Le lycée Emmanuel Chabrier à Yssingeaux va s'offrir une cure de jouvence sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le lycée Emmanuel Chabrier à Yssingeaux va s'offrir une cure de jouvence

Date : 03/03/2018 | Mise à jour : 04/03/2018 13:32
Partager

Le projet de rénovation et d'extension du lycée yssingelais était d'actualité depuis quelques années.
Il s'est concrétisé vendredi avec la pose de la première pierre.

L'établissement, qui accueille désormais 573 élèves, alors qu'il avait été conçu pour en accueillir 200, était devenu trop exigu.
Trois ans de travaux et une enveloppe de 16,8 millions d'euros apportée par la Région vont permettre à l'établissement de faire peau neuve.

« Un bâtiment très performant en terme de confort »


Laurent Wauquiez, Président de Région Auvergne-Rhône-Alpes est venu vendredi 2 mars poser la première pierre symbolique du projet de rénovation et d'extension au lycée Emmanuel Chabrier à Yssingeaux. Les travaux devraient débuter dès avril et durer trois ans.
L'élu a assuré : « on veut faire un chantier exemplaire pour la Région. Vous aurez un bâtiment très performant en terme de confort», en rappelant l'investissement extrêmement important apporté, une enveloppe de près de 17 millions d'euros.
Le Président de Région a rappelé son attachement à faire travailler les entreprises de la région.
Sur un total de quinze lots, neuf ont été attribués à des entreprises de Haute-Loire.

Une extension de 40%

L'agrandissement de l'espace demi-pension et vie scolaire, une extension de 670 m2 sur le bâtiment existant, la construction de cinq logements indépendants de type F4 sur deux niveaux, la création d'une  salle polyvalente qui sera mutualisée avec le lycée Georges Sand et enfin la démolition de deux bâtiments en préfabriqués, sont prévus.
Une extension totale de 40% qui va permettre le doublement du ratio par élève, qui passera ainsi de 9 à  20 par m2.

...Et des économies d'énergie de 20%

Durant la présentation du projet, Jean-Pierre Rambourdin, du cabinet CRR Architecture à Clermont Ferrand, a expliqué ses choix de conception, avec un objectif : la régulation thermique.
Un système de surévaluation des bâtiments, un bâtiment à ossature bois et à énergie passive, des panneaux photovoltaïques, une chaudière bois devraient permettre une véritable performance énergétique et réduire ainsi la pollution et l'empreinte thermique de 20%.

Des jeunes invités à manier la truelle

Quelques jeunes faisant partie du Conseil de Vie Lycéenne ont assisté à la présentation du projet. Ils ont même été invités à cimenter la première pierre du projet.
Élodie et Loïc, quinze ans, se réjouissent de la prochaine métamorphose de leur lycée.
« On est très contents. On manquait un peu de place. Même si les travaux durent trois ans, c'est un mal pour un bien. Les élèves n'auront plus à faire les allers-retours depuis les bungalows », ont-ils reconnu.
Un avis partagé par Madame Michel, proviseure-adjointe de l'établissement, pour qui « il s'agit d'une extension des bâtiments mais pas seulement. On va pouvoir consolider nos liens. On a hâte d'être ensemble, tous unis ».

Un projet ficelé en 2015

« Dans ce projet qui a démarré en 2012 avec l'ouverture aux filières générales » a rappelé le proviseur François Faure,  « tout le monde a été associé lors des réunions de préparation en amont, les enseignants, le personnel administratif, les agents, les élèves. En 2015, le projet était choisi et finalisé».
Le lycée Emmanuel Chabrier, propose des filières générales, technologiques et professionnelles.
Son taux d'insertion vers l'emploi et les études supérieures, 97%, est remarquablement élevé.

M-A.B.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteAnonyme le 3 mars 2018 - 17h33
Le proviseur rappelle: « Dans ce projet qui a démarré en 2012 avec l'ouverture aux filières générales, tout le monde a été associé lors des réunions de préparation en amont, les enseignants, le personnel administratif, les agents, les élèves. En 2015, le projet était choisi et finalisé». Initiative, projet et financement montés par la précédente équipe du Conseil Régional d'Auvergne, donc... comme pour Charles et Adrien Dupuy au Puy. Merci d'avoir précisé les choses...

Signaler un abus