La Chaise-Dieu : un internat inspiré des orchestres des quartiers populaires d’Amérique latine sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

La Chaise-Dieu : un internat inspiré des orchestres des quartiers populaires d’Amérique latine

Date : 23/04/2020 | Mise à jour : 24/04/2020 12:41
Partager

Avis aux élèves de CM2 qui n’ont jamais pris de cours de musique mais qui se prendraient volontiers de passion pour un instrument à cordes. 14 places sont à prendre au tout nouvel internat à thème de La Chaise-Dieu.

Si la crise sanitaire de Covid-19 n’avait pas frappé, des réunions publiques avec les élèves et leurs parents auraient été organisées. Certaines le seront probablement dans les semaines à venir, après la reprise. Il s’agit de « faire comprendre aux parents que l’internat à thème "instruments à cordes" qui va ouvrir en septembre au collège de La Chaise-Dieu est un internat nouvelle génération, présente Marie-Hélène Aubry, directrice académique des services de l'éducation nationale de Haute-Loire, un internat qui favorisera la réussite à long terme de ceux qui y seront passés. »

Pour autant, la structure, pilotée par l’Education nationale et le Conseil départemental de la Haute-Loire, se veut l’inverse d’une filière élitiste réservée à une minorité. « L’idée c’est d’accueillir des enfants qui ne fréquentent pas de conservatoire et qui ne savent pas lire la musique », expose le recteur de l'académie de Clermont-Ferrand, Karim Benmiloud. « On s’inspire des orchestres nés dans les quartiers populaires d’Amérique latine, illustre la déléguée académique à l'action culturelle, Agnès Barbier, les jeunes apprennent par la pratique, directement sur l’instrument dès le premier cours ; il s’agit d’une pédagogie innovante ». Et de lister les atouts que confèrent la pratique d’un instrument : rigueur, mais aussi ouverture culturelle, joie de vivre… de quoi élever l’âme dans tous les domaines de la vie.

Et ceux qui s’y connaissent déjà en musique ?

« Nous souhaitons des élèves de même niveau pour une dynamique de groupe, mais on verra selon les candidatures », répond Agnès Barbier.

Et ceux qui entreront en 5e à la rentrée ?

« La priorité sera donnée aux 6e… mais si l’emploi du temps des 5e le permet, pourquoi pas ? Pour les plus motivés », concède Agnès Barbier.

Cet enseignement musical ne se fera pas au détriment des disciplines scolaires. L’ensemble des cours sera dispensé. La pratique musicale (instrumentale mais aussi vocale) se fera en fin de journée. Elle sera assurée par trois enseignants du Conservatoire à Rayonnement Départemental (CRD) de la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay à raison d’1h30 d'intervention hebdomadaire chacun. Les élèves seront accompagnés, tout au long de l’année, par le festival de La Chaise-Dieu. Les internes recevront aussi des visites de l’Orchestre régional d’Auvergne et assisteront à certains de ses concerts.
Les enfants s’entraîneront dans les locaux du syndicat mixte du Projet Chaise-Dieu mais aussi dans un pavillon du village vacances de La Tour. L’ancienne école hôtelière a d’ailleurs finalement été choisie pour héberger les internes (un test l’année dernière avait été fait à l’Institut médico-éducatif Maurice Chantelauze de La Chaise-Dieu mais les bâtiments, appartenant à l’Agence régionale de santé, demandaient trop de travaux de mise aux normes d’après Agnès Barbier).

Et Madeleine Dubois ne tarit pas d’éloges sur ce village vacances appartenant au Département de la Haute-Loire, en délégation de service public. La vice-présidente du Conseil départemental en charge de l’Éducation, de la Culture, des Patrimoines et de la Jeunesse fait valoir ses cinq hectares de parc arboré et son expertise dans l’accueil d’enfants.
Le Département consacrera au projet 33 000 euros de dépenses de fonctionnement et environ 40 000 euros d’investissement (restauration, minibus, achats de violons et altos…).
Mais l’internat ne sera pas réservé aux seuls enfants altiligériens. L’Education nationale compte bien en faire la promotion dans quelques écoles du Puy-de-Dôme. « Dans les zones très denses en termes de population, certaines familles peuvent avoir envie d’un accueil plus individualisé, souligne le recteur d’académie, en même temps ça permet de montrer que l’offre culturelle n’est pas seulement concentrée dans les grandes agglomérations, on le voit aussi avec le Doyenné à Brioude et ses grandes expositions. » La Loire est aussi un vivier envisagé.

Un internat pour sauver le collège de ses faibles effectifs ?

Marie-Hélène Aubry réfute en bloc l’idée que le collège Henri Pourrat de La Chaise-Dieu soit menacé du fait de ses faibles effectifs. Il compte environ 15 élèves par niveau, donc une soixantaine d’élèves et s’inscrit en réseau avec les collèges d’Allègre et Craponne depuis plusieurs années. L’internat musical, lui, pourrait accueillir à terme environ 70 élèves répartis sur les quatre niveaux du collège.

Outre l’absence d’apprentissage musical préalable, le critère principal sera la motivation. « Le corps d’inspection pédagogique fera éventuellement des entretiens téléphoniques pour mesurer l’appétence des élèves et des parents », précise Marie-Hélène Aubry même si elle doute que les candidats soient légions vu la diète de communication imposée par l’épidémie de coronavirus. « Si on a 30 à 40 candidats, ce sera déjà bien », estime le recteur. Sachant qu’il y a 14 places et que le nombre minimum d’élèves pour ouvrir est fixé à quatre internes. Et « quel que soit le contexte », Madeleine Dubois promet une ouverture en septembre pour ce projet qui a mûri « lentement mais sûrement ». 

Annabel Walker



> Comment se porter candidat ?

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistec le 25 avril 2020 - 09h50
Très belle initiative de l'Education Nationale et des élus locaux qui rapprochent la culture des zones rurales éloignées de tout !

Signaler un abus