Les prix de la 29e Fête du livre de Saint-Etienne sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Les prix de la 29e Fête du livre de Saint-Etienne

Date : 19/10/2014 | Mise à jour : 20/10/2014 06:49
Partager

9 prix, dont 2 nouveaux, ont été remis lors de cette Fête du livre, douce et ensoleillée, de Saint-Etienne 2014. Parmi les lauréats: Riad Sattouf, Alain Corbin, Ariane Bois, et Alexandre Tuzi.

Claudie Gallay

a reçu le grand Prix de la Ville de Saint-Etienne (10 000 euros) pour Détails d'Opalka, aux éditions Actes Sud. Le Grand Prix récompense "une œuvre douée de créativité et d’originalité". Roman Opalka est un peintre d’origine polonaise décédé en 2011, qui avait notamment été exposé en 2006 au musée d'Art Moderne de Saint-Etienne Métropole.

Riad Sattouf

(photo 2) a reçu le Prix BD Stas/Ville de Saint-Etienne (5 000 euros) pour son Arabe du Futur, aux éditions Allary. D'origine franco-syrienne, Riad Sattouf est un auteur-dessinateur de bande dessinée et réalisateur ("Les beaux gosses", c’est lui). L’Arabe du futur est une bande dessinée autobiographique de Riad Sattouf. Elle relate son expérience d'enfant en Libye, puis en Syrie, deux pays alors marqués par l'idéologie du socialisme arabe. En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins (il est blond, cela n'aide pas...), le jeune Riad découvre la rudesse de la vie paysanne traditionnelle. Son père, lui, n'a qu'une idée en tête : que son fils Riad aille à l'école syrienne et devienne un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

Ecoutez la réaction de Riad Sattouf, après la remise de ce prix à l'Hôtel de Ville de Saint-Etienne:




Alain Corbin

a reçu le Prix coup de cœur de l'hebdomadaire Le Point pour son livre "Les filles de rêve", chez Fayard. Alain Corbin a fait revivre dans ce livre dix-neuf filles de rêve, celles des mémoires, des romans et des légendes. Il ouvre ainsi une porte sur le romantisme masculin, cette manière subtile d’échapper à soi en pensant à un être aimé inaccessible.

Béatrice Tracol

a reçu le prix Lucien Neuwirth (nouveau prix) pour son livre "Le scieur du château" aux éditions Faucoup. Ce prix a été remis par le conseiller municipal délégué à la Sécurité, Charles Dallara, petit-fils de Lucien Neuwirth. L’histoire : 1919, la Grande Guerre a laissé son lot de souffrances et de deuils. À Saint-Genest, sur les plateaux du Pilat, Elise, orpheline de son père et de ses trois frères, ne peut se reconstruire: elle a en charge, dans la maison des bois, sa mère Mathilde dont l’esprit s’est envolé. Pour faire bouillir la marmite, elle travaille au château. Le comte de Fontenoy, manquant de bras pour sa scierie, doit embaucher des journaliers. Jean, venu de nulle part, est l’un de ces bûcherons. Elise et Jean, tous deux victimes dans leur cœur de cette boucherie, ne tarderont pas à se reconnaître…

Joris Chamblain

a reçu le Prix Jeunesse (1 000 euros) pour "Les carnets de Cerise", aux éditions Soleil. Ce prix est décerné par les lecteurs de 10 classes de CM1 et CM2 de l’agglomération stéphanoise.

André Vant

, pour son livre Le cycle en région stéphanoise, un siècle de savoir-faire », reçoit le prix Claude Fauriel. Ce livre est sorti dans le cadre de la grande exposition sur cette thématique au musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne.

Ariane Bois

reçoit le prix Chalres Exbrayat pour son livre Sans oublier, chez Belfond. Le récit "d'un crash intime, d'une fugue maternelle sur les traces d'un silence familial, Sans oublier raconte comment, pour devenir mère, il faut d'abord cesser d'être une fille."

Alexandre Tuzi

(photo 3) décroche le Prix des étudiants stéphanois (nouveau prix de 500 euros) pour son livre Les poussières perdues chez Michalon. Un premier roman qui questionne le hasard comme champ de bataille du destin et du libre-arbitre, les mondes extérieurs et intérieurs, l’objet comme matière ou esprit, et laisse des espaces d’incertitude qui permettent à chacun d’y poser ses réponses.

Ecoutez la réaction d'Alexandre Tuzi, à l'issue de la cérémonie:




Le prix du Livre Design Unesco (1 000 euros) revient à un ouvrage collectif intitulé "De A à Z, jouer à l'alphabet" de

Damien et Claire Gautier

, aux éditions (lyonnaises) 205. Observer, comprendre la diversité des lettres de l’alphabet et la multitude des contours que chacune d’elle peut revêtir, tel est l’enjeu de ce “super” cahier destiné aux enfants.

F. P.

Voir la galerie photos La 29e Fête du livre

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteAnonyme le 22 octobre 2014 - 10h43
Les organisateurs ne s'attendaient pas à autant de monde. Et c'est vrai qu'avec le beau temps et la chaleur c'était la fournaise les après-midi sous les chapiteaux. Plus agréable du coup les matins. En tous les cas cela faisait plaisir de voir de l'animation et du dynamisme dans le centre-ville.

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 21 octobre 2014 - 10h38
Un chapiteau bruyant et nauséabond en ces 2 journées de soleil... qui m'a fait fuir sitôt être entré ! Beurk

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 21 octobre 2014 - 10h36
On devait pouvoir donner notre avis sur les prochaines fêtes du livre : j'ai cherché en vain où ? Ce n'est pas la fête mais plutôt la foire du livre car le but est d'abord pour les auteurs présents de vendre des ouvrages ! Mercantile uniquement. L'addition de cette manifestation ? L'impact sur la ville ? le Vide grenier de Fauriel en une journée a drainé certainement beaucoup plus de monde... pour un moindre coût !

Signaler un abus