Le Tour pour tous : chacun au bout de l'effort sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le Tour pour tous : chacun au bout de l'effort

Date : 17/07/2017 | Mise à jour : 18/07/2017 06:24
Partager

Avant les stars du Tour de France, les spectateurs massés à l'arrivée au Puy dimanche, ont acclamé un peloton peu ordinaire. Celui du DAHLIR (Dispositif d’Accompagnement du Handicap vers des Loisirs Intégrés et Réguliers).

Ce dimanche 16 juillet 2017, vers 13 heures, une cinquantaine de personnes en situation de handicap de l’association DAHLIR (Dispositif d’Accompagnement du Handicap vers des Loisirs Intégrés et Réguliers) ont parcouru 2,5 kilomètres de la 15ème étape du Tour de France.

Aller au bout de soi-même

La Grande Boucle partait de Laissac-Sévérac l’Église, dans l'Aveyron, jusqu’au Puy-en-Velay sur la route des pèlerins du Saint-Jacques-de-Compostelle. L’occasion pour l’équipe cycliste « Team Dahlir », groupe d’un jour, de pédaler comme les coureurs sur le même tracé qui les a emmenés de la rocade d’Aiguilhe à l’arche de la place du Breuil, où ils ont eu le courage d’aller jusqu’au bout de leur défi, mais avant tout d’aller au bout d’eux-mêmes à l'image de Romain Bardet, l’enfant du pays.

La phrase magique répétée par tous : « Ça va barder les gars ! » en référence au Brivadois favori du Tour.

Leur étape se jouait de 13h à 13h30, dans les 2,5 derniers kilomètres, profitant ainsi des applaudissements chaleureux de la foule en casquette et lunettes de soleil, ainsi que du soutien des bénévoles et du cortège de voitures-balais. A la course de ces cyclistes hors compétition, il fallait aussi ajouter, un maillot aux couleurs du Tour créé spécialement pour l’événement, des vélos prêtés d’un peu partout, même des vélos-tandem, des viennoiseries, des bouteilles d’eau et surtout la gentillesse des bénévoles - qui organisent l’événement depuis octobre 2016 –  y rajouter un bon coup de pédale et ainsi naissait la recette d’une belle ligne d’arrivée avant la caravane du Tour.

Fierté et émotion

Plein de bonne humeur, ce peloton atypique est monté quelques minutes sur le podium du Tour de France. Un honneur pour tous, à l'instar de Jeanne, 23 ans, rare jeune femme de l’équipe Dahlir : « Je suis contente d’être arrivée à l’arrivée ! » confie-t-elle en quittant l’estrade, le visage rayonnant. Valérie, 52 ans, de Saint-Geneys-près-Saint Paulien, la suit du regard avec émotion. Pour cette bénévole et membre de l’association, « le vrai Tour, c’est celui du Dahlir ! Passer sous l’arche d’arrivée est une fierté… Les applaudissements de la foule m’ont beaucoup touchée… Je remercie tous ceux qui nous ont aidés ! ».

Pour aller plus loin dans ce questionnement sur la mixité et la différence, le Dahlir dans son nouveau siège, 12 rue Dolaizon au Puy, a exposé « Hein ? Différence ! » des tableaux, des clichés de personnalités comme Renaud Lavillenie, Églantine Eméyé, Philippe Croizon et bien d’autres aux côtés de personnes aux divers handicaps.

La course aurait pu être délicate mais une chose est sûre : cette expérience place la barre plus haut pour les personnes handicapées, et c’est aussi une chance supplémentaire de sensibiliser le grand public sur l’inclusion des personnes non-valides dans la société. Didier Maneval, grand cycliste, déficient visuel, l’a une fois de plus montré.

Après cette belle journée de Tour, la Team Dahlir n’attend qu’un retour, celui d’enfourcher le vélo plus souvent. « Oui mais après un repos bien mérité ! » précise Romain (pas Bardet !) qui savoure un jour de repos comme les coureurs professionnels.

R.G.



 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...