La ferme de Job de Nicole sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

La ferme de Job de Nicole

Date : 09/12/2010 | Mise à jour : 08/05/2011 13:01
Partager

Nicole Raillard lutte pour la protection des chats errants. Elle a crée une association basée dans la Loire pour les recueillir. Lors d’une réunion à l’occasion de la Quinzaine des chats , qui dure jusqu’au 20 décembre, nous l’avons rencontrée.

Pouvez-vous vous présenter ?

"Je m’appelle Nicole Raillard, je suis retraitée d’une profession qui soignait les humains, puisque j’étais médecin et je me suis arrêtée pour pouvoir soigner les chats. J’ai toujours vu des chats abandonnés, errants, et je me disais que si je pouvais un jour leur donner une maison je serais très contente. Nous avons crée l’association Ferme de Job, pour les recueillir, et aujourd’hui, nous présentons Dotajob, qui est un fond de dotation pour recevoir des dons et legs, et lutter pour la protection animale."

Comment agissez-vous concrètement pour protéger ces chats ?

"D’abord, nous nous occupons des chats dont personne ne veut, les chats errants. Nous voulons nous mettre dans un créneau : les chats non adoptables. Nous voulons leur donner un toit et les nourrir. Nous avons 2 lieux d’asile pour ces chats à Saint-Paul-de-Vézelin, près de Saint-Germain-Laval."


Quelle est la condition des chats errants dans la Loire ?

"Elle est comme partout, elle est catastrophique. Mais certaines municipalités du département aident vraiment les chats errants. En revanche, dans une mairie, on m’a téléphoné pour me dire « si vous ne venez pas chercher ces chats, nous allons les noyer dans la Loire». Beaucoup de personnes ont besoin de nous pour les débarrasser des chats errants : les syndics d’immeubles par exemple."

Si vous aviez un message à faire passer aux gens qui ne veulent plus de leur chat, qui veulent l’abandonner, quel serait-il ?

"Il ne faut pas abandonner un chat : on l’a pris, on s’en est occupé, on va jusqu’au bout. On ne se décharge pas sur la société ou sur les autres pour se soulager du problème. Si le chat n’est pas sauvage, l’adoption est la meilleure solution, on peut le laisser à une association qui s’en occupe, ou demander à un vétérinaire s’il connaît un adoptant."

SB

En savoir +

 
Partager

Vous aimerez aussi