Loup : une consultation publique sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Loup : une consultation publique

Date : 08/01/2018
Partager

Le Plan national d’actions sur le loup et les activités d’élevage pour les années 2018-2023 est soumis à la consultation publique à partir de ce lundi 8 janvier 2018. Deux projets d’arrêtés ministériels associés à ce Plan sont intégrés à cette consultation.

Le nouveau Plan se fixe pour objectif de conjuguer la protection de l’espèce et les activités d’élevage et de pastoralisme. Le projet de Plan national d’actions 2018-2023 et le dispositif règlementaire associé, résultat d’une démarche de prospective scientifique et de concertation, tiennent compte :
- du diagnostic du Plan loup 2013-2017 ;
- d’une démarche scientifique approfondie, menée en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage ;
- d’une concertation avec les parties prenantes sous le pilotage du préfet de la région Auvergne Rhône-Alpes, préfet coordonnateur du plan national d’actions.

Le grand public peut désormais s’exprimer sur les différents axes du projet qui poursuivent les objectifs suivants :
- améliorer la connaissance sur la biologie et l’éthologie de l’espèce mieux protéger et mieux accompagner les activités d’élevage en tenant compte de la présence du loup et en garantissant sa viabilité sur le territoire national ;
- apporter des réponses adaptées et efficaces aux différents contextes de prédation ;
- comprendre les mécanismes de prédation et expérimenter des dispositifs innovants favorables à la cohabitation ;
- mettre en place une gouvernance au plus près du terrain pour assurer le suivi du plan national d’actions et garantir son efficacité.

A l’issue de cette consultation, le nouveau Plan et le dispositif réglementaire associé entreront en vigueur au début du mois de février 2018 après avis du Conseil national de la protection de la nature.
Consultez le Plan national d’actions et le dispositif réglementaire associé et participez à la consultation en cliquant ici.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistepp le 10 janvier 2018 - 10h34
Si la FDSEA avait été assez informée ,elle aurait mis en affiche ,non pas un loup, fort rare en Hte-lOIRE , mais un chien errant ,bien plus néfaste . Il est vrai qu'un chien peut appartenir à un agriculteur ...

Signaler un abus