Les 15 km du Puy : une course trop élitiste ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Les 15 km du Puy : une course trop élitiste ?

Date : 12/03/2019 | Mise à jour : 14/03/2019 11:01
Partager

La 37e édition des 15km du Puy aura lieu le 1er mai 2019 avec une nouveauté notable : un départ différé pour tenter de faire de la course sur route ponote la plus rapide du monde.

Au mois de février dernier, le président André Chouvet affichait clairement son ambition : « faire du 15km du Puy le plus rapide au monde. » Et pour se faire, les organisateurs vellaves ont réussi à convaincre un athlète de très haut niveau nommé Rhonex Kipruto, de participer à la course sur route ponote. Le jeune Kenyan s'est fixé pour objectif de battre, le 1er mai prochain, le record du monde sur 15km détenu par l’Ougandais Joshua Cheptegei en 41’05". Pour l’encourager dans sa démarche, l’organisation des 15km du Puy scindera le départ en deux. Les élites, réduits à une dizaine de coureurs « lièvres compris », précise André Chouvet, ce mardi 12 mars 2019, partiront 20 minutes avant les autres coureurs.

>> A lire : Le Puy-en-Velay : 15 km sur route le plus rapide du monde ?  

Un impact sur l'aspect "challenge"

Un choix qui ne convainc pas certains athlètes locaux dont Estèban Botelho du Velay Athlétisme. « Je ne pense pas qu’en faisant deux départs cela change grand-chose si, ce n’est l’ambiance qui sera moins au rendez-vous. Si l’athlète a le potentiel de faire le record du monde, il le fera même en faisant un ou deux dépassements », répondait à chaud l’athlète sur une publication Facebook de l’organisation des 15km du Puy. Contacté ce mardi par téléphone, Estèban Botelho écarte toute volonté de vouloir créer une quelconque polémique, tout en confirmant ses propos : « ce départ différé peut avoir un impact sur le côté « challenge » de cette course. Personnellement, je me souviens de ma première participation, c’était en tant que coureur populaire et j’ai trouvé ça amusant de courir à côté des élites. C’est un rêve de gosse pour un coureur dit lambda, on essaie de tenir autant que possible et on est tout fier d’être à côté des élites sur la photo de départ », explique l’athlète au chrono de 49’17" au 15km du Puy, dont la crainte est de voir cette course devenir trop élitiste. "Il ne faut pas oublier que si ces courses peuvent exister c'est surtout grâce aux coureurs populaires."

"On n'a pas le choix"

André Chouvet a vu passer les commentaires sur les réseaux sociaux. S'il n'y a pas répondu, c'est qu'il s'agit pour lui, d'un faux débat. "On n'a pas le choix", affirme-t-il avec toujours en tête cette optique de faire tomber le record du monde. Et de reprendre son argumentation en date de février dernier : "cela permettra d'éviter les doublés qui peuvent faire perdre entre 10 et 15 secondes aux athlètes. Et dire le contraire, c'est comme me dire qu'on court aussi vite avec des chaussures de ville qu'avec des chaussures de course !

Stéphanie Marin



Ce jeudi, les organisateurs des 15 km du Puy précisent les raisons de ce choix et fait un geste envers les athlètes locaux  :

"Cette décision est à l'initiative de Julien Di Maria. C'est un jeune entraineur français qui entraîne à Iten au Kenya des jeunes athlètes, il est chargé de détecter de futurs champions pour un grand équipementier (Adidas). Il est marié avec Joan Chelimo créditée de 65'04' sur semi marathon et 4ème meilleure performance mondiale de tous les temps qui a couru au Puy en 2017. Julien Di Maria, accompagné Kimeli et Kiprop, les vainqueurs des éditions 2017 et 2018 des 15 km du Puy. C 'est lui qui a mis les organisateurs vellaves en relation avec Kipruto, son manager Michel Boeting et son entraineur irlandais O'Connel qui a entrainé tous les plus grands champions du Kenya. Il accompagnera aussi Kipruto le 1er mai prochain.
Di Maria a suivi sur une moto les trois dernières éditions des 15 km. Il a constaté qu'au 2ème tour sur l'avenue de Vals, dont une seule voie est réservée à la course, il était parfois difficile de doubler pour les leaders de l'épreuve qui devaient slalomer afin de se frayer un passage. Il a conseillé à Kipruto et son entourage de demander aux organisateurs de faire en sorte qu'il ne soit pas gêner par les coureurs doublés. Les organisateurs ont suivi cette recommandation.
Si les athlètes africains sont des personnes discrètes qui ne se plaignent jamais, Benjamin Malaty, un ancien champion de France de cross et sélectionné en équipe de France de marathon, avait déploré publiquement le temps perdu dans les dépassements en 2015 quand il avait couru les 15 km du Puy. Les organisateurs vellaves sont très attachés au caractère populaire de la manifestation où les plus jeunes sont largement associés. Le nombreux public vient observer les futurs grands champions africains qui ont permis aux 15 km du Puy d' obtenir le label international mais il vient aussi encourager les participants locaux qui pour les uns ont à coeur de se mettre en évidence sur leurs terres et pour d'autres relèvent un challenge. L'organisation des 15 km du Puy fera en sorte que les athlètes locaux qui le souhaitent puissent rencontrer Kipruto et son entraineur qui devrait l'accompagner dans la cité vellave."

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire