Haute-Loire : le PS veut rassembler à gauche sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Haute-Loire : le PS veut rassembler à gauche

Date : 24/09/2013 | Mise à jour : 25/09/2013 09:51
Partager

La fédération altiligérienne du PS faisait sa rentrée politique ce lundi soir. Education, retraites et emploi étaient au menu, avec en toile de fond les municipales, où un rassemblement de la gauche est souhaité. Au Puy, c'est Laurent Johanny qui affrontera Laurent Wauquiez.

Alternance oblige, la fédération altiligérienne du Parti Socialiste est aujourd'hui du côté de la majorité présidentielle et elle s'attache à relayer positivement les actions du gouvernement Ayrault. Ainsi, elle assure que "cette rentrée scolaire est la meilleure depuis 10 ans", que l'emploi est une "priorité absolue" et que la réforme des retraites est "une grande avancée".
André Chapaveire, le secrétaire départemental du Parti Socialiste, revient sur les principaux axes sur lesquels la fédération altiligérienne a souhaité insister à l'occasion de cette rentrée politique. Ecouter.

 

 

Les municipales en toile de fond

Si le sujet n'a été abordé qu'au terme de la conférence de presse, il s'agit cependant du point essentiel au niveau local : les municipales. "2013 est la première année sans élections depuis six ans", a souligné André Roure, secrétaire régional du PS, "donc on en a profité pour préparer les municipales". Si les élections européennes, qui succèderont aux municipales, ne sont pas oubliées, la priorité est accordée aux listes des élections municpales.
"Au niveau fédéral, on souhaite le rassemblement le plus large possible de la gauche avec les écologistes", explique André Roure. Un courrier a ainsi été envoyé ce mardi matin au Front de Gauche et à Europe Ecologie Les Verts pour s'orienter vers des listes unitaires.


Un nouveau mode de scrutin et aucune liste de bouclée

Le mode de scrutin a été modifié et passe à la proportionnelle dans les communes de 500 à 1 000 habitants. Ainsi, 59 communes choisiront désormais leurs élus à la proportionnelle, contre 10 en 2008. "Nous aurons un meilleur reflet, plus nuancé, des véritables rapports de force entre la droite et la gauche en Haute-Loire", annonce le secrétaire régional du PS.
Pour le moment, aucune des listes n'est bouclée au parti de la rose et aucune d'entre elles ne devrait être composée uniquement de militants PS. Les listes devraient donc être bouclées fin décembre dans les 259 communes du département et les militants seront appelés à se prononcer pour désigner leur candidat tête de liste uniquement au Puy (ville Préfecture) le 10 octobre prochain. Un deuxième tour pourrait être organisé le 17 octobre, le cas échéant mais Laurent Johanny étant le seul candidat à la candidature (dépôt de candidature clos ce mardi matin), cette alternative n'est guère envisageable.

 

Education : "on a dit stop à la machine à reproduire les inégalités"

Laurent Johanny sera donc opposé à Laurent Wauquiez au Puy-en-Velay. Il est professeur agrégé de sciences-physiques dans un collège et il a tout juste 30 ans. Il est donc idéalement placé pour parler de l'éducation : "il s'agissait de la première rentrée scolaire de la gauche depuis 2002 et on a dit stop à la machine à reproduire les inégalités". Rappelons en effet qu'un enfant de professeur a 14 fois plus de chance d'avoir le baccalauréat qu'un enfant d'ouvrier aujourd'hui en France... Il a également déclaré : "l'Ecole de la République doit être remise en avant, devant celle du pasteur ou du prêtre comme c'était le cas ces dernières années".
Le candidat socialiste à la mairie ponote a également rappelé que la France figurait au dernier rang des pays de l'OCDE en terme de taux d'encadrement (cinq professeurs pour 100 élèves en primaire), pointant du doigt "la casse de ces dernières années". Pour lui, il est "évident que la réforme des rythmes scolaires offrira des conditions plus propices à l'apprentissage des élèves" même si sa fédération déplore que le Puy ne l'ait pas appliquée "pour des raisons politiciennes". Enfin, il dresse un constat nuancé sur la situation en Haute-Loire : "elle est loin d'être idyllique, on manque encore d'enseignants mais il y a de moins en moins de blocages et on a quand même eu quinze postes supplémentaires entre 2012 et 2013".


A propos de la réforme des retraites, la fédération du PS de Haute-Loire assure qu'elle est issue d'un "dialogue social et favorable aux salariés, en prenant en compte la pénibilité et en réduisant les inégalités entre hommes et femmes". Pour les élus socialistes, elle est adaptée à l'allongement de la vie et André Chapaveire conclut : "on souhaiterait tous moins d'années de cotisations mais il y a une réalité économique. Cette réforme est nécessaire et présente des avancées". Ce n'était pourtant pas le point de vue des manifestants début septembre au Puy, dont une grande partie était de gauche (lire).

"L'emploi, c'est ta faute à toi"

Concernant l'emploi, la fédaration de Haute-Loire du Parti Socialiste a d'abord avancé quelques chiffres pour se dédouaner de la situation périlleuse dans laquelle elle est aujourd'hui embourbée : "nous n'étions pas aux affaires de 2002 à 2012, une décennie durant laquelle la France a perdu 750 000 emplois industriels, où le chômage est passé de 7,5 à 10 % et où le budget de l'Etat alloué à l'emploi est passé de 16,8 milliards d'euros à 10,2 milliards d'euros. Avec un tel bilan, la droite ne peut pas avancer qu'elle a fait de l'emploi une priorité".
Le gouvernement socialiste entend donc endiguer le problème via quelques mesures déjà en application, comme les emplois avenir (déjà 50 000 signés en France) ou les contrats de génération. Enfin, du point de vue de la Haute-Loire, André Roure reconnaît que "le chômage a augmenté plus vite qu'au niveau national". Il atteint aujourd'hui son plus haut niveau dans le département depuis au moins 30 ans. "On est aujourd'hui en phase défensive, on essaie de ne pas trop perdre d'emplois", explique-t-il avant de conclure : "il faut être honnête, ce sera très difficile d'inverser la courbe du chômage en Haute-Loire d'ici la fin de l'année".


Maxime Pitavy

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistebT le 11 octobre 2013 - 23h01
Mr johanny veut etre maire du puy en velay ? Pourtant il n habite pas au Puy, ses enfants ne sont pas scolarisés au puy mais a Malpas et il ne paie pas d impots au Puy. il a un appartement fictif au Puy qu il n habite pas Cherchet l erreur

Signaler un abus

img_journalisters le 27 septembre 2013 - 10h44
ah ils sont beaux sur la photo !!!! là ils vont se concerter pour savoir quelle taxe ils vont nous coller demain !!! qu'ils réduisent leur indemnité de sénateur, de conseiller etc...

Signaler un abus

img_journalisteg le 27 septembre 2013 - 08h11
De toute façon, les dindons de la farce c'est toujours les mêmes, la classe moyenne qui se font toujours avoir par les belles promesses et les mêmes qui payent. les élus ont tendance à prendre les gens pour des c... et répondent à coté de la question posée. Alors toute tendance politique, ce sont des personnes sans fondement et honnéteté. Cela me rapelle les seigneurs au temps des rois.

Signaler un abus