Le snowkite, quésaco ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le snowkite, quésaco ?

Date : 31/12/2012 | Mise à jour : 02/01/2013 16:06
Partager

Le début d'année est l'occasion de voir l'arrivée du froid et de la neige d'un autre oeil : via celui des sports d'hiver ! Découverte d'une activité encore méconnue du grand public : le snowkite.

Kite signifie « voile de cerf volant » en anglais. On tient donc cette voile avec des skis ou un snowboard aux pieds, et c'est un tout autre univers que le snowboard qui est proposé, du fait de l'espace de jeu presque infini. Autre avantage notable du snowkite : dix centimètres de neige suffisent !

Une discipline olympique ? Pas encore

Il existe plusieurs formes de pratiques : la randonnée, les courses et le freestyle. Le freestyle est noté sur l'esthétique, le style et la technique : les compétiteurs s’affrontent en duels pendant sept minutes en réalisant leurs plus belles figures. Ensuite, les juges choisissent le meilleur des deux « riders » qui peut alors poursuivre la compétition. C'est une discipline récente. La pratique sur l'eau, appelée kitesurf, est née il y a une dizaine d'années (c'est un sport rattaché à la fédération française de vol libre, comme le parapente). La pratique sur la neige, elle, est née il y a environ huit ans. Ce n'est pas une discipline olympique, même s'il en est question pour le kitesurf.

Une pratique libre

Une carte neige n'est pas nécessaire car le snowkite est une activité libre où l'on peut faire du hors-piste. Ici, pas de risque de causer une avalanche car ce n'est pas une pratique de haute montagne (autrement, il faut y aller avec des personnes expérimentées). Le snowkite met à rude épreuve les articulations, mais un système de sécurité permet d'enlever de la puissance à la voile. Les traumatismes surviennent donc surtout dans la pratique de haut niveau où l'on cherche à davantage réaliser des figures impressionnantes avec beaucoup de vitesse.

Un champion de France local

Le champion de France senior en titre est originaire des Estables : Didier Botta (surclassé à 17 ans après avoir été champion de France junior l'année précédente) est aussi vice-champion de France de kitesurf depuis octobre dernier. Il est actuellement en sport-études à Annecy pour un DUT génie mécanique et productique. Il nous explique pourquoi le snowkite lui plaît.





Ses prochaines compétitions : courant janvier au col du Lautaret, dans les Hautes Alpes, avec le championnat de France snowkite en freestyle et les championnats du monde « Snowkite Master ».

Comment apprendre ?

Le club « Mézenc kite » a été créé en 2007 et l'école de snowkite a été créée en 2008. Cette dernière compte quatre moniteurs et environ mille élèves par hiver. Cette année, il y a beaucoup de demande puisque la neige est au rendez-vous !

Le « spot » des Estables est désormais très bien côté car c'est un plateau très venté avec beaucoup d'espace (contrairement à certaines stations envahies par l'immobilier). Quand les conditions sont bonnes, on y trouve une cinquantaine de riders.

Conseils pour les débutants : s'initier avec une école, au moins trois heures de cours pour apprendre les différents systèmes de sécurité et l'aérologie, c'est-à-dire la connaissance du vent perturbé par les massifs montagneux, sont nécessaires. En outre, aux Estables le club a créé des sites de pratique labellisés où les riders sont couverts par les assurances.


A.W. et A.L.




Pour plus d'information, l'école des Estables est gérée par Thierry Pascal : contacter l'office de tourisme du Mézenc si besoin !

 
Partager

Vous aimerez aussi