'attente de l'accord du ministre de l'Intérieur

Ce jeudi en fin de journée, on apprenait qu’une réunion s’était tenue dans l’après-midi à la préfecture de la Loire, entre les services municipaux et ceux de l'Etat. La Ville de Saint-Etienne aurait « répondu favorablement à toutes les demandes de l'Etat en matière de sécurité ». Reste la question qui doit être tranchée par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, d'accorder à Saint-Etienne, « comme cela a été fait hier très rapidement en fin d'après-midi, pour la ville de Lyon dont il a été le maire, des renforts de police nationale avec des unités de force mobile (CRS) », souligne un communiqué de la Ville de Saint-Etienne. La ville de Saint-Etienne de son côté réunira vendredi matin l'ensemble des commerçants et restaurateurs de la place Jean-Jaurès, « pour travailler à une parfaite coordination de la gestion de la place Jean-Jaurès durant la journée du 15 juillet. »

Réaction du groupe d'opposition "Nouvelle Gauche":

"En s’entêtant à ne proposer que la Place Jean Jaurès, le Maire s’enferme dans une nouvelle polémique dont il a le secret, prolongation de ce qu’il doit considérer comme un bras de fer avec le Préfet et le Ministre de l’Intérieur, qui ne sert pas les intérêts des Stéphanois amoureux du football. En s’arc-boutant sur une proposition qu’il sait irréaliste au vu des contraintes techniques inhérentes à la morphologie de la place Jean Jaurès, que d’aucun n’oserait comparer à la Place Bellecour en termes de superficie malgré le prisme déformant de notre chauvinisme bien légitime, Gaël Perdriau porte l’entière responsabilité de cet échec qu’il ne veut pas assumer, rejetant la faute sur l’État. En effet, de multiples choix alternatifs s’offraient à lui. Le plus évident aurait sans doute été l’installation d’une fan-zone sur le parc François Mitterrand, comme lors de l’Euro 2016, puisque cette solution présentait le grand avantage ne pas être une nouveauté et que nous sommes certains de sa faisabilité, au regard de l’urgence dans laquelle nous sommes plongés aujourd’hui, faute d’anticipation. D’autre part, le parc Joseph Sanguedolce, qui a accueilli encore récemment des milliers de personnes à l’occasion du Festival Paroles et Musiques, aurait pu également être envisagé, tout comme le stade Geoffroy Guichard, proposé par certains connaisseurs, espace par définition conçu pour recevoir une foule dans les meilleures conditions de sécurité."

Réaction de " La République En Marche Saint-Etienne":

"A trois jours de la finale, le candidat-maire Gaël Perdriau simule, tel Neymar, un nouveau complot pour masquer les nombreuses carences de son équipe municipale. Le ministère de l’Intérieur et le Préfet avaient pourtant fixé dès le mois de mai les conditions qui permettent d’accueillir avec un maximum de sécurité un grand rassemblement populaire. Le manque d’anticipation de l’équipe municipale n’entamera en rien cette grande fête populaire. Ecran géant ou non, les nombreux stéphanois qui ont connu la ferveur populaire de 1998 comptaient bien être là pour partager à nouveau cette joie avec les moins de 20 ans qui pourront dire : « En 2018, j’étais à Saint-Etienne ! »"

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire