logo_zoom

La Battle 43 met le feu au stade Massot

Date : 19/03/2017
Partager

Ces 18 et 19 mars s'est déroulée la Battle 43, qui a su profiter de sa migration au gymnase Massot pour attirer des crews épatants et un public impressionné.

Ce week-end du 18 et 19 mars la Hip-Hop Academy du Puy-en-Velay organisait la Battle 43, Break Party & Kids. L'événement a réuni du beau monde au stade Massot, comme le crew stéphanois Melting Force, qui a remporté un titre de vice-champion du monde lors de la Battle Of The Year l'an dernier en Autriche. On peut aussi noter Tie Break Squad, anciens Pockemon Crew, connu pour ses nombreux titres et ses spectacles épatants, Yeah Yellow ou encore Zee Street.

Deux mots d'ordre : découverte et partage


Au delà de la compétition, l'objectif de l'organisateur, Victor Moutbeka, est aussi de faire connaître le monde du hip-hop, encore méconnu et mal compris. « Le but, c'est de faire partager un moment agréable et faire découvrir la culture urbaine. Je dirais aux gens de venir découvrir, d'enlever les préjugés et se faire leur propre opinion après, mais d'abord venir partager. Moi ce que j'aime c'est le côté familial, le partage, la bonne ambiance. »

Et le succès est au rendez-vous puisque la manifestation a migré de la salle Balavoine de Guitard au gymnase Massot et les bancs sont bien remplis, ce qui ravit Victor. « Si on a une salle plus grande, forcément, on a plus de gens ! »

L'organisateur n'est pas le seul à se féliciter de cette affluence. Nanou, 21 ans et originaire du Puy-en-Velay, membre de Cartouche Crew, nous confie que c'est la première fois qu'elle danse avec autant de monde, aussi bien en terme de spectateurs que de danseurs. « Danser contre plus fort que moi, ça me motive, ça me donne envie de travailler encore plus, de me dépasser. » Et pour ceux qui hésiteraient à se lancer, la jeune fille rappelle que cette discipline se veut populaire et accessible, à l'image de l'événement. « Le hip-hop, ça a commencé dans la rue. Je dirais aux gens qui veulent essayer de regarder beaucoup de battles, de s'entraîner devant le miroir. De demander des conseils aussi, même si on a pas beaucoup de passages pendant la battle, c'est pas grave, faut continuer à s'entraîner. »

Un show endiablé


Le show s'ouvre par une démonstration de beatboxing, faite par Adrien, qui donne quelques techniques pour épater ses amis en soirée. Le truc serait donc de partir des mots « petit cassé, » d'enlever les voyelles et de simplement continuer en rythme. Plus facile à dire qu'à faire, tout comme la performance d'Asticot, qui nous présente le popping. Cette technique est en fait une contraction musculaire, proche de la célèbre danse du robot, qui consiste à se caler sur des basses et bloquer ses muscles sur les temps.

Le public s'échauffe doucement, sous l'impulsion de Victor Moutbeka, qui l'invite à applaudir et à crier « hop » quand il dit « hip. » Chacun admire les prouesses des danseurs et les exclamations fusent bientôt devant les figures impressionnantes et les provocations bon enfant. Car même si une assurance affichée et un feint mépris envers le crew adverse font partie de la performance, l'organisateur rappelle qu'un des critères de notation des trois juges est le respect et l'esprit de groupe, en plus du sens artistique et d'autres aspects techniques.

Une compétition époustouflante

Après une première phase éliminatoire et un petit avant goût de la version kids, qui s'est déroulée dimanche 19 mars, c'est Zee Street et Tie Break Squad qui parviennent jusqu'à la finale. Ces derniers l'emportent, après une belle battle, électrifiée par la venue des spectateurs au plus près de la piste. L'équipe gagnante se réjouit de sa première venue au Puy-en-Velay : « c'était bien, j'ai bien aimé l'ambiance, ça s'est super bien passé pour nous. Le public était là, il participait, applaudissait. »

L'énergie communicative des danseurs a su faire son chemin, notamment auprès de Carine, de Brives, venue avec son fils Jules, 9 ans, qui a démarré le hip-hop cette année. « C'est un univers que je connais pas du tout, c'est particulier mais sympa. Et puis, c'est une belle performance physique, je trouve. » Un pari réussi donc, pour cette édition encore plus grande et plus belle de la Battle 43.

T.N 



Voir la galerie photos Battle 43 2017

 
Partager

Vous aimerez aussi