L'invité du mercredi: "On est resté fidèle à la chanson francophone tout en sachant se renouveler" sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

L'invité du mercredi: "On est resté fidèle à la chanson francophone tout en sachant se renouveler"

Date : 18/05/2017
Partager

Simon Javelle, le directeur du Festival Paroles et Musiques de Saint-Etienne, était l'invité du Journal de TL7 ce mercredi 17 mai. Il a répondu aux questions de Marianne Rey et des internautes de Zoomdici.fr.

Question de David, intermittent du spectacle

"Pourquoi tous les festivals en France proposent quasiment la même programmation de têtes d’affiches: Doré, Viannez, Delerm, Claudio Capéo...?"

"Tout simplement parce que l’on est tributaires des artistes qui sont en tournée ou non au moment du festival", explique Simon Javelle qui avoue que "la profusion des festivals a changé le modèle économique". Alors, quelle est l’originalité de Paroles et Musiques ? Pour Simon Javelle: "C’est d’être dans une grande ville de près de 200 000 habitants avec une fidélité à l’expression francophone tout en sachant se renouveler avec des programmations de nouvelles esthétiques musicales."

Question de Magalie, fidèle du festival

"Allez-vous cette année réitérer la mise en place d'un village avec de vrais food truck ? L'année dernière la restauration n'était pas du tout à la hauteur. En 2015, c'était le top !"

Le festival a travaillé l’an passé avec l’association des food trucks stéphanois. "Il y a eu de mécontents, d’autres contents… c’est une histoire de goût et de couleurs", tente de se justifier le directeur qui promet que cette année des food trucks locaux seront de nouveau présents sur le site de la plaine Achille.

Question d’Isabelle, secrétaire à Roche-la-Molière

"La fermeture définitive de la salle Jeanne d’Arc, après la réhabilitation de l’ancienne Comédie de l’avenue Emile Loubet, va-t-elle mettre en péril l’équipe de direction du festival ?"

"Non, parce que les équipes sont séparées désormais", affirme le jeune homme. Il y a 2 associations distinctes : l’une pour le festival, l’autre pour la salle Jeanne D’arc. Cette dernière poursuivra son travail dans le nouveau lieu de l’avenue Emile Loubet en 2019.

Question de Gabriel, un stéphanois

"Depuis, la mise en place de l’Etat d’urgence, quel est le surcoût lié à la sécurité?"

"Il y a un surcoût mais comme on est un festival de salles c’est faible par rapport à des festivals qui proposent des concerts en plein air", précise Simon Javelle. Pour moins dépendre des collectivités, le festival noue depuis ces dernières années des partenariats avec des entreprises privées, tout en conservant des tarifs très accessibles (5 euros un concert au Pax et un tarif solidaire pour les chômeurs -50%, par exemple). Avec les différentes jauges des salles stéphanoises, le festival arrive à de très bons taux de remplissage en jonglant avec la notoriété des artistes. Il faut savoir que le budget du festival s’élève à 800 000 euros (65% d’autofinancement, 30% d’aides publiques).

Question de Tylian, étudiant à Jean Monnet

"Que propose le festival Paroles et Musiques aux jeunes groupes stéphanois ?"

"On a fait une sorte de petit tremplin sur le net où les groupes pouvaient déposer des titres et on a choisi avec les bénévoles des artistes pour des 1ères parties. On a retenu une quinzaine d’artistes sur 150 dossiers". De plus, une opération intiutlée "Paroles de Zinc", donnera le coup d’envoi du festival le 2 juin dans des bars stéphanois, avec des artistes de la région. Pour ces derniers, il y a une rétribution. Pour les spectateurs, c’est gratuit (sauf les consos, bien sur !)

F. P.

Voir ou revoir l'interview:



Simon Javelle par tl7loire

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...