Le cheval Auvergne à l'honneur au Salon de l'agriculture sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le cheval Auvergne à l'honneur au Salon de l'agriculture

Date : 27/02/2012 | Mise à jour : 27/02/2012 09:51
Partager

Pour la première fois, l'Association nationale du cheval de race Auvergne se rend au Salon international de l'agriculture à Paris. Retour sur quinze ans de combat pour sauvegarder ce cheval.

Tao et Urcize seront les fiers représentants de la race à Paris dans "la plus grande ferme de France". L'Association nationale du cheval de race Auvergne (ANCRA) les présentera au public deux à trois fois par jour,, montés et bâtés.

Un cheval rustique des pays du Massif central

Petit cheval de moyenne montagne, le cheval de race Auvergne est sélectionné depuis des siècles pour sa rusticité. C'est un petit cheval de loisir très polyvalent qui excelle en tourisme équestre comme en attelage. Il offre également de bons services en école d’équitation où sa physionomie et son caractère rassurent les néophytes tout en convenant fort bien aux cavaliers plus aguerris.

Sauvegarder la race

Après un élevage florissant jusqu’à l’aube du XXe siècle, la race n’a plus cessé de décroître. Sa sauvegarde est donc la priorité de l'association. Autour de 30 éleveurs, ce cheptel était composé, en 2010, de 300 équidés dont 120 reproducteurs et il y a eu 50 naissances sur l'année. "Les deux prochains objectifs (de l'ANCRA, NDLR) sont le développement de l’élevage avec suffisamment de diversité génétique et assurer un débouché en tant que cheval de loisir monté et attelé." En effet, le Cheval Auvergne apporte une cavalerie adaptée au tourisme équestre -tout particulièrement au sein du Massif Central où la place du tourisme et des sports est importante.

Intérêts pour la biodiversité et l'économie

Ce cheval présente aussi un intérêt environnemental d'après l'association puisqu'il se prête à l'élevage extensif et s'adapte facilement à tous types de territoires. Il participe à la sauvegarde de la biodiversité de son territoire en constituant un patrimoine naturel et génétique propre à la région Auvergne. Enfin, l'association souligne l'intérêt économique et social de ce cheval de travail notamment le maraîchage, l’entretien des vignes et le débardage. "Le Cheval Auvergne présente un coût de production et d’élevage relativement modéré", affirme l'ANCRA.

Le modèle standard

Postier léger, type médioligne. Taille : 143 cm à 157 cm. Poids : 450 à 650 kg. Robe : bai clair, cerise, cuivré, foncé ou noir pangaré. Les extrémités noires sont bien marquées et il n'a pas de marques blanches importantes. Crinière : simple ou partagée, parfois double, légèrement ondulée, queue très fournie, fanons abondants. Tête : petite, courte et expressive. Chanfrein rectiligne (plutôt concave), nez de renard, petites oreilles mobiles, yeux en amande, avec des arcades sourcilières saillantes et naseaux bien ouverts.



Une association très active depuis 15 ans

En septembre 2009, l’ANCRA a été reconnue comme organisme d’intérêt général. "A force de travail, de rigueur et de persuasion, l’équipe de l’ANCRA a réussi en moins de quinze ans à sortir ce petit cheval de l’oubli puis, dans un deuxième temps, à reconstituer un cheptel crédible." Pour cela, elle a réalisé un catalogue des étalons approuvés, mis en place un fichier de suivi du cheptel, organisé  des concours "Modèles et allures", remis ax adhérents un Guide de l'éleveur du Cheval Auvergne, organisé une journée de rassemblement et un concours "Cheval Loisir" avec l’'Institut français du cheval et de l'équitation et participé à la finale nationale "Modèles et allures" au Sommet de l'élevage (2010)·

Promouvoir le tourisme équestre

Au-delà de la promotion de cette race locale, l'Association compte profiter de son passage parisien pour présenter le tourisme équestre grâce à son stand. "Le Salon International de l'Agriculture est pour notre association le moyen de finaliser notre reconnaissance auprès des institutionnels, des différentes Fédérations de races de chevaux, de l'Institut français du cheval et de l'équitation (ex-Haras nationaux) et du ministère de l'Agriculture." Le 7 octobre 2010, elle a signé en effet un partenariat avec l'Institut. Cette charte repose sur trois principes : une assistance technique de la part de l’Institut, une certification du travail effectué et l’inscription du cheptel sur la base Système d’Information Relatif aux Equidés (SIRE) en tant que cheval de Race Auvergne.

AB.

 
Partager

Vous aimerez aussi