Législatives (1e) : La sécurité sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Législatives (1e) : La sécurité

Date : 05/06/2012 | Mise à jour : 05/06/2012 18:14
Partager

Dernière ligne droite avant le premier tour des législatives ce dimanche 10 juin. La rédaction de Zoomdici.fr a décidé de sonder les candidats. Aujourd'hui la sécurité est à l'honneur et notamment le projet de vidéo protection dans la première circonscription.

Tout au long de la semaine les lecteurs de Zoomdici.fr pourront retrouver des thèmes qui toucheront de près leur circonscription et leur quotidien. Deuxième volet de la première circonscription avec la sécurité.

Voici les réponses des candidats (répertoriées par ordre alphabétique) :


Gustave Alirol du Parti Socialiste / Europe Ecologie Les Verts / Parti Occitan

Nous avons besoin d’une politique républicaine globale de tranquillité publique. Le sarkozysme est en échec. Cela passe par un soutien au service public de la sécurité. Des zones de sécurité prioritaires sont à créer pour mobiliser les services de police concernés par la lutte contre l'économie souterraine et les violences urbaines, en lien avec un magistrat du parquet désigné comme référent. Une police et une gendarmerie de proximité dans les quartiers et les zones rurales sensibles sera créée ou rétablie. La gouvernance locale des politiques de sécurité sera renforcée avec un rôle accru des élus. Nous revaloriserons progressivement son budget au cours de la mandature. Enfin, nous réviserons la carte judiciaire de proximité.


Claudette Balleydier de Lutte Ouvrière

La pire des insécurités qui existe dans ce pays, c'est l'insécurité sociale et celle là personne ne veut la combattre. Le chômage, la précarité, les bas salaires, les petites retraites, c'est l'insécurité au quotidien pour les travailleurs. Il faut imposer un emploi, un salaire et des pensions corrects pour tous. Votez Lutte Ouvrière, c'est approuver le programme de lutte proposé par Nathalie Arthaud à la présidentielle, notamment le smic à 1700 euros net, l'augmentation des salaires des retraites et des allocations et leur indexation sur la hausse des prix.


Max Chambon du Parti Ouvrier Indépendant

L’insécurité c’est : la licenciée en lettres de 25 ans qui n’a d’autre travail qu’un temps partiel de caissière, le maire qui apprend la fermeture du bureau de poste de sa commune, l’ouvrier menacé de licenciement suite au rachat de son usine par un groupe, la mère qui  ne peut pas acheter les médicaments pour son enfant, parce qu’ils ne sont plus remboursés, le fonctionnaire contraint de quitter le département parce que son poste ferme.  « Compétitivité », « baisse du coût du travail », « réduction des déficits publics » : ce sont les ordres de Bruxelles ! Dans toute l’Europe, les peuples refusent cette dictature ! Contre l’insécurité : rupture avec l’Union Européenne !


Pierre Cheynet du Front National

L’explosion de l’insécurité en Haute-Loire est un échec pour Laurent Wauquiez: son gouvernement a supprimé 10 000 postes de gendarmes et de policiers durant les 5 dernières années ! Au lieu de déplacer la délinquance des villes vers les zones rurales comme l’a fait Sarkozy, nous la combattrons en rétablissant les effectifs supprimés et en améliorant leurs moyens matériels. Les caméras de vidéosurveillance installées dans nos communes doivent être placées sous le contrôle des forces de l’ordre, ce qui n’est pas le cas actuellement. Il faut limiter l’usage des réductions de peine,qui ne doivent plus être un moyen de libérer des places de prison. Cela implique d’en construire de nouvelles.


Edouard Ducray du Parti Pirate

La protection passe par l'humain et ne peut être abandonnée à la vidéo surveillance. Aucune caméra ne protège quiconque. Les autorités ont démontré qu'elles étaient incapables de gérer convenablement les droits d'accès, idem pour les fichiers policiers. Le libre accès aux vrais chiffres est nécessaire pour agir. Il faut allouer des moyens à la formation technique, psychologique et juridique des forces de l'ordre; spécialiser les emplois: des techniciens administratifs qui font de l'administratif, des agents de terrain qui font du terrain. Réformer la justice: indépendance totale du pouvoir, peines cohérentes et appliquées, prise en charge spécifique des malades psychiatriques violents.


Christophe Mezzasoma de Alliance Écologiste Indépendante

La situation actuelle relève de l'urgence à donner aux forces de police et à la magistrature des moyens dignes de ce nom, à la mesure de la tâche. Pour faire face à la "délinquance" il faudrait en amont cesser de mettre les plus défavorisés en situation précaire puis fermer les yeux sur les trafics qui empoisonnent notre jeunesse. Des retraités et les jeunes volent pour manger! ( 50% des vols à l'étalage) La sécurité c'est aussi se sentir en sécurité, un toit payé, de la nourriture saine, un travail correctement payé, être respecté, avoir du temps. Tandis que la haute finance mondiale organise et amplifie la dette comment se sentir en sécurité et libre sous le spectre du chômage, de l'expulsion, de l'échec. Une politique écologiste amène le partage des ressources, des emplois, encourage les initiatives. L'écologie ce n'est pas seulement l'environnement mais la science ( -logie) de l'équilibre (- éco) des systèmes.


Anne-Audrey Perrin-Patural du Modem

Défendre les intérêts des citoyens passe par plusieurs démarches. Réimplanter les forces de police dans les quartiers devenus zones de non droit. Renforcement de la vidéosurveillance. Lutter contre la délinquance précoce. Instauration de sanctions de type éducatif TIG, immédiatement pris en charge et respectés. Définir la lutte contre le trafic d’armes comme priorité de l’action publique. Continuer à promouvoir la séparation des institutions(civil,militaire): suppression du gestionnaire commun des ressources humaines. Restaurer la capacité locale d’adaptation et se fonder sur elle. Revoir le « traitement des territoires »:organisation,juridique,judiciaire. Soutenir les associations d’aide aux victimes dans leurs démarches de soutien et d’accompagnement.


Yves Prat du Front  de Gauche

Un service public de sécurité est affaire de solidarité nationale pour le Front de Gauche. La lutte pour la sécurité repose sur trois exigences, prévention, dissuasion et sanction. Je crois en la police de proximité, convaincu qu’il ne faut pas détricoter le maillage territorial assuré par la gendarmerie nationale, rendue à son cœur de métier, la surveillance des territoires au contact de la population. Stopper la baisse des effectifs de police et recruter : Les forces de police, entendues comme forces en charge du service public de la protection des personnes et des biens, et du maintien des institutions, comprennent les forces de la police nationale, la gendarmerie nationale. L’ambition est d’intégrer toutes les polices de sécurité publiques et polices municipales, dans un service public unifié. Par un coup d’arrêt à la privatisation de la sécurité. Il faut reconstruire, développer nos services publics.


Guy Vocanson du Parti Socialiste

Avec François Hollande, je m'engage à assurer le premier des droits des citoyens : la sécurité. Depuis 2007, la suppression de 12400 policiers et gendarmes, les coups médiatiques, les discours sans lendemain, les réactions aux faits divers de la part de l'UMP ont conduit à l'aggravation de la situation. Les nécessaires améliorations passent par une présence sur le terrain incompatible avec la seule politique du chiffre. L'accumulation des textes (6 en 6 ans sur la récidive) rendant impossible l'application des lois par les magistrats, le Ministère de l'Intérieur travaillera de pair avec celui de la Justice. À l'Assemblée Nationale, je défendrai les moyens de proximité pour notre territoire.


Laurent Wauquiez de l'Union Mouvement Populaire

Notre département reste l'un des plus sûrs de France, mais, face aux récents cambriolages, il ne faut rien laisser passer. On a trop de mauvais exemples en regardant comment les choses ont évolué sur les pôles urbains voisins. Les incivilités doivent être stoppées et je suis favorable au fait que les auteurs réparent eux-mêmes les dégradations commises. Nous devons soutenir nos gendarmes par notre vigilance. Leurs effectifs doivent non seulement être maintenus mais augmentés  pour assurer la protection des personnes et des lieux : c'est notre priorité. La vidéo-protection donne de bons résultats ; nous devons l'encourager. Nous devons refuser la société de violence dans laquelle nous avons été plongés dramatiquement ces dernières années.
 



>> La rédaction de Zoomdici.fr ne peut que déplorer que certains candidats ne se soient pas prêtés au jeu en s'abstenant de répondre. Prévenus plusieurs semaines auparavant par téléphone, les questions leur ont été envoyées par mail. Un ultime courrier électronique leur a été adressé ce matin en guise de rappel.


Voici la liste des candidats n'ayant pas répondu : 
- Philippe Cochet du Mouvement Ecologiste Indépendant
- Philippe Roche sans étiquette
- Lucien Seytre du Trèfle



Laetitia Achilli

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteD le 8 juin 2012 - 08h35
Nous sommes donc d'accord c'est de la com' Quand à l'efficacité l'organisme gouvernementale de promotion de cette technologie ne lui reconnais effectivement que le bénéfice de la dissuasion... sur de petites incivilités. Bref un investissement dont le cout est plutôt compliqué à justifier.

Signaler un abus

img_journalistea le 7 juin 2012 - 10h47
la vidéo protection s'appelait vidéo surveillance il y a peu..Mais les bonnes gens trouvaient cela sans doute trop intrusif. D'où le changement de sémantique. Oui la vidéo protège à condition d'avoir un opérateur derrière les écrans et des réactions en temps réel. Sinon, une caméra sans opérateur dissuade toujours (mais sur la zone couverte) et permet de retrouver les auteurs plus aisément...mais a posteriori.

Signaler un abus

img_journalisteD le 5 juin 2012 - 22h07
M. Wauquiez fait quelques affirmations et je souhaite qu'il les étaye. Quand au terme "vidéo-protection", il s'agit au mieux d'un élément de langage de l'UMP. Jamais une caméra n'a protégé qui que ce soit jusqu'à preuve du contraire. D'autre part, pour qui nous prend-il en prétendant faire dans l'opposition le contraire de ce qu'il à fait ces 8 dernières années dans la majorité et au gouvernement.

Signaler un abus