Le Puy foot relégué en N2 : de nombreux départs attendus sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Le Puy foot relégué en N2 : de nombreux départs attendus

Date : 27/05/2020 | Mise à jour : 28/05/2020 06:07
Partager

L'espoir d'être repêché est très mince mais pas encore évaporé. En attendant, il faut s'attendre à une grosse coupe dans l'effectif, avec déjà deux départs actés : le buteur Tony Patrao et le défenseur latéral Johann Obiang. Près des trois quarts des contrats pro devraient quitter la cité vellave cet été.

Ce mercredi 27 mai 2020 au matin, lors du ComEX (Comité exécutif) de la FFF, la décision votée à 57 % mercredi dernier d’élargir la Ligue 2 de 20 à 22 clubs, a été annulée.

"C'est indigne, ils n'ont pas respecté le vote, mais il faut l'accepter"

Des recours devant le CNOSF (Comité national olympique et sportif) et devant le Conseil d’Etat sont envisagés par les clubs du Mans et d’Orléans, respectivement 19e et 20e de Ligue 2, ce qui pourrait conduire à un repêchage du Puy foot en N1. L’histoire n’est donc peut être pas terminée et "il faudra attendre le 15 juillet pour connaître la fin du film", nous répond le Président du club ponot Christophe Gauthier.
Préférant relativiser et replacer le foot à sa place, il admet tout de même que c'est "une décision négative que nous sommes contraints d'accepter" mais il garde encore un mince espoir compte tenu des très nombreux recours déposés de tous côtés par les clubs de L1 et L2. Ce qui l'agace le plus, c'est de voir qu'on a organisé de nombreuses réunions où des dizaines de personnes se mettent d'accord sur une décision (la L2 à 22 clubs), et que tout est balayé d'un revers de main "selon la volonté d'une seule personne. C'est indigne, ils n'ont pas respecté le vote, mais il faut l'accepter".

Le club du président Christophe Gauthier, dont le budget 2020-21 a été validé mardi devant la DNCG, demeure le premier « repêchable » en cas de rebondissement ou de rétrogradation administrative d’un club mieux classé.

L'espoir de repêchage passerait plus par la DNCG que le CNOSF

Selon nos informations, il ne faudra pas attendre grand-chose des recours posés par les clubs du Mans et d'Orléans. "La Ligue 2 à 22 clubs, c'est mort", résume en substance une source proche du dossier. Seule possibilité à présent pour Le Puy foot de se maintenir en N1 : assister au dépôt de bilan d'un club évoluant au-dessus, ou que la DNCG (direction nationale du contrôle de gestion, l'équivalent du gendarme financier) rétrograde administrativement un club évoluant au-dessus du Puy foot car ses comptes ne sont pas équilibrés.
Compte tenu du contexte sanitaire qui a fortement fragilisé les comptes de nombreux clubs professionnels, l'hypothèse n'est pas tout à fait folle mais il faut reconnaître que ce type de décision n'est pas monnaie courante. On peut citer cependant Epinal, qui a été repêché en N1 en 2015 suite à la relégation administrative d'Arles, Avignon et Istres, puis en 2016 après le passage de la DNCG dans les comptes d'Evian-Thonon-Gaillard. Des décisions tombées à chaque fois en juillet.

Déjà deux départs qui auraient été évités en cas de maintien

Conséquence immédiate de cette relégation en N2 pour le club vellave : un "gros turn-over" dans son effectif professionnel, confie le Président Gauthier. Le club ne pourra pas garder tout le monde et parmi la trentaine de contrats pro qu'il recensait cette saison, il ne devrait en rester que cinq la saison prochaine (Franck L'Hostis, Loic Dufeau, Richard Mendy, Maxime Fleury et Kamel Chergui), sous réserve qu'il ne soit pas sollicités par d'autres clubs (les seuls joueurs pour lesquels une indemnité serait versée au club ponot le cas échéant).
Outre une poignée de joueurs qui étaient prêtés et qui retournent donc dans leur club d'origine, beaucoup arrivaient en fin de contrat en juin 2020, avec une prolongation automatique d'un an en cas de maintien.
C'est notamment le cas de Tony Patrao, auteur de 40 buts en 89 matchs de championnat sous les couleurs ciel et blanc. Arrivé en 2016, il avait été élu meilleur joueur de N2 en 2018/2019, lui qui avait fortement contribué à la montée en N1 en inscrivant notamment le but qui envoyait les siens au 7ème ciel. Il signe à Sète, club de N1, et se rapproche de sa famille. Le défenseur latéral Johann Obiang a pour sa part signé en L2, à Rodez. Dans un cas comme dans l'autre, aucune indemnité n'a été versée au club ponot.

Maxime Pitavy





 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...