Le sénateur Cigolotti en guerre contre la cocaïne sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Le sénateur Cigolotti en guerre contre la cocaïne

Date : 18/09/2020
Partager

La mission d’information sur le trafic de stupéfiants en provenance de Guyane, présidée par le Sénateur Olivier Cigolotti, adopte son rapport à l’unanimité. "La cocaïne en provenance de Guyane irrigue actuellement, en France métropolitaine, un certain nombre de villes de province mais aussi des territoires plus ruraux comme le département de la Haute-Loire", lance le sénateur.

Au terme de quatre mois de travaux et de l’audition de nombreux acteurs impliqués dans la politique de lutte contre le trafic de stupéfiants en provenance de Guyane (force de sécurité intérieure, élus locaux, douanes, acteurs associatifs, autorités judiciaires, etc.), la mission d’information a adopté son rapport à l’unanimité.
Ces dernières années, le trafic de cocaïne par voie aérienne entre la Guyane et l’Hexagone a fortement augmenté. Il représente aujourd’hui entre 15 et 20% des entrées sur le territoire et "nécessite, plus que jamais, une réponse urgente et plus ambitieuse".

Comme l’a souligné le Président de la mission, Olivier Cigolotti, "ce phénomène en expansion est préoccupant, non seulement compte-tenu de ses conséquences sanitaires et humaines dramatiques, mais aussi sur le plan de l’ordre public, dans la mesure où il alimente une dérive mafieuse à l’origine de divers actes de violence sur tout le territoire".

Face à ce constat, la mission a émis une série de propositions autour de trois axes principaux :
- Renforcer la politique répressive, en intensifiant les contrôles et les saisies pour diminuer la rentabilité du trafic et décourager les trafiquants.
- Doter la politique de lutte contre le trafic de stupéfiants d’un volet social ambitieux, particulièrement en termes de prévention et de réinsertion.
- Améliorer la coopération internationale, en renforçant notamment l’implication de la France dans la coopération régionale en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants dans la zone Caraïbes et en intensifiant sa coopération bilatérale avec les pays voisins, particulièrement avec le Suriname.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistekd le 18 septembre 2020 - 20h41
Vu le contexte sanitaire avec le COVID19, il n'y a qu'à supprimer tous les aéroports, ainsi plus d'avions donc plus de pollution au kérosène !!! Et finalement plus de possibilités de transports de produits stupéfiants, un air moins pollué, un ciel bleu et les oiseaux qui chantent : Et du coup, pas besoin de faire la "guerre" contre la cocaïne, pardon inutile comme nos chers sénateurs !!!

Signaler un abus