Le bistrot de Chilhac revit grâce à elle sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le bistrot de Chilhac revit grâce à elle

Date : 26/10/2018 | Mise à jour : 26/10/2018 17:53
Partager

Un an et demi après avoir repris un bistrot à Chilhac, une Altiligérienne d’adoption est nominée au concours Initiative féminin. Rencontre avec la joie de vivre en personne.

Pour le 9ème édition du concours Initiative féminin, 122 candidates avaient tenté leur chance. Il ne reste plus que 20 finalistes, dont une Altiligérienne d’adoption. Dans la catégorie « territoire rural », Catherine Feller-Klaine a repris le Bistrot L'Embuscade à Chilhac en avril 2017. Le 29 novembre prochain, elle se prêtera à l'exercice du pitch de son activité, sur scène, à la préfecture de région à Lyon. Dans la foulée, les cinq lauréates seront récompensées avec des prix de 15 000 € chacune.

Un CAP cuisine passé en candidat libre à 35 ans

Jointe par téléphone, Catherine Feller-Klaine nous répond au comptoir entre deux clients, en milieu de matinée, quand la ligne ne coupe pas (ce qui est arrivé trois fois). Alors, est-elle prête pour son discours ? « Pas du tout ! J’ai horreur de ça, rit-elle, je préfère préparer une bonne choucroute ! » Car Catherine Feller-Klaine s’est attachée à développer l’offre restauration du bistrot grâce à un CAP cuisine qu’elle a passé en candidat libre à l’âge de 35 ans. À l’époque, elle était fonctionnaire territoriale à la mairie de Thionville en Moselle (un poste qu’elle a occupé pendant 33 ans). La Haute-Loire, elle ne connaissait pas.
Après avoir vaincu un cancer, Catherine Feller-Klaine a tout plaqué. « J’en avais ras le bol et aujourd’hui je ne regrette pas : j’aurais dû faire ça largement avant ! Je travaille le double pour gagner la moitié mais je suis totalement épanouie et heureuse. » Mais son affaire est-elle rentable dans un village de 200 habitants qui n’est sur le chemin d’aucune autre destination ? « Il faut juste ne pas être gourmand », sourit-elle.

Elle cherchait un commerce à racheter

Mais comment a-t-elle trouvé ce bistrot en particulier ? Catherine Feller-Klaine a contacté la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Moselle pour chercher un commerce à racheter. Rien ne l’attirait. Elle s’inscrit à d’autres CCI dans divers départements. C’est là que le Pays de Lafayette l’invite à visiter l’Ouest de la Haute-Loire. Elle se rend à Brioude, visite plusieurs commerces. Puis elle passe la nuit à Chilhac et se souvient de ce bistrot dans lequel elle avait bu un verre un an auparavant, désormais en liquidation judiciaire. « Ça m’a fait tilt, le coup de cœur », confie-telle.

Grâce à l’aide de l’Initiative Issoire Brioude Sancy (2IBS), elle a pu reprendre l’affaire. La néo-tenancière de 53 ans a développé l’offre : du tabac, de l’épicerie de produits locaux et artisanaux, et bien sûr de la cuisine. Au petit déjeuner, elle a sa clientèle d’habitués. À midi et le soir, elle cuisine sur réservation « pour ne pas avoir à gérer de stock ». Le midi, de la cuisine traditionnelle, des menus simples « 100 % faits maison, mise à part la glace ». Le soir, des planchettes de charcuterie, fromage et pommes de terre au four.

Son prochain projet ? Fédérer autour d’un réseau pour obtenir le label « Bistrot de pays » en Haute-Loire. Pour cela, il faudra l’aide financière des collectivités et d’autres propriétaires de bistrots tout aussi motivés que Catherine Feller-Klaine.

Annabel Walker






 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire