L’Urssaf et Pajemploi au Puy "profondément fragilisés" sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

L’Urssaf et Pajemploi au Puy "profondément fragilisés"

Date : 13/10/2020 | Mise à jour : 13/10/2020 17:45
Partager

Il y a un an, les agents des deux structures étaient présents au même endroit, sur le parvis de la Sécurité sociale au Puy-en-Velay. Rien n’a changé selon la CGT.

« Depuis sa création, le centre national Pajemploi a toujours été un modèle en termes de réussite, partagent les agents des entités ponotes. Mais depuis un peu plus d’un an, nous subissons d’importantes réformes. Le transfert des CAF vers le Centre Pajemploi (CPE) de la responsabilité du calcul et du versement du Complément Mode de Garde et le déploiement du nouveau service Pajemploi+, a profondément déstabilisé notre fonctionnement ».

Ils insistent : « Cette réforme, mise en œuvre dans la précipitation, a fortement fragilisé le système d'information du Centre Pajemploi, de multiples anomalies ont plongé dans la difficulté des milliers de parents employeurs. Les lots correctifs qui ont succédé ne sont pas parvenus à stabiliser le système ».

Des moyens financiers et humains très insuffisants

Les moyens humains et matériels affectés à cette réforme se sont, d’après eux, avérés insuffisants, confirmant au passage les craintes qu’ils avaient exprimées en amont au sein des instances représentatives du personnel de l'Urssaf d'Auvergne.
« Les particuliers employeurs et les agents du CPE en ont fait quotidiennement les frais, les employeurs et leurs salariés se trouvant parfois dans des situations de grande détresse, les agents se trouvant dans l'incapacité de solutionner les problématiques rencontrées, déplorent-ils. Bien qu’aujourd’hui ces dossiers soient moindres, la confiance des usagers s'en trouve profondément altérée et le Centre Pajemploi s’est retrouvé dans l'incapacité de remplir convenablement la mission de service public qui lui a été confiée ».

Pajemploi, quesako ? 

Pajemploi est une offre de service du réseau des Urssaf. Elle est destinée à simplifier les formalités administratives pour les parents employeurs qui font garder leurs enfants par une assistante maternelle agréée ou une garde d’enfants à domicile.

Une crédibilité de leurs services en berne

« Les évolutions réglementaires à savoir les prélèvements à la source, exonérations des heures supplémentaires et complémentaires, sont désormais prises en compte et déployées avec plus d'un an de retard, nous apprennent-ils. Ce décalage de mise en place, sur un système d’information fragilisé, a bien évidement eu des conséquences importantes qui viennent se cumuler aux difficultés précédentes. Nous aurions dû, en tant qu’Urssaf, être garant quant à leurs applications ».

En ce sens, ils sont conscients que la crédibilité du Centre Pajemploi, et plus largement celle de la branche recouvrement, est du coup durement impactée. « D’autre part, la crise du Covid, qu’il a fallu gérer d’urgence dans ce contexte difficile nous a généré un travail faramineux (avec là aussi, beaucoup d’anomalies) et un stress au quotidien ».

« Une démotivation se généralise car il est difficile de voir une issue dans ce contexte »

Au sein des structures, de nombreux arrêts maladies ont conduit à une désorganisation inquiétante, d’après les mots employés par les agents présents. « Une démotivation se généralise car il est difficile de voir une issue dans ce contexte. Désorganisation et détérioration des conditions de travail en sont le résultat. La direction de l'Urssaf d'Auvergne a été alertée à de nombreuses reprises sur les risques psychosociaux induits par cette surcharge de travail qui ne peut plus être niée. »

Selon leurs dires, la direction de l'Urssaf d'Auvergne est aujourd'hui contrainte de mobiliser massivement les agents du Centre Pajemploi et des Urssaf les samedis pour faire face à la surcharge de travail. « Les heures supplémentaires ne sont pas la solution ! », fulminent-ils.

Une utilisation exagérée de contrats précaires

« Il est urgent de déployer les moyens humains et matériels pérennes nécessaires !, avertissent-ils. Une politique de recrutement ambitieuse, à la hauteur de l'enjeu doit être menée. Le recours aux contrats précaires et à l'intérim a démontré ses limites. Pour assainir la situation, la stabilisation du système d'information apparaît fondamentale, son pilotage doit être confié aux personnels compétents en interne ».

Nicolas Defay

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire