Les JA et la FDSEA ont dévié l'A75 sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Les JA et la FDSEA ont dévié l'A75

Date : 08/10/2019 | Mise à jour : 09/10/2019 09:26
Partager

(MAJ 16h00) De nombreux axes routiers du pays étaient bloqués ou ralentis ce mardi 8 octobre 2019 à l’appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs dans le cadre de l’action nationale : « France veux-tu encore de tes paysans ? ». A 15h, "la circulation est rétablie sur l'ensemble du réseau routier dans le département" font savoir les services préfectoraux.

Une autre opération nationale est d'ores et déjà annoncée pour le 22 octobre prochain. Elle pourrait se décliner au niveau régional ou départemental (ce n'est pas encore fixé). Sa forme n'a pas encore été décidée non plus.

Les principaux axes routiers du pays sont bloqués ou ralentis entre 11h et 14h ce mardi 8 octobre 2019 un peu partout en France.
L’opération nationale s’adresse au gouvernement face aux distorsions de concurrence à l’international, mais aussi à la population face à l’agri-bashing (voir le communiqué ci-dessous).
En Haute-Loire, une opération « déviation » a commencé sur l’A75 à la sortie 22 Espalem / Blesle.

> Voir toutes les actions routières prévues en France ce mardi par la FNSEA et les JA

Vers 10h, entre 20 et 30 tracteurs se sont rassemblés à la sortie 21 Lorlanges, sur l'aire de Lafayette. A 11h, ils sont ensuite partis en mode "opération escargot" vers la sortie 22, ce qui a entraîné de forts ralentissements dans le sens Nord-Sud. Les automobilistes ont donc pris leur mal en patience jusqu'à ce que le convoi atteignent la sortie 22 à Espalem vers 11h50, soit une petite heure coincés derrière les engins agricoles.

Dans le sens Sud - Nord, aucune action n'a été menée.

"Une fois arrivés à la sortie 22, on bloquera les deux voies mais on laissera les conducteurs prendre la sortie", nous a expliqué Anthony Fayolle, le président des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire joint par téléphone, "ils pourront reprendre l'autoroute à Massiac ou aller à Brioude".

Vérifier la marchandise dans les camions

Si les agriculteurs n'ont pas prévu de distribuer de tracts aux usagers de la route, ils n'excluent pas d'autres interactions. "On ira peut-être vérifier la marchandise de quelques transporteurs", confie Anthony Fayolle. Car le nerf de la guerre c'est la distorsion de concurrence face à des produits agricoles importés ne répondant pas aux mêmes normes.
L'action s'est terminée vers 14h40.

Selon la FNSEA et les JA nationaux, quelque 10 000 agriculteurs se sont mobilisés à travers la France ce mardi à bord de 6 000 tracteurs sur 100 points de blocage.

> Lire aussi : 'Plus d'un jour par semaine, nous mangeons 0 % Made in France' (14/06/2019)

Le communiqué national de la FNSEA et des JA :
"Le monde agricole pousse un cri de détresse, le 8 octobre sur les routes Stigmatisation permanente, violences intolérables, accords commerciaux déloyaux, distorsions de concurrence insurmontables et revenus en berne, la détresse du monde agricole a franchi le seuil du supportable. Aucun autre acteur économique français ne tolèrerait ce que subissent les agriculteurs aujourd’hui.
Face à cette déconsidération qui dissuade les jeunes de s’installer, qui freine l’investissement et l’innovation et qui, au final, tue à petit feu notre agriculture, les agriculteurs attendent un discours sans ambiguïté et des décisions à la hauteur pour initier un sursaut.
Nous demandons un refus des accords commerciaux internationaux comme le Ceta et le Mercosur qui ouvriront la porte à une alimentation que nous ne voulons pas !
Il faut stopper la surtransposition des normes qui affaiblit l’agriculture française en créant des distorsions de concurrence.
Plus personne ne peut rester sourd face au cri de colère des agriculteurs qui s’interrogent chaque jour sur leur avenir.
Nous adressons un premier avertissement sur l’ensemble du territoire demain, mardi 8 octobre, en organisant des actions de sensibilisation sur des axes routiers majeurs et dans les villes, de 11h à 14h dans l’ensemble de nos départements. Nos craintes doivent trouver une réponse de la part du Gouvernement mais aussi des Français, qui sont les « consommacteurs » qui peuvent nous aider par leur acte d’achat.
La France a la chance d’avoir une agriculture à fort potentiel, encore faut-il lui donner les moyens de se développer et de faire face aux évolutions futures. Nous nous tournons vers tous les citoyens avec cette simple question : voulez-vous encore de vos paysans ?
"




- Photos : @ DR FDSEA 43 -

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistec le 9 octobre 2019 - 12h21
OUI aux paysans (bio de préférence), NON à la FNSEA et son clone JA !

Signaler un abus

img_journalistegs le 9 octobre 2019 - 10h56
Tant de jalousie ! Faut vite changer de métier .... et devenir paysans ! Là certains comprendront !

Signaler un abus

img_journalisteL le 9 octobre 2019 - 09h28
oui je veux des paysans ! Donc, je ne veux plus des empoisonneurs aux pesticides qui s'opposent sans cesse à l'Europe qui les finance plutôt qu'à leurs puissants syndicats qui finalement travaillent main dans la main avec l'agro industrie dans l'intérêt des gros céréaliers et des importateurs de soja génétiquement modifié du Brésil, de boeuf d'Argentine, de poulets des USA….qu'ils créent localement des réseaux de vente directe de produits de qualité, ils retrouveront la confiance des gens

Signaler un abus