Le tribunal administratif annule l’autorisation de réhabiliter le Barrage des Plats sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Le tribunal administratif annule l’autorisation de réhabiliter le Barrage des Plats

Date : 22/11/2013 | Mise à jour : 05/12/2013 08:52
Partager

Le tribunal administratif de Lyon a rendu la semaine dernière une décision qui "annule l’arrêté préfectoral du 22 mai 2012 autorisant la réhabilitation du Barrage des Plats" sur la commune de Saint-Genest-Malifaux.

La juridiction déclare illégale la décision de la préfète de la Loire et celle prise la veille (le 21 mai 2012) par le conseil syndical du Syndicat des barrages, présidé par Marc Petit, maire de Firminy, explique un article de Denis Meynard dans L'Essor Affiches de ce 22 novembre. Les représentants de cette commune, ainsi que ceux de Fraisses et de Saint-Paul-en-Cornillon avaient déclaré d’intérêt général cette opération de reconstruction. A la différence de ceux de la ville d’Unieux, qui eux sont opposés au projet.

"Le Syndicat des barrages et la préfecture n’étaient pas en mesure d’indiquer, mercredi, s’ils feront ou non appel de cette décision qui, quoi qu’il en soit, est exécutoire", explique l'hebdomadaire. Elle interrompt donc les travaux déjà relativement avancés sur le barrage, confiés à une entreprise du groupe Bouygues, sur la commune de Saint-Genest-Malifaux.

Pour le Collectif Loire Amont Vivante, qui regroupe une dizaine d'ONG du département et qui combat depuis 2006 le principe de reconstruction d'un ouvrage: "C'est une très bonne nouvelle". D'après le collectif: "Si le "Syndicat des Barrages", qui a imposé cette reconstruction sans débat public veut le relancer, il devra refaire l'enquête publique, en respectant cette fois-ci la nécessité de transparence et d'ouverture à la société civile. Il devra aussi prendre en compte la demande sociale grandissante pour plus d'informations sur les enjeux en matière d'aménagement du territoire et intégrer les contraintes de gestion durable de la ressource en eau imposée par la Directive Cadre sur l'Eau de l'Union Européenne et sa transposition dans notre pays."

  • Dans son jugement, le tribunal déclare illégale la déclaration d'intérêt général de reconstruction du Barrage des Plats car les élus du Syndicats des barrages "n'ont pas reçu au préalable une note de synthèse explicative suffisante résumant les conclusions de l'enquête publique, l'avis du commissaire enquêteur ou le résultat de la consultation du public". Pour Marc Petit, maire de Firminy (Loire) et président du Syndicat des barrages, cette décision "ne porte que sur un aspect formel et ne remet pas en cause l'intérêt général du projet" construit sur La Semène, qui se jette dans la Loire à quelques kilomètres de Saint-Etienne.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteAnonyme le 7 décembre 2013 - 09h15
j'en suis fort heureux , enfin ce court d'eau va reprendre ça vie sauvage , il en reste peu en France , tout vos bla bla économique ne feras revenir la nature , nous avons besoin d'elle ,

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 28 novembre 2013 - 06h14
Ça ne dérange personne que les travaux sont déjà bien avancés, des millions d'euros qui auraient pu faire des heureux dans notre société en crise !!

Signaler un abus

img_journalisteAnonyme le 26 novembre 2013 - 15h43
Le barrage est hors service depuis septembre 2005. Il était utilisé par 7 communes de la Haute-Loire et 1 commune de la Loire. Depuis ces 8 communes sont alimentées par l'eau brute de la conduite du Lignon. 4 communes de la Loire sont alimentées par l'eau de l'Echapre et secourues par l'eau du Lignon. Ces 13 communes ont-elles manqué d'eau depuis 8 ans ? Une solution moins onéreuse pour l'argent public existe l'interconnexion avec le SYMPAE de Monistrol. Il est encore temps de faire mieux.

Signaler un abus