Gilets Jaunes : Une mobilisation jamais vue depuis Mai 68 sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Gilets Jaunes : Une mobilisation jamais vue depuis Mai 68

Date : 01/12/2018 | Mise à jour : 01/12/2018 22:37
Partager

Cette journée du samedi 1er décembre est placée sous le signe de la révolte en Haute-Loire. Les Gilets Jaunes, appelés à manifester aujourd'hui se sont mobilisés en nombre toute la journée. Avec un pic du nombre de Gilets Jaunes de midi à treize heures.

Un départ à 10h du parking de Cluny à Aiguilhe.

Le rendez-vous était donné ce matin, samedi 1er décembre à 10h à Aiguilhe, au niveau du parking poids lourds. Les motards, les professionnels (ambulanciers, électriciens, agriculteurs...) eux aussi étaient conviés à se rassembler. Des tracts ont été distribués en ce sens depuis mercredi après-midi, parfois créant des ralentissements (comme du rond-point de Géant jusqu'à l'avenue de Vals).

Des milliers de Gilets Jaunes.

Ce sont pas moins de 4000 Gilets Jaunes, (plus de 5000 sur la journée entière) qui ont entendu l'appel des organisateurs. Il se sont engagés dans le Boulevard Saint-Louis pour atteindre, ensemble et dans le calme la place du Breuil. Celà évoque à Michel, 70ans, "les révoltes de Mai 68". 

Des motos, des tracteurs, des ambulances, des camions de dépannage electrique.

 Tous étaient mobilisés et sont venus renforcer la foule avec leur engins agricoles, porteurs de messages. 

Cent personnes sont entrées dans la cour de la préfecture.

Vers 13h, plusieurs dizaines d'individus en gilets jaunes ont forcé le portail de la cour d'honneur de la préfecture cassant la serrure avec du mobilier urbain. Une centaine de personnes a alors pénétré dans l'enceinte de la préfecture, et y a amassé des pneus. Les forces de l'ordre, policiers et gendarmes, sont intervenues pour évacuer la cour. Des manifestants comme Kévin, 27ans y étaient : "Je me suis retrouvé bloqué dans la cour de la Préfecture entre manifestants et les forces de l'ordre, ont nous a faits sortir par l'arrière.".

La préfecture ouvre ses porte à 16h pour entendre les manifestants.

Le préfet déplore que la manifestation dégénère avec des destructions de bien public et des actes de violences physiques et verbales. Des menaces ont été proférées à l'égard des forces de l'ordre et du préfet. Plusieurs interlocuteurs, parmi les gilets jaunes, ont souhaité être reçus en préfecture. Il leur a été répondu qu'une audience ne pourra être envisagée que lorsque le retour au calme sera constaté. C'est chose faite, à 16h. 

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteF le 3 décembre 2018 - 14h10
Quelle révolte ? On entend tout et son contraire. Taxe diesel ? mise par FHollande . D'accord sur trop de taxes, mais ce sera alors moins d'aides, l'école, les opérations chirurgicales payantes. Il faut moins d'élus, plus de monde au travail (un million d'offres d'emploi à pourvoir) pour une meilleure répartition des taxes, alors que nombreux sont ceux qui vivent aux crochets des travailleurs. Mais rien ne justifiait ces violences, ces menaces contre nos forces de l'ordre, le préfet

Signaler un abus

img_journalisterv le 2 décembre 2018 - 10h51
Après ces graves événements de violences partout sur le territoire que répond Mr Wauquiez, lui qui a affiché son soutien aux gilets jaunes, ne se sent il pas un peu responsable de la situation ? Sa seule réponse est de proposer un référendum ! Quand il se trouvait aux responsabilités, lui le donneur de leçon comment n'à il il pas eu l'idée d'augmenter les retraites, le smic et les minima sociaux ? Pardon, j'oubliais il nous affublait de peuple assisté ! MB8Z

Signaler un abus

img_journalisteDC le 2 décembre 2018 - 09h38
Le plus amusant , c'est le discours des professionnels de la politique qui, parait-il, soutiennent le mouvement des gilets jaunes. Certains ont été ministres d'un gouvernement de la même veine: soumis au capitalisme international. D'autres, du même parti, seraient devenu révolutionnaires en une nuit! Néanmoins, ils ont été élus... par ceux qui sont dans la rue. Ami, réfléchis avant de glisser ton bulletin dans l'urne! "Tout flatteur vit au dépend de....

Signaler un abus