Harcèlement scolaire : ''Comment je m'en suis sortie'' sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Harcèlement scolaire : ''Comment je m'en suis sortie''

Date : 14/02/2018 | Mise à jour : 15/02/2018 06:56
Partager

L’excuse à deux balles… Parce qu’elle avait les cheveux frisés, une jeune fille du bassin du Puy a vécu des années collège traumatisantes. Adulte, une équipe de télé l’a filmée pour rapporter son témoignage... et celui de son harceleur de l’époque. Voir le replay de l'émission de ce mercredi.

Vous aviez peut-être suivi, il y a un an, l’échange, par presse locale interposée, entre Audrey, une ancienne victime de harcèlement scolaire, et son ancien harceleur.
Dans leur collège du bassin du Puy-en-Velay, un garçon avait pris les cheveux frisés de la jeune fille comme prétexte pour en faire son souffre-douleur.
Emmenés par ce leader et un petit noyau dur autour de lui, les 300 élèves de l’établissement ont joué le jeu du harcèlement, de façon active ou passive (ne pas prendre partie pour ne pas être pris à partie) : des jets de mines d’effaceur dans la figure, des peaux de bananes, le cartable dans les toilettes, les freins de son scooter coupés... et ses cheveux incendiés.
A 33 ans aujourd’hui, Audrey est une jeune femme épanouie. Elle explique comment elle s’en est sortie.



L’ancienne victime aide donc aujourd’hui des personnes en situation de harcèlement, entre autres.

On l’appelait « La Caniche »

Audrey n’a pas eu d’adolescence. Ses quatre années de collèges n’ont été que brimades et solitude.
Pas dans un quartier « chaud » comme on dit, mais dans un petit collège rural du bassin du Puy.
C’était les années 1990. "Heureusement, il n’y avait pas encore les réseaux sociaux", souffle-t-elle.
Petit à petit, Audrey a réussi à s’en sortir. Elle s’est entourée de vrais amis, dans ses clubs de gym et de danse. Aujourd'hui, elle veut éviter aux nouvelles victimes de broyer du noir.



Une équipe de télé a filmé Audrey, sur une journée entière, pour rapporter son témoignage... et celui de son harceleur de l’époque.
Diffusion en prime time, ce mercredi 14 février 2018, sur TMC, dans « 90 minutes enquêtes », présenté par Carole Rousseau.

> Voir le replay en se connectant à MyTF1.fr

Annabel Walker




Présentation du documentaire de TMC :
"En France, 1,2 million d'enfants seraient victimes de harcèlement, soit un élève sur 10. Entre septembre 2016 et septembre 2017, trois suicides d'adolescents et une dizaine d'affaires ont fait les gros titres de la presse. Mais seule la moitié des victimes oseraient parler. A Chalon-sur-Saône, une équipe a suivi le combat d'un garçon de 12 ans et de sa maman. Juste remis d'une tentative de suicide après des mois de persécution, il a raconté son calvaire. Dans les Deux-Sèvres, une adolescente a été obligée de quitter l'école pour survivre. Pendant 4 ans, elle a subi les humiliations à répétition au collège, mais aussi sur les réseaux sociaux. Une enquête a été menée dans des collèges et lycées pour donner la parole aux proviseurs, aux surveillants et aux élèves. Mais aussi pour connaître les solutions proposées par l'éducation nationale."





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistePC le 17 février 2018 - 20h24
Le harcèlement a toujours existé, dans tous les milieux..... On pourrait dire que c'est une épreuve... et qu'il y a une leçon à tirer de la façon dont on s'en sort ou pas. Chacun est maître de son destin, attendre une réponse du proviseur ou du chef de service n'est pas une solution. Lire les pages sur "les petits tyrans" dans le livre de Carlos Castaneda "Le feu du dedans". Très instructif.

Signaler un abus

img_journalistePP le 15 février 2018 - 10h12
Je connais bien Audrey, côtoyée des années dans le même milieu professionnel. C'est une fille formidable qui a su et pu s'en sortir. Elle donne du courage à tous ceux ou celles qui subissent ce genre d'enfer et qui n'osent pas en parler. Et surtout alerter les parents lorsqu'il se passe quelque chose d'anormal dans le comportement de leur enfant. Bravo pour ton courage d'avoir pu parler à visage découvert. Soit heureuse. Bon vent et bonne route. Un "ancien" technique du CE.

Signaler un abus

img_journalisteMH le 14 février 2018 - 19h27
HM - 14/02/2018 19h20. Je ne comprend pas et je n'admet pas que cela est pu exister et soit encore d'actualité et que les enseignants, directeurs, directrices ne voient pas "le manège" des harceleurs et restent inactifs face à ce grave problème (pas de vague tout va très bien!) même si les victimes bousillent leur scolarité, se rendent malades et vont parfois au pire. C'est la loi de la racaille!.

Signaler un abus