Le Puy : Une dame âgée de 89 ans victime d'un vol à l'arraché sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Le Puy : Une dame âgée de 89 ans victime d'un vol à l'arraché

Date : 11/06/2018 | Mise à jour : 11/06/2018 17:41
Partager

Présentées en comparution immédiate au tribunal du Puy-en-Velay ce lundi 11 juin, deux jeunes femmes ont été condamnées à dix mois de prison dont quatre avec sursis pour un vol à l'arraché sur une dame âgée de 89 ans.

Appuyée sur sa canne, l'octogénaire sortait du supermarché Casino et s'apprêtait à rejoindre son domicile situé sur l'avenue Foch au Puy. Mais sur son chemin, elle a croisé deux jeunes femmes, l'une âgée de 28 ans, l'autre de 35 ans. Les deux mères célibataires, sans emploi, déjà connues des forces de l'ordre et de la Justice pour des faits de vol et d'usage de stupéfiants, ont bousculé la vieille dame pour lui dérober son sac de courses et son sac à main. Le tout sous l'emprise de stupéfiants.

Un gendarme témoin de la scène

Un automobiliste qui descendait l'avenue Foch apercevant l'octogénaire en difficulté, a remarqué le comportement suspect des deux jeunes femmes qui prenaient la fuite en courant. L'homme, un gendarme ardéchois, a alors ordonné aux deux suspectes de s'arrêter, ordre auquel elles ont obéi immédiatement. Elles ont d'ailleurs rendu leur butin à la victime en lui présentant leurs excuses.

Placées en garde à vue, elles ont reconnu les faits et expliqué avoir commis "cette grande bêtise" parce qu'elles n'avaient "rien à manger". En larmes lors de leur comparution immédiate ce lundi 11 juin au tribunal du Puy, les deux jeunes femmes ont exprimé leur "volonté de s'en sortir". Une attitude et un discours qui n'auront pas attendri l'audience. La représentante du Ministère Public a requis "une peine sévère" soit huit mois d'emprisonnement dont quatre mois avec sursis et mise à l'épreuve, une obligation de rembourser la victime etc.

Prison, obligation de soins, de trouver un travail et indemnisation

Jugeant les faits "relativement graves" au vu de la fragilité de la victime, le tribunal a condamné les deux jeunes femmes à dix mois de prison dont quatre avec sursis et une mise à l'épreuve de deux ans. Elles ont été placées sous mandat de dépôt. Elles ont également pour obligation de suivre des soins ainsi que de trouver un travail ou d'intégrer une formation et devront indemniser la victime : 800€ pour préjudice moral et 500€ relatifs à l'article 475-1 du Code pénal.

Stéphanie Marin

 
Partager

Vous aimerez aussi