L’Engie Open dans les starting blocks (VIDEO) sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

L’Engie Open dans les starting blocks (VIDEO)

Date : 09/11/2018 | Mise à jour : 10/11/2018 15:50
Partager

Rendez-vous du 21 au 27 janvier prochain pour le tournoi international de tennis féminin.

Cette semaine, se tenait la conférence de presse de lancement de l’Engie Open d’Andrézieux Bouthéon. L’occasion pour l’organisateur, Jean-Claude Pietrocola, de nous présenter une nouvelle version du tournoi.

Une joueuse organisatrice du tournoi

Stéphanie Foretz a obtenu 10 titres ITF (circuits similaires à celui d’Andrézieux-Bouthéon) dans sa carrière de tennis-woman. À 37 ans, elle a décidé de s’investir dans l’organisation de l’Engie Open: « Déjà, mon attention c’est de faire revenir les joueuses, d’être là pour les aider. D’organiser les journées aussi, avec des matchs intéressants. »

De nouvelles animations

L’organisation d’un tel tournoi coûte aujourd’hui 200 000 euros. Un budget en augmentation cette année avec la présence d’un nouveau « village tennis » mis en place au sein du Palais des Sports. Une nouveauté pour attirer plus de public et lui permettre de profiter d’avantage des lieux. Une présentation handisport sera également organisée durant la semaine ainsi qu’une soirée toute particulière le jeudi : musique et animations au programme mais nous n’en serons pas plus pour le moment.

Un tournoi tremplin

L’Open Engie est un 60 000 dollars. C’est-à-dire un tournoi classé juste avant les circuits internationaux (WTA tel que Roland Garros, Wimbledon …). « On a déjà vu des filles qui ont très bien joué, qui ont gagné le tournoi et qui sont aujourd’hui top 50. Voila, c’est le tournoi tremplin » explique l’ex-joueuse. Pour elle l’objectif est d’attirer « une ou deux filles du top 100». Le tournoi étant programmé sur la deuxième semaine du célèbre Open d’Australie, seules les filles éliminées rapidement de l’autre côté du globe pourront participer. Les autres risquent de se décommander aux derniers moments. Mais l’organisatrice rassure: « A cette époque là, il n’y a pas beaucoup de tournoi en Europe, en France. Donc je pense que les françaises vont venir, il y en aura beaucoup ». C’est aussi ce qu’on souhaite à cette 9e édition!
LMV

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire