La crèche version mini à Rive-de-Gier sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

La crèche version mini à Rive-de-Gier

Date : 09/07/2015 | Mise à jour : 10/07/2015 17:37
Partager

Dans la Loire, on en compte déjà plusieurs dizaines de micro-crèches. Ces structures acccueillent un nombre réduit d'enfants.

De la conception de vélos pour une célèbre marque de sport à créatrice d'une micro-crèche, Karine Di Pasquale a fait le grand saut. Cette Nordiste a ouvert il y a un an La maison champignon, sur les hauteurs de Rive-de-Gier. Il s'agit d'une micro-crèche : "nous pouvons accueillir 11 enfants au maximum", explique cette maman de deux enfants, de 4 ans et demi et 1 an.

"C'est à la naissance de ma fille, que l'idée est née : je me suis mise à chercher une crèche, sans en trouver, me rendant compte du manque réel de place pour faire garder ses enfants". Elle réfléchit alors à un projet de micro-crèche, "parce que j'avais envie de monter une entreprise", indique cette membre du réseau entreprendre Loire . Car Karine Di Pasquale a monté une vraie société, sous le statut d'une EURL. Le projet a pris forme quand un promoteur lui parle d'un local en construction, à Rive-de-Gier, prévu pour une micro-crèche. Son conjoint ayant aussi trouvé un travail dans la région, la famille déménage dans la Loire. Aujourd'hui, sa structure, ouverte de 7h à 19h, compte 6 salariés. 22 enfants y sont inscrits. 

Les parents, quant à eux, touchent les aides de la CAF pour la garde des enfants, comme dans une crèche "classique" : sauf qu'ici, l'allocation est versée aux parents et pas à la structure. En terme de coût, la fondatrice de la structure assure qu'il est "globalement le même que dans une crèche classique". L'intérêt d'être un si petit nombre ? "je dirais que c'est un juste milieu entre l'assistante maternelle et la crèche, qui accueille jusqu'à 20 enfants", explique l'ancienne ingénieure.

L'accueil se veut collectif, mais également plus facilement personnalisable que dans une crèche traditionnelle. Karine Di Pasquale explique le succès de sa micro-crèche également par le manque de places pour la garde d'enfants : "les parents sont contents de pouvoir faire garder leur enfant, le fait qu'elle soit petite n'est qu'un plus". Ouverte en juin 2014, la Maison champignon pourrait bien pousser ailleurs. Karine Di Pasquale cherche à ouvrir une nouvelle micro-crèche, notamment sur Saint-Chamond. 

S. B.

En savoir + 

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...