Impôts : 13 emplois menacés et des fermetures sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Impôts : 13 emplois menacés et des fermetures

Date : 06/01/2018 | Mise à jour : 09/01/2018 10:18
Partager

Les agents des finances publiques de Haute-Loire ont manifesté au Puy et débayé dans les trésoreries excentrées, ce mardi matin. Ils protestent contre les 13 nouvelles suppressions d'emplois prévues en 2018 dans le département. Plus de 100 emplois ont été supprimés en 15 ans dans le département, au détriment d'un service public de moindre qualité et plus du tout rendu sur les territoires les plus reculés

La section de la CGT FIP 43 a proposé, avec les autres organisations syndicales de la DDFIP43, FO et SOLIDAIRES, d'appeler tous les agents de la Direction Départementale des Finances Publiques de la Haute-Loire à manifester contre les nouvelles suppressions d'emplois en Haute-Loire lors de la 2ème convocation du Comité Technique Local, ce mardi 9 janvier 2018. Le 1er CTL, le 21 décembre, avait été boycotté. Voici le communiqué syndical.

"En 2018, 1600 suppressions d'emplois sont budgétisées au niveau national dont les 13 qui impactent notre département. Depuis la fusion, en 2009, 73 emplois ont été supprimés en Haute-Loire, 14 900 au plan national et même 33 600 depuis 2002, et cerise sur le gâteau, notre président Macron nous en promet 18 000 sur les 4 prochaines années de son mandat.
Il est à craindre qu'il tienne cette promesse!!
Des trésoreries rurales ferment ou vont l'être, Tence, Paulhaguet, Montfaucon, etc. Des missions disparaissent avant fermetures programmées, des structures ou services sont fusionnés ou rapprochés mariant parfois la carpe et le lapin. Pour palier les manques d'emplois, l'accueil du public est de plus en plus restreint, tout en affichant le contraire. Les usagers citoyens sont de plus en plus contraints à utiliser l'outil informatique pour se renseigner, déclarer ou payer sous peine parfois d'être à l'amende!!!
Lors d'une enquête sur le climat social qui a été effectuée au niveau national, puis déclinée en local, notre direction a eu la surprise d'apprendre que 88 % des agents dont elle a la responsabilité étaient stressés à cause de leurs conditions de travail qui sont de plus en plus dégradées.
La CGT FIP 43 interpelle régulièrement la direction sur cette triste constatation lors des derniers Comités Techniques Locaux ( CTL ), lors des Commissions Administratives Paritaires Locales ( CAPL ) ou lors des Comités Hygiène et Sécurité et Conditions de Travail ( CHS CT ).
Lors du vote du règlement intérieur, la CGT FIP 43 a proposé 6 amendements ou vœux. Le 6ème souligne que le directeur est directement responsable des conditions de travail de ses agents. Il risque jusqu'à 3500€ d'amende et 2 ans de prison. Nous le rappelons, régulièrement, en soulignant que ces 13 nouvelles suppressions d'emplois aggravaient significativement ces conditions de travail.
Ce 9 janvier tous les agents du Puy sont conviés à ce CTL, à 8h30.
Au même moment, sur les sites excentrés ils débrayeront par solidarité."

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteR le 13 janvier 2018 - 21h55
J'ai la solution pour maintenir les postes : que les agents aillent contrôler systématiquement la comptabilité de tous les artisans et vous verrez qu'on ne parlera plus de suppression de poste. Le black et les facturations abusives engraissent la première entreprise de France et augmentent les impôts des salariés qui eux ne peuvent tricher avec le fisc.

Signaler un abus

img_journalisterj le 11 janvier 2018 - 16h51
Plus de contacts humains ? Haha, qui n'a pas connu l'acceuil particulierement chalaureux au guichet ...Au moins, on ne se fait pas envoyer ch....sur internet et ca fonctionne en dehors de nos heures de travail, pas du 9h midi et 14 h 16h30. Desoles mais vous avez scie la branche.

Signaler un abus

img_journalisteHC le 9 janvier 2018 - 12h41
tout se fait par internet ; les démarches administratives ; et ce qui est le plus grave ce sont les commerces. dans quelques années il n'y en aura plus. Il ne faudra plus se plaindre.

Signaler un abus