Meningitec : que faire si mon enfant a été vacciné avec un lot rappelé ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Meningitec : que faire si mon enfant a été vacciné avec un lot rappelé ?

Date : 25/11/2015 | Mise à jour : 26/11/2015 17:57
Partager

Les premiers plaignants dans l'affaire Meningitec pourront bénéficier d'expertises à partir de janvier. Zoomdici.fr a contacté l'association qui gère la plainte collective des familles pour répondre aux inquiétudes des parents.

Une cinquantaine de parents tenant les doudous de leurs enfants à la main. Ce mardi 24 novembre 2015, au Palais de justice de Clermont-Ferrand, ils représentaient les 580 familles qui ont porté plainte contre le distributeur français du Meningitec, basé à Cournon d'Auvergne.
21 lots du vaccin américain (Nuron Biotech) avaient été rappelés en 2014 pour des seringues défectueuses. Ces familles soupçonnent ces lots d'être la cause de symptômes chroniques chez leurs enfants comme des diarrhées aiguës, de fortes poussées de fièvre, des troubles du sommeil, de l'irritabilité, ou encore des éruptions cutanées. Mais, pour l'heure, aucun lien entre le vaccin et ces symptômes n'a encore été prouvé. C'est tout l'enjeu de ce procès.


Des expertises diligentées

Ce mardi, en deuxième audience civile au tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand, elles ont gagné une première bataille pénale. D'ici fin décembre, cinq ou six collèges d'experts seront diligentés, dans toute la France, à partir de début janvier, pour examiner leurs enfants. 150 dossiers ont été traités ce mardi. Une nouvelle audience est programmée le 26 janvier pour les suivants. Quatre laboratoires étrangers sont également impliqués dans cette affaire mais n’étaient pas représentés ce mardi.


Des cas en Haute-Loire

En Haute-Loire, plusieurs cas nous ont été signalés d'enfants ou adultes vaccinés avec un lot rappelé (ce qui ne signifie pas forcément que ces personnes manifestent des symptômes suspects, en tout cas, à l'heure qu'il est). Nous avons tenté de savoir combien ont été repertoriés au service pharmacologie médicale du CHU de Clermont-Ferrand (04.73.75.18.22 demander l'interne pour vous signaler si c'est votre cas). Mais l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) s'est refusée à tout commentaire en cours de procédure judiciaire.
De son côté, l'Union Nationale Des Associations Citoyennes (Unacs), qui gère la plainte collective, n'a pas encore trié ses données en statistiques géographiques. En revanche, elle certifie que la Haute-Loire est effectivement bien représentée parmi les plaignants.


Plus de 77 300 signatures

Les avocats des familles comptent se porter également parties civiles dans la procédure en cours contre le Méningitec en Italie. Façon de doubler la mise vu leur manque de confiance en la justice française de condamner les puissants lobbies pharmaceutiques.
En France, plus de 77 300 personnes ont signé la pétition en ligne lancée par les familles en octobre pour demander au ministère de la santé d'ouvrir une cellule de crise.


Annabel Walker



  • Questions à Jacques Bessin

Président de l'Union Nationale Des Associations Citoyennes (Unacs) qui gère la plainte collective

Je suis parent, le Méningitec, ça me parle, je crois que mon enfant a été vacciné. Mais comment savoir s'il est concerné ? Et si oui, quelle est la marche à suivre ?



Premier cas de figure : mon enfant montre des symptômes suspects. Que dois-je faire ? Et s'il n'en montre pas jusqu'ici mais que je m'inquiète quant à l'avenir ?



Si mon enfant ne montre pas symptômes aujourd'hui, est-ce bien nécessaire d'entamer des démarches juridiques maintenant ? Ou bien dans 20 ans, si des symptômes apparaissent, sera-t-on encore à temps ?



Vous doutez de la bonne volonté du ministère de la santé pour traiter le sujet. Sa position n'est-elle pas de ne pas enflammer le débat quand on connaît la méfiance grandissante de la population envers les vaccins en général, pour éviter une hystérie générale ?



Qui paiera pour les expertises qui vont être menées à partir de janvier ? Seront-elles au frais des familles ?




Propos recueillis par A.W.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistePC le 29 novembre 2015 - 10h30
Vous tombez et vous cassez un membre, le lien de cause à effet est direct et incontestable. Avec un vaccin, les effets indésirables sont le plus souvent tardifs et le lobby pharmaceutique joue à fond là dessus pour se défausser. Question santé, la meilleure de toutes les préventions est une excellente hygiène de vie tant mentale que physique. Pour le reste, les labos jouent sur un seul critère: faire peur aux gens et après leur vendre du préventif. Mais les vaccins = sujet tabou!

Signaler un abus