La Haute-Loire: 15e département le plus radioactif en France sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

La Haute-Loire: 15e département le plus radioactif en France

Date : 21/03/2011 | Mise à jour : 21/03/2011 17:08
Partager

Selon les chiffres du Réseau national de mesures de la radioactivité de l'environnement, la Haute-Loire se place au 15e rang des départements français les plus radioactifs. Pourtant, la Haute-Loire ne compte aucune installation nucléaire, comment alors expliquer ce phénomène?

Avec un débit de dose gamma moyen égal à 122,9 nanoSievert/heure*, la Haute-Loire est le 15e département français le plus radioactif. Ce niveau de contamination, relativement faible par rapport aux seuils d'alerte (voir tableau), s'explique d'abord par le fait que le département est naturellement granitique, c'est-à-dire qu'il est riche en uranium et notamment en radon, un gaz radioactif. On le trouve facilement dans les parties basses des maisons, et dans les caves par exemple. La nature du sol et des roches favoriserait donc cette radioactivité, les roches ayant longtemps été utilisées dans la construction des habitations, bâtiments publics, etc... « Les conséquences sur la santé ne sont pas négligeables, estime Jean-Pierre Minne, du Réseau Sortir du nucléaire. Le radon présente de faibles doses de radioactivité en termes de rayonnement. Cependant, c'est un composant radioactif qui contamine l'air et l'eau. Les personnes qui inhalent ce gaz depuis longtemps peuvent souffrir par exemple de cancer des poumons, des bronches ou encore de la thyroïde. En tout cas, ce gaz peut avoir des effets sur la santé. »



Deux anciennes mines d'uranium


La radioactivité ambiante en Haute-Loire s'explique également par la présence de deux anciennes mines d'uranium. La mine des Prades, à la Chaise Dieu, exploitée entre 1975 et 1977, est la plus importante du département. Elle a été cédée à la commune qui l'a transformée en terrain de foot municipal. La deuxième exploitation, la mine de Driot, se trouve à Vorey-sur-Arzon. Elle a produit de l'uranium de 1958 à 1960. Ce site doit être réhabilité par Areva, son propriétaire. En effet, depuis une circulaire de juillet 2009, toutes les anciennes mines d'uranium doivent faire l'objet d'une surveillance accrue et d'une réhabiliation. Areva, qui est le principal exploitant, doit ainsi rendre un bilan environnemental sur la Haute-Loire le mois prochain, afin de mettre en place de nouvelles mesures préventives pour imiter la radioactivité.



Une proximité dangereuse avec les centrales nucléaires de Rhône-Alpes

 

Par ailleurs, l'est de la Haute-Loire est une région exposée à la pollution radioactive en cas de catastrophe puisqu'elle se trouve à moins d'une centaine de kilomètres de plusieurs centrales nucléaires de la Vallée du Rhône tels que le Tricastin, un émetteur de polluants très importants, la centrale de Cruas-Meysse et celle de Saint-Alban-du-Rhône. Une proximité qui pourrait se révéler donc extrêmement dangereuse en cas de catastrophe. « Il faut savoir, explique Pierre Pommarel, porte parole départemental pour Europe Écologie-Les Verts, que les centrales du Rhône, et la majorité des centrales en France, sont les mêmes que les centrales nucléaires japonaises. Elles fonctionnent avec des réacteurs à eau pressurisée. Cela veut dire que s'il y avait un problème dans le refroidissement - une coupure électrique par exemple – cela pourrait provoquer une explosion de gaz, et donc la fuite de polluants radioactifs. Les zones situées dans un périmètre de 50 km autour des centrales disposent bel et bien d'un plan d'urgence en cas de risque, mais en Haute-Loire, par exemple, il n'y a pas de plan d'exposition ou de mesures d'exercice. Or, en cas d'explosion, si le vent souffle vers l'Ouest, le département serait contaminé lui aussi.»



"Sortir du nucléaire"



Depuis de nombreuses années, les écologistes militent pour une sortie progressive du nucléaire. « Le drame japonais a confirmé un risque trop souvent sous-estimé voire caché : la vulnérabilité des centrales aux risques naturels », déclare Europe Écologie-Les Verts, dans un communiqué de presse. Le parti demande notamment qu'une expertise soit réalisée au plus vite sur les risques sismiques qui entourent les sites nucléaires. Il souhaite, à long terme, orienter la France vers une sortie du nucléaire. Mais comment remplacer le nucléaire? « Le nucléaire, reprend Pierre Pommarel, ne représente aujourd'hui que 14% de la production d'énergie totale en France. Et il produit surtout de l'électricité. Ce qu'il faudrait, c'est mettre en place un plan d'économie en matière de consommation électrique. Nous proposons de réduire de moitié cette consommation sans toucher au confort des Français.» Comment? En généralisant, par exemple, l'usage des leds pour l'éclairage public, en isolant mieux les bâtiments et en développant davantage l'éolien, le photovoltaïque, le biogaz ou encore l'hydraulique. Voici quelques-unes des solutions proposées par Europe Écologie-Les Verts.

 

* Moyenne calculée sur quinze jours, du 1er au 15 mars 2011, à partir des données de l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et de l'ASN ( Autorité de Sûreté Nucléaire)




Voir la liste des 55 départements français les plus radioactifs.

Voir le tableau des seuils de radioactivité autorisés.

Voir la carte de France des sites nucléaires.



Concepcion Alvarez

Selon un sondage, réalisé sur Zoomdici la semaine dernière, sur 860 personnes interrogées,

60%

se disent pour une sortie du nucléaire,

31%

sont contre et

9%

ne se prononcent pas.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteMR le 26 mars 2011 - 21h51
il est urgent de tourner la page du pétrole et de l'atome sinon il n'y aura plus un seul humain pour lire la suite !!!!!!!!

Signaler un abus

img_journalisteAO le 26 mars 2011 - 03h58
@m - le 25 mars 2011 - 16h42 cher m, c'est toi qui devrait prendre un cours sur l'énergie : En france la part du nucléaire pour l'énergie est belle et bien d'environ 14% qui est presque exclusivement réservée à la production d'électricité. Pour le prix, le prix que le consommateur paie ne couvre absolument pas les couts pour maintenir un parc nucléaire en bon état... En revanche la propagande de l'état français permet de maintenir les français dans la désinformation et l'ignorance.

Signaler un abus

img_journalistem le 25 mars 2011 - 16h42
Il faut arrêter de stigmatiser le nucléaire. il faut rester vigilant et maintenir voir augmenter les exigences en matière de sécurité. Par contre le nucléaire reste pour l'instant beaucoup moins cher que les énergie fossiles (charbon, gaz,...) et ne produit pas de CO2. De plus les journalistes devraient faire attention à ce qu'ils écrivent, en France c'est 70% de la production qui provient de centrale nucléaire et pas 14%, au Japon ce sont des réacteur à eau bouillante et en France des REP.

Signaler un abus