Marchés : ''On va s’adapter au fur et à mesure'' sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Marchés : ''On va s’adapter au fur et à mesure''

Date : 21/03/2020 | Mise à jour : 22/03/2020 11:45
Partager

Pour remplacer le marché, depuis ce samedi, quatre producteurs locaux peuvent vendre leurs produits sur quatre places du centre-ville du Puy. Entretien avec l’un d’eux. Hervé Fayet est éleveur de volailles au GAEC Sivertbio de Versilhac à Yssingeaux.

Malgré la mise en place de ce mini marché éparpillé, le commissaire de police du Puy met en garde contre l’effet de convergence vers le centre-ville, avec des ruelles étroites.

Il n’y a pas foule devant le stand de volailles, ce samedi 21 mars, en fin de matinée, place Cadelade au Puy-en-Velay. Et c’est bien que les autorités souhaitent éviter. Mais Hervé Fayet relativise : « Il y a eu une vingtaine de clients jusqu’ici, c’est mieux que rien ! Comme la mairie a annulé le marché jeudi soir, mes volailles étaient déjà abattues pour le prochain marché ; ça aurait été tout dans mon congélateur pour ma propre consommation, à perte. »

Heureusement, ce jeudi en fin d’après-midi, l’éleveur yssingelais a vu dans les média que les exposants du marché pouvaient s’inscrire pour avoir un emplacement isolé. « Ça s’est fait très vite. Et pour le faire savoir, j’ai envoyé des SMS à mes clients réguliers ».

En tout cas, Hervé Fayet est d’accord, le marché comme il s’est tenu samedi dernier ne pouvait pas durer tel quel. « D’autant que beaucoup de gens sont venus s’installer dans leurs maisons secondaires donc si tout le monde se retrouve sur le marché, imaginez la pagaille ! »

L’éleveur ne porte pas gants, « mais je me désinfecte les mains avec du gel hydroalcoolique entre chaque client ». Je fais partie de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB) et elle nous a transmis des consignes : on met les produits dans un papier qu’on met dans le cabas des gens ; il n’y a pas de contact. Hervé Fayet a collé du ruban adhésif par terre pour matérialiser les distances de sécurité (« sinon c’est pas naturel, les gens n’y pensent pas »), il a affiché des messages de prudence sur un tréteau, une boîte sur le comptoir permet aux clients d’y déposer le montant exact (on arrondit les centimes). Quant à passer au paiement sans contact par carte bancaire, il ne l’envisage pas dans l’immédiat. « On va s’adapter au fur et à mesure ».

> Voir le calendrier des producteurs présents pour les prochains jours

Quant à trouver d’autres circuits de distribution de ses produits, il a bien un réseau de commerces locaux qui pourraient écouler sa marchandise. « Je travaille déjà avec l’AMAP d’Aiguilhe et les AMAP ont le droit de continuer puisque ça se passe par commande donc c’est plus simple de respecter les consignes ».

Que pense-t-il de la concurrence des grandes surfaces qui peuvent être jugées plus hygiéniques que les marchés par certains consommateurs ? « En grande surface les gens touchent tout sur les rayons », hausse-t-il des épaules, « j’ai des amis qui travaillent en grande surface, en boucherie ou autre, et ils sont inquiets car ils sont en contact les uns des autres. Nous on est que deux, moi et ma femme, à préparer la marchandise. »

Le marché de Chadrac est maintenu ce dimanche. La municipalité s’est engagée à faire respecter les distances.

Quant à sa trésorerie, tiendra-t-elle le coup encore longtemps ? « On a eu d’autres pépins, la grippe aviaire avec des marchés fermés, les Gilets jaunes aussi ça a été compliqué », philosophe-t-il avant de conclure : « faut pas entrer dans la psychose mais faut être sérieux ».

Annabel Walker






Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteA le 22 mars 2020 - 12h04
PAUVRE TRESORERIE : NE DEVRAIT-ELLE PAS ETRE EN TELETRAVAIL ?

Signaler un abus