Korfball : Blavozy vise le dernier carré sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Korfball : Blavozy vise le dernier carré

Date : 27/09/2013 | Mise à jour : 27/09/2013 14:51
Partager

Après être monté sur la troisième marche du podium français la saison passée, les jaunards de l'Union sportive de korfball de Blavozy se rendent ce vendredi 27 septembre à Bonson, champion de France en titre.

Depuis déjà 1998, l'équipe de korfball de Blavozy écume l'hexagone et enchaîne les victoires. A l'époque, il existait une équipe à Paulhaguet mais depuis, Blavozy est le seul représentant altiligérien et même auvergnat de ce sport assez méconnu.
Blavozy fait donc partie des 14 équipes de korfball en France. L'an dernier, ils étaient en première division (les sept meilleures équipes) et ont terminé troisième, le meilleur résultat du club depuis sa création. Cette année, deux poules ont été composées, avec un système de play-off à l'américaine en fin de saison pour les quatre meilleures équipes. Nous avons reçu Marina Montagnier et Nicolas Reymond, deux joueurs de Blavozy, qui nous ont présenté ce sport.


Mais le korfbal qu'est ce que c'est ?

Le korfbal est un sport obligatoirement mixte, fair play, éducatif mais également spectaculaire. Les matchs se jouent sur un terrain de hand, avec un ballon de foot bien gonflé. Le but est de marquer des paniers situés en milieu de zone, sans planche et se trouvant à 3m50 du sol.
Une équipe est composée de quatre garçons et quatre filles, divisée en deux zones de deux garçons et deux filles. La durée des matchs est de deux fois 30 minutes et un arbitre officiel se déplace à chaque match pour Blavozy.


"Beaucoup moins de paniers qu'au basket"

"Les paniers ne disposent pas de planches et sont à 3,50 mètre du sol, c'est donc difficile de marquer, il y a beaucoup moins de paniers qu'au basket", explique Nicolas Reymond. Ensuite, il est interdit de dribbler et le joueur en possession du ballon n'a pas le droit de bouger, "tout repose donc sur le jeu de démarquage et le mouvement des coéquipiers sans ballon, c'est surtout un jeu de passes".
Les contacts sont également interdits, on ne peut tirer au panier si un adversaire se trouve à portée de bras et les adversaires directs doivent être du même sexe. Le marquage individuel est donc de mise.

Pour vous donner un aperçu de ce sport, voici un extrait vidéo posté par Ma Chaîne Sport sur Dailymotion :

 


JEUX MONDIAUX KORFBALL par MaChaineSport

 

L'équipe de France à portée de main

"L'équipe de France est vite ouverte, elle est accessible même pour les joueurs de Blavozy, ce qui peut motiver certains car l'équipe nationale joue des tournois à l'étranger, c'est donc l'opportunité pour certains jeunes de voyager", explique Nicolas Reymond.
Marina Montagnier a d'ailleurs été sollicitée mais elle a refusé la sélection : "c'est valorisant d'être appelée mais j'ai refusé car c'est compliqué : c'est loin, ça prend beaucoup de temps, et j'ai aussi une vie professionnelle, familiale et associative". Elle est à ce jour la seule joueuse du département à avoir été sollicitée.


"Notre objectif est d'atteindre le dernier carré et pourquoi pas l'emporter ensuite", s'emporte Nicolas Reymond, joueur blavozien de korfball.

L'USK de Blavozy recrute

Un des principaux avantages de ce sport collectif, c'est qu'il est accessible financièrement : "on est déjà équipés en ballons, maillots et paniers et la licence n'est qu'à 48 €, ce qui défie pratiquement tous les sports collectifs". Une équipe se compose de quatre femmes et de quatre hommes, ainsi qu'une poignée de remplaçants (quatre).
A Blavozy, ils ne sont qu'une petite douzaine de licenciés, ce qui est un peu juste. "On a aussi envie de se faire connaître pour faire venir de nouveaux joueurs, en particulier des filles car on a toutes l'âge d'être maman et il pourrait y avoir des absences dans la saison", souligne Marina Montagnier.


Quelles qualités requises pour ce sport ?

"La vitesse et l'adresse au shoot", répond du tac au tac Nicolas Reymond, "mais aussi le jeu en mouvement, le sens du déplacement, de l'équilibre du jeu. Quiconque a déjà pratiqué un sport collectif va s'y retrouver dans le korfball car c'est un jeu de passes et de démarquage".
L'adresse au shoot est un des points clefs de ce sport et lorsqu'on le découvre, il faut d'abord s'entraîner un moment pour bien se régler. L'aptitude au 'rebond' (même s'il n'y a pas de panneau) est également essentielle.


Toujours pas reconnu comme sport olympique

C'est un sport qui pourrait être olympique compte tenu du nombre important de fédérations qui le pratiquent dans le monde (51). Il a d'ailleurs postulé mais les portes olympiques demeurent fermées pour de nombreux sports depuis plusieurs années.
En revanche, il existe un championnat du monde depuis 1978, qui se déroule tous les quatre ans. Les Pays-Bas et la Belgique se taillent à chaque fois la part du lion.




Peu de professionnels

Il y a deux grosses équipes en France, dont Bonson, qui est champion de France depuis une douzaine d'années, mais pas de clubs professionnels. Bonson est d'ailleurs un peu le vivier de l'équipe de France, "ils sont un peu hors de portée mais sur un match, tout est possible", s'enthousiasme Nicolas Reymond.
Il n'y a pas de joueur professionnel de korfball en France mais il y a des équipes professionnelles en Belgique et aux Pays-Bas. Les salaires sont en revanche à des années lumières des footballeurs par exemple.


Ce sport vient de l'école

Un instituteur hollandais du début du XXème siècle a inventé ce jeu pour faire participer les garçons et les filles de sa classe à égalité. "Moi même, je suis institutrice et j'ai tenté d'en faire faire à mes élèves deux années de suite et c'est toujours bien apprécié", se rappelle Marina Montagnier.
"Le fait que le sport soit mixte contribue à éviter toute sorte de tension, il n'y a jamais de problème, c'est vraiment fair-play", renchérit son coéquipier.


Où pratiquer le korfball ?

Ce sport est très pratiqué en Hollande et en Belgique Flamande. Il peine à se développer en France mais on retrouve des clubs dans la région stéphanoise, en Ardèche et bien sûr en Haute Loire, à Blavozy. L'USKB s'entraîne tous les mardis au gymnase de Blavozy de 20h30 à 22h00.
Le prochain match à domicile a lieu ce mardi 1er octobre à 20h30 au gymnase de Blavozy contre Veauche, une équipe qui devrait être davantage à la portée des altiligériens que Bonson.


Maxime Pitavy

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...