Les poissons sont bien de retour dans le Furan sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Les poissons sont bien de retour dans le Furan

Date : 07/09/2016
Partager

Durant de nombreuses années, le Furan a été déserté de (quasiment) toute vie aquatique en conséquence de l’activité humaine alentour (pollution, aménagements, etc.). Après un important travail réalisé par les acteurs de l’eau sur le Furan, la vie reprend son cours.

Des agents de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), accompagnés par des techniciens de la Fédération de pêche de la Loire, ont réalisé cet été 2016 une pêche à l’électricité sur le Furan à Andrézieux-Bouthéon. Cette opération, à vocation scientifique et technique, s’ajoute aux analyses physico-chimiques traditionnellement réalisées pour mesurer la qualité de l’eau. Les indicateurs biologiques, parmi lesquels figurent les poissons, sont aujourd’hui davantage pris en compte, constituant de véritables "baromètres" de l’état des cours d’eau. A partir de 2009, loches et vairons (2009), auxquels se sont ajoutés chevaines (2010) et goujons (2013) notamment, ont été capturés en quantités de plus en plus appréciables. Idem en 2015 et 2016. Ainsi, ce tronçon du Furan a été progressivement recolonisé par des espèces de plus en plus exigeantes.

Une recolonisation en marche


Les eaux du Furan débarrassées de leur pollution, les poissons ne pouvaient toutefois remonter la rivière, se heurtant à des obstacles infranchissables. Sur la commune, les seuils dits des Peupliers et de la Fabrique ont donc fait l’objet de travaux afin de créer des passes à poissons, dans le cadre du contrat de rivières animé par Saint-Étienne Métropole. Ces dispositifs, constitués de petits bassins, permettent aux poissons de passer d’un bassin à l’autre afin de franchir les seuils et de poursuivre leur route au fil du Furan.

Des résultats éloquents

Depuis mai dernier, la mise en service de la passe à poissons au seuil des Peupliers permet à de nombreuses espèces présentes dans la Loire, de remonter périodiquement ou de s’établir durablement dans le Furan aval et ainsi restaurer la continuité écologique du cours d’eau. Les résultats de la pêche électrique 2016 sont assez éloquents : en plus des espèces observées depuis quelques années, sept nouvelles espèces ont été capturées, parmi lesquelles il fait peu de doute que les barbeaux fluviatiles, les hotus, les perches et les ablettes capturés, ont transité par la passe à poissons nouvellement construite. C’est probablement aussi le cas des quelques truites fario et perches-soleil également observées. Ces résultats devront être confortés par les suivis ultérieurs, notamment pour vérifier l’efficacité de la passe à poisson sur d’autres espèces et/ou des individus de plus petite taille.

Source: L'Envol Andrézieux-Bouthéon / Septembre 2016

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistepp le 10 septembre 2016 - 23h01
Félicitations aux responsables de ce progrès . Reste à dépolluer le barrage de Grangent et tout sera bien .(sauf la présence des PCB ...qui interdit la consommation des poissons .

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 7 septembre 2016 - 22h39
Dans le Furan, même au niveau de l'hopital nord on trouve également des poissons: gardons, chevesnes et il y en a des gros!

Signaler un abus