Haute-Loire : la fracture qui inquiète sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Haute-Loire : la fracture qui inquiète

Date : 29/10/2012 | Mise à jour : 31/10/2012 08:41
Partager

Entre déserts médicaux et dépassements d'honoraires, l'accès aux soins en Haute-Loire inquiète, en particulier pour les spécialités. L'association de consommateurs UFC Que Choisir dénonce une "fracture sanitaire".

Généralistes, pédiatres, ophtalmos et gynécos : les quatre spécialités ont été auscultées à la loupe par l'association de consommateurs. Leur étude comprend les deux principaux obstacles dans l'accès aux soins : l'accessibilité géographique et les dépassements d'honoraires.
L'association a mis à disposition, sur son site Internet, des cartes de l'offre médicale française, commune par commune, en tenant compte des capacités financières des usagers à se soigner. Le constat est plutôt alarmant et il apparaît que la Haute-Loire fait pâle figure.

Les chiffres de la fracture :

- Près de 11 millions de français ont des difficultés d’accès à un médecin spécialiste ; 58% ont un accès difficile à des pédiatres sans dépassement d’honoraires et 8 Français sur 10 ont du mal à accéder à un ophtalmo ou gynéco au tarif Sécu
-Il faut attendre en moyenne 18 jours pour avoir un rendez-vous avec un pédiatre, 40 jours pour avoir un rendez-vous avec un gynécologue et 133 jours pour avoir un rendez-vous avec un ophtalmo en France.

Des fractures aggravées avec les spécialités

Pour le ministère de la Santé, un territoire est considéré comme un désert médical lorsque, au-delà d'une activité soutenue des médecins, leur densité par rapport à la population est de 30 % inférieure à la moyenne nationale. Selon l'étude de l'association, 8 % de la population altiligérienne vit dans un désert médical pour les généralistes. Il faut parfois parcourir jusqu'à 30 km pour une simple consultation. Le pourcentage est certes faible mais au-dessus de la moyenne nationale (5 %). Les communes les plus touchées par ce mauvais accès aux médecins généralistes sont Pinols, Thoras, Saint-Haon, Les Estables ou encore Tiranges. Les fractures sanitaires deviennent bien plus criantes pour les spécialistes.
Si l'on considère que 35 % de la population de Haute-Loire vit dans un désert ophtalmologique, le fracture se creuse lorsqu'on tient compte des dépassements, la population n'ayant plus accès aux soins passant à 43%. Le délais d'attente est jugée de 9 à 18 mois. Pour se soigner auprès d'un ophtalmologiste sans dépassements, il vaut mieux éviter les communes de Langeac, Sainte-Sigolène, Retournac et Tence.

"Trouver un pédiatre est loin d'être un jeu d'enfant"

Concernant la fracture pédiatrique, l'UFC Que Choisir 43 s'amuse : "trouver un pédiatre en dehors des villes est loin d'être un jeu d'enfant". En effet, selon l'étude, 88 % de la population départementale ne peut pas accéder à cette spécialité dans de bonnes conditions. Plus de la moitié des pédiatres exercerait un dépassement d'honoraires et l'UFC dénonce "une évasion médicale", soulignant qu'il est bien plus aisé d'obtenir un rendez-vous lorsqu'on habite à proximité de Saint-etienne ou de Clermont-Ferrand.
Le bilan n'est guère plus réjouissant pour les gynécologues : 37 % des femmes de Haute-Loire seraient concernées par un désert médical. Cette spécialité ayant fortement recours aux dépassemnst d'honoraires, 44 % des altiligériennes seraient concernées si l'on veut se soigner sans dépassements. Les villes de Haute-Loire les plus touchées sont Langeac, Saugues, La Chaise-Dieu et Montfaucon.

Les dépassements d'honoraires ont été multipiés par cinq (en euros constants, c'est à dire en plus de l'inflation) depuis l'ouverture du secteur 2 en 1980. Malgré sa fermeture partielle en 1990, leur croissance est restée vive puisqu'ils ont doublé en 20 ans.

Gare à la prise d'otage !

L'association de consommateurs de Haute-Loire s'indigne donc de ce constat et souligne : "la présence de médecins, déjà vacillante, n'est pas une garantie d'accès : les tarifs pratiqués par une partie significative d'entre eux excluent les usagers les moins aisés". Ces dépassements d'honoraires sont parfois justifiés par une stagnation de la rémunération, mais cet argument est fallacieux puisque leurs revenus, hors dépassements, ont augmenté de moitié (en plus de l'inflation) depuis 1980.
Chantal Badiou, la Présidente de l'UFC Que Choisir 43, relève que les médecins profitent aussi de la pénurie pour augmenter leurs dépassements d'honoraires et estime que l'usager se trouve pris en otage. Ecouter.



Aux grands maux les grands remèdes

"Les généralistes installés en zone rurale gagnent plus qu'en ville, l'argent n'est donc pas le seul argument pour les faire venir", assure Robert Bouchit, le Président d'honneur de l'UFC 43.Au delà de la nécessaire renégociation de la rémunération des actes médicaux, l'association propose aux grands maux les grands remède.
Elle souhaite que l'on mette en place un conventionnement sélectif des médecins. Elle demande aussi une réduction des aides publiques accordées aux médecins installés en territoire surdoté, ainsi que la disparition des dépassements d'honoraires, avec une phase transitoire les plafonnant à 40% du tarif de la sécurité-sociale, ce qui correspond au niveau médian de prise en charge par les complémentaires santé.

Peut être que l'UFC a été entendue par les pouvoirs publics puisque un accord a été trouvé mardi 23 octobre au terme de 21 heures de négociations. 


Maxime Pitavy

>> Les résultats de cette longue étude, sous forme de cartes interactives, sont disposnibles gratuitement sur le site www.quechoisir.org. Ils permettent de consulter l'offre médicale française, commune par commune, en tenant compte des capacités financières des usagers à se soigner.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisters le 5 novembre 2012 - 12h51
REBONJOUR je viens vous donner de mes nouvelles abscès dentaire jours 5 !! elles sont longues les journées. Mon dentiste a réintégré (!) ce matin, je l'ai appelé dès 9 heures. EH EH j'ai bien fait de m'automédicamenter, mes globules blancs "avec leurs petits bras musclés" ont fait le ménage ! demain j'ai RDV avec mon dentiste, morale : toujours avoir une boite d'antibiotiques chez soi !!!

Signaler un abus

img_journalisters le 3 novembre 2012 - 09h03
BONJOUR, juste un mot qui se passe de commentaire : abcès dentaire le 1er novembre, le vendredi mon dentiste étant en congé, j'appelle un autre dentiste pareil, j'ai mis du temps à comprendre car ces deux dentistes n'avait pas changé le message du répondeur pour dire qu'ils étaient en congé, donc dans la douleur j'appelle le 15 et là : pas de dentiste de garde, voilà la haute loire !!! j'ai trouvé un boite d'antibiotiques qui trainaient dans mon armoire ca m'a soulagé.VIVEMENT LUNDI

Signaler un abus

img_journalistenv le 1 novembre 2012 - 08h10
il y urgence. les médecins généralistent deviennent des fonctionnaires. ils ns sont mËme pas capables de rappeler leurs patients dans le besoin. je peux vous l affirmer je suis ex femme de médecinx. c'est le fric le fric beaucoup de patients ne peuvent aller voir des spécialistes car il faut 6 mois et surtout ils n ont plus les moyens. quelle honte MEDECIN RELISEZ UN PEU VOTRE SERMONT. LE SERVICE D URGENCE LE 15 SONT AUSSI DES INCAPABLES. TROP DE TRAVAIL. ELLE EST BELLE LA MEDECINE

Signaler un abus