La communauté musulmane fête l’Aïd sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

La communauté musulmane fête l’Aïd

Date : 31/07/2020 | Mise à jour : 31/07/2020 18:20
Partager

Sur le bassin ponot, les musulmans ont célébré « La grande fête » ce vendredi 31 juillet. Le contexte particulier sur fond de consignes sanitaires bouscule cette édition sans précédent. En parallèle, le collectif des Animalistes 43 monte au créneau pour dénoncer des pratiques "hors-la-loi" quant aux sacrifices des animaux.

« Le gros problème que nous avons cette année, c’est que tout le monde a dû rester ici dans le département, confie Mohammed Boussikli, président de la Mosquée Ar-Rahma du Puy-en-Velay.  D’habitude , 60 % de la communauté partent vers leurs pays d’origine, notamment dans le Maghreb. Cette année, à cause des restrictions sanitaires, aucun n’est parti. » Ce sont ainsi environ 5 000 musulmans sur le Puy-en-Velay et ses environs qui honorent cet événement incontournable. « Cela pose des problématiques surtout au niveau de l’abattage des moutons par les abattoirs, explique-t-il. Celui de l’agglomération du Puy-en-Velay nous restreint à 200 bêtes par jour. Or, pour satisfaire tout le monde, il faudrait au moins 5 abattoirs de cette taille  »

350 moutons à l’abattoir du Puy

Ce vendredi matin, dès 7 heures, ils sont environ 400 musulmans à prier sur l’esplanade de la Mosquée de Guitard. « Tout le monde est venu avec son masque et son propre tapis de prière, précise Mohammed Boussikli. Chacun s’est également lavé les mains avec du gel hydroalcoolique avant de se rendre sur les lieux. Ils prient pour le sacrifice de l’animal qui va donner lieu à des gestes de partage dans la famille et les gens dans le besoin. Ils prient aussi pour se rapprocher toujours plus de Dieu. »
D’après lui, 210 moutons ont été amenés la veille pour être sacrifiés en respectant le rituel halal. 350 seront au total ont été abbatus ce vendredi 31 juillet d’après les chiffres partagés par le directeur de l’abattoir du Puy. « Cette année, les gens vont un peu se débrouiller comme ils peuvent pour le sacrifice de l’animal. Car l’abattoir ne peut pas absorber un nombre aussi important de moutons ».

Sacrifice avec ou sans étoudissement ?

« Il est important que les moutons dorment la veille à l’abattoir pour être sacrifiés le lendemain à l’aube, précise Mohammed Boussikli. Nous refusons catégoriquement toutes les méthodes possibles d’étourdissement employés par les abattoirs. Il faut que l’animal soit conscient pour respecter le rituel religieux. » Si la législation oblige l’étourdissement des animaux avant l’abattage, elle rappelle également que cette directive « n’est pas compatible avec les prescriptions rituelles relevant du libre exercice des cultes, la réglementation prévoit une dérogation possible à l'obligation d'étourdissement sous certaines conditions ».
Mohammed Boussikli ajoute : «Pour nous, étourdir l’animal avant sa mise à mort, c’est le faire souffrir deux fois. Une fois avec l’électronarcose et une autre fois avec le coup létal. L’abattage lors de ce rituel est très encadré. Il est fait par un sacrificateur formé pour ça, détenant sa carte mandatée par l’une des trois grandes mosquée de France. Sur le bassin ponot, il y a six sacrificateurs dont un à l’abattoir du Puy. La lame doit être extrêmement effilée afin que son passage occasionne le moins de souffrance possible à l’animal. Nous sommes absolument contre toute souffrance animale ».

La célébration du l’Aïd va se poursuivre durant trois jours où la communauté musulmane va principalement partager la viande sacrifiée avec leurs proches.

Nicolas Defay



Voici le communiqué en l'état du collectif des Animalistes 43 :

« C’est en cette fin de mois de juillet que les musulmans fêtent Aïd el-Kébir. Cette célébration religieuse s’accompagne généralement du sacrifice de moutons et agneaux. En Haute-Loire, l’abattoir du Puy-en-Velay aurait cédé à la demande de la communauté musulmane d’abattre les animaux sans étourdissement préalable. Si l’abattoir a pour l’instant différé sa réponse à nos questions tout en semblant gêné, plusieurs sources non officielles nous ont affirmé que l’étourdissement par électronarcose n’aurait pas lieu, malgré la réticence des employés de l’abattoir. »

« Il s’agirait d’une décision collégiale entre la direction de l’abattoir et la communauté d'agglomération. Bien entendu, cela engendre une violence inouïe ! La douleur et la peur des animaux se rajoute au fait même de perdre la vie. Que dit la loi ? En France et en Europe, il est obligatoire de rendre les animaux inconscients lors de la mise à mort. Pourtant cet impératif ne s’applique pas pour les abattages rituels casher et halal, qui peuvent bénéficier d’une dérogation. »

« On reconnait donc que cela ne devrait pas exister mais on le tolère tout de même ! Quelle que soit l’espèce, l’égorgement sans étourdissement préalable est jugé « inacceptable » par la Fédération des Vétérinaires Européens (FVE)3 , et « à éviter » par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) 74 % des Français sont contre la dérogation de l’abattage rituel qui permet de ne pas étourdir les animaux avant leur abattage (sondage IFOP, mai 2020, pour l’OABA). Nous demandons aux abattoirs et municipalités de cesser d’être complices de cette pratique cruelle, et aux musulmans d’envisager une pratique religieuse mettant en avant la compassion. Le sacrifice animal n’est pas une obligation pour les musulmans. Une alternative charitable est notamment possible : Voir la campagne #UneMaisonPourLaïd, qui propose d’investir la somme destinée au sacrifice du mouton de l’Aïd pour venir en aide aux sans-abri ».

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistea le 3 août 2020 - 08h10
Ne pas confondre avec la "tuaille du cochon" qui n'a rien à voir avec la religion !!! On tue le cochon pour manger, point barre !! Et généralement en période hivernale car la viande, sous quelles formes que ce soit, se conserve mieux.

Signaler un abus

img_journalisteL le 2 août 2020 - 19h58
je suis favorable à ce qu'on adopte certaines solutions alternatives, ce qui se fait dans certains pays. Mais que la loi s'applique aussi dans nos campagnes. J'ai entendu l'an dernier pendant plus de 10 minutes les couinements d'un cochon tué à la ferme !

Signaler un abus

img_journalisteDC le 2 août 2020 - 18h19
Je crois savoir que tout abattage "à la maison" est interdit. Le cochon comme le mouton... Là, plus compliqué. L'état cède devant 1 pratique religieuse en laissant entrer à l'abattoir un religieux qui pratique un abattage rituel sans anesthésie de l'animal. Quand les croyances prennent le pas sur la raison, Laïcité et République sont en danger. Ce risque n'est pas l'apanage de l'islam, hélas. Voir position cette semaine de cathos mettant en avant la primauté de la loi naturelle: bioéthique

Signaler un abus