Haute-Loire : près de 700 000 € pour lutter contre la pauvreté sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Haute-Loire : près de 700 000 € pour lutter contre la pauvreté

Date : 27/10/2020 | Mise à jour : 12/11/2020 12:47
Partager

Dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté, en cette année si particulière, l'Etat et le Département unissent leurs forces pour optimiser l'accueil et la prise en charge des plus nécessiteux, mais aussi pour régler les questions de mobilité, de santé et d’insertion professionnelle.

- Photo d'illustration / DR Maxime Pitavy / Archive Zoomdici.fr -

Dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté, l'Etat et le Département de la Haute-Loire ont signé une convention triennale (2019-2021). Convention au terme de laquelle Département et Etat s’engagent ensemble et à parité en termes de financement (346 875,66 € chacun), sur huit mesures : cinq nationales relevant de la volonté de l’Etat et trois à l’initiative du Département.
Après l’année de démarrage, Jean-Pierre Marcon, Président du Département de la Haute-Loire, Cécilie Cristia-Leroy, Commissaire à la lutte contre la pauvreté de la région AURA et de Eric Etienne, Préfet de la Haute-Loire, ont conclu et signé l’avenant 2020 à cette convention pluriannuelle le vendredi 23 octobre 2020. Avenant qui fixe les objectifs et les moyens pour cette année.

128 000 € pour le renforcement de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE)

L’objectif est de faire en sorte que l’ensemble des jeunes confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance, puissent à leur majorité, être en situation d’autonomie et soutenu dans la poursuite de leur projet (formation, emploi, logement…).
Pour atteindre cet objectif le Département renforce notablement son service ASE afin de pouvoir assurer un suivi intensifié des jeunes de 16 à 18 ans et ainsi mieux préparer leur projet de sortie et l’accompagner. 

62 000 € pour un meilleur accueil des personnes rencontrant des difficultés

Pour faire en sorte que toute personne rencontrant des difficultés ou souhaitant exprimer une demande d’ordre social ait un accueil, une orientation et une prise en charge facilitées, rapide et de proximité (à moins de 30 minutes), le Département met en place et déploie un nouvel outil numérique facilitant ce premier accueil inconditionnel et assure les moyens matériels et la formation de l’ensemble de ses personnels.

Plus de 3 000 bénéficiaires du RSA en Haute-Loire

Fin 2019, le nombre de bénéficiaires du RSA était de 2800 personnes en Haute-Loire. Il est actuellement de 3100, soit une hausse notable de 10 % en quelques mois. Dans le budget initial du Département, la dépense devait atteindre 19,3 millions d'euros. Un rajout de 800 000 € a été votée en juin. La situation s'amplifiant, une nouvelle décision modificative a été prise pour apporter 600 000 € supplémentaires pour financer le RSA.

140 249 € pour les chantiers d'insertion et pour un référent unique dédié à chaque bénéficiaire

La volonté de l'État et du Département est de faire en sorte qu’un nombre de plus en plus important de personnes puissent bénéficier dans leur accompagnement d’un référent unique de parcours, gage d’efficacité et de qualité dans leur suivi.
Au-delà de la poursuite et du développement de son action d’insertion socioprofessionnelle des bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active), le Département apporte un important appui financier aux Chantiers d’Insertion pour renforcer leurs moyens d’accompagnement des salariés en insertion grâce à des référents de parcours.

94 000 € pour que l'accompagnement bénéficie à un nombre accru de personnes en insertion professionnelle et sociale

L’objectif est de faire en sorte que l’accompagnement global (dispositif de suivi partenarial entre Pôle emploi et les travailleurs sociaux) bénéficie à un nombre accru de personnes en insertion professionnelle et sociale.
Engagé avec Pôle Emploi sur le dispositif d’accompagnement global qui doit encore s’intensifier, le Département et ses partenaires amplifient l’action de diagnostic de situations des travailleurs indépendants au RSA, afin de leur assurer l’accompagnement le plus adapté.

82 000 € pour accélérer la prise en charge des nouveaux bénéficiaires du RSA

Afin d’assurer une prise en charge plus rapide et conséquemment plus efficiente des nouveaux entrants au RSA, l'État et le Département vont améliorer l'orientation et le démarrage des accompagnements en les accélérant.
De nouveaux dispositifs et organisation, s’appuyant sur des moyens matériels et humains renforcés, seront mis en place dans le but d’accélérer la prise en charge des nouveaux entrant au RSA. L'idée est de pouvoir les rencontrer en moins d’un mois.

18 000 € pour la formation des personnels

Pour que les personnels en charge des accompagnements et de l’accueil fassent évoluer leurs pratiques professionnelles dans le sens de « aller vers » les personnes les plus fragiles, la collectivité va développer les formations des personnels, tant sur l’outil numérique à l’appui du 1er accueil inconditionnel, que sur les thématiques du « aller vers » concourantes à une meilleure prise en charge des personnes fragiles.

114 000 € pour la mobilité

La mobilité reste un des freins majeurs à l’insertion des publics en difficulté dans notre département. L’objectif est donc d’améliorer et de renforcer les différentes modalités d’aide à la mobilité pour ces publics. L’aide de la collectivité va conduire à un appui au redémarrage du « Garage Solidaire » et à la création d’un « comité mobilité » permettant une gestion partenariale et ainsi une mobilisation plus efficiente et rapide des différentes aides.

32 000 € pour étendre le guichet entreprises médiation (GEM) à l'ensemble de la Haute-Loire

Les liens entre le monde du travail et les personnes en insertion et recherche d’emploi doivent être confortés. L’objectif est d’améliorer la lisibilité des dispositifs d’aide au recrutement des entreprises ; et par l’entremise d’un guichet unique, de positionner des bénéficiaires des minima sociaux sur les besoins recensés.
L'extension du guichet entreprises médiation (GEM) à l’ensemble du territoire du département devrait permettre d'accroitre le nombre de recrutements de personnes en précarité par les entreprises.

ISBA Santé Prévention, initialement appelé Institut de Santé Bourgogne Auvergne, est une Association loi 1901, créée en 1979 dans le but de promouvoir des actions de Prévention, contribuant à protéger et valoriser le Capital Santé.

23 143 € pour la santé

Pour faire en sorte que les publics en précarité dispose d’un véritable accompagnement à la santé, et ainsi d’un accès facilité à leur parcours de santé et de soin, post bilan, ce plan vise à étendre le bénéfice de ce dispositif sur le territoire, au travers du soutien à deux actions du partenaire ISBA, avec une préexistante sur « Lafayette », et une nouvelle sur le « Velay ».




Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistexR le 14 novembre 2020 - 10h15
Il faut que les associations caritatives alertes les pouvoirs public le gouvernement qu'on ne peut plus accueillir de réfugiés !!! La coupe est pleine : trop de chômage de misère et trop de violences surtout dans les quartiers difficiles de toutes les villes de France DANGER pour la PAIX est menacée !!!!!! Malheureusement la vérité n'est pad bonne à dire Choc encore certaines personne : sujet tabou !!!

Signaler un abus

img_journalister le 13 novembre 2020 - 08h55
700 000€ pour qui? qu'elle bénéficiaire ?les gens dans le besoin ne voie jamais la couleur de ses aides , avec 700 000€ créer des emplois serait plus intelligent .

Signaler un abus

img_journalisteJF le 12 novembre 2020 - 22h38
mj: si c'est si attrayant d'être aux minimas sociaux, tentez l'expérience, démissionnez, attendez la fin de droit au chômage et à vous la vie de rêve dans votre lit !

Signaler un abus