logo_zoom

Le tennis de table veut se développer en Haute-Loire

Date : 15/02/2016
Partager

La fréquentation du club ponot varie d'une année sur l'autre. Les dirigeants espèrent redorer le blason de ce sport et accueillir, pourquoi pas des compétitions d'envergure.

Le tennis de table est connu de tous, mais il est assez peu pratiqué en club. Le président du club ponot, le trésorier et un des joueurs étaient les invités de l'émission de sport Zone Mixte sur RCF (à écouter en podcast), à laquelle Zoomdici.fr participe.

Le Club ponot a été fondé en septembre 1996. Il s’est rapproché de Chadrac en 2002 pour le club de tennis de table le Puy-Chadrac.

Un coup de moins bien pour l'équipe 1

La saison 2014-2015 n’a pas été terrible pour le club de tennis de table le Puy-Chadrac. L’équipe 1 a perdu sa place en Régionale 4 pour tomber en pré-régionale. Plusieurs circonstances peuvent expliquer cette chute : un des meilleurs joueurs du club, Marlon Vignando, s’est cassé la main, la jeune Elia Rose n’a pas pu rejoindre l’équipe 1, beaucoup d’absences… Mais les responsables du club n’en sont pas pour autant pessimistes : « On reste sur un bilan positif avec un esprit sportif et des jeunes très impliqués », explique Jean-Michel Bazzali, trésorier du club. D’ailleurs les dirigeants espèrent voir l’équipe monter à nouveau en Régionale 4.

Une fréquentation en dents de scie

Le nombre de licenciés n’arrive pas à se stabiliser. « Il y a des hauts et des bas, c’est impossible de savoir pourquoi », confie le trésorier. Par exemple, le club comptait 55 joueurs en 2015. En 2016, il en gagne 11 en plus. Il y a quatre ans, ce nombre montait à 100. Le turn-over des jeunes entre les différents sports pourrait être une des explications. « On a un souci pour que les parents suivent les jeunes et les accompagnent », développe le trésorier du club.
Adam Nasri est un jeune joueur de tennis de table : « J’ai commencé il y a quatre ans, j’y jouais à l’école et je me trouvais nul. Maintenant, ça va mieux ». La passion vient rarement du domaine familial. « Ils jouent comme ça, pour voir ce que ça donne en club », expliquent les membres du club ponot.

Il y a deux ans, le Palais des Sports avait accueilli le Championnat de France Poussin et Benjamins. D'autres compétitions d'envergure comme le championnat d'Auvergne pourraient être organisées à une condition : « Il faudrait que des jeunes du bassin du Puy se hissent à ce niveau ».

Les grosses compétitions de tennis de table redorent l’image de ce sport. « Quand Gatien était dans les premiers (aux Jeux Olympiques de 2000, ndlr), le sport a connu un boom ! » Il ne reste plus qu’à patienter jusqu’aux Jeux Olympique pour voir si les Français s’illustreront dans ce sport à la popularité en dents de scie qui reste la chasse gardée des joueurs d'origine asiatique.

E.J.

 
Partager

Vous aimerez aussi

Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...