logo_zoom

Gershwin au 51e festival de la Chaise-Dieu

Date : 13/04/2017 | Mise à jour : 16/04/2017 11:31
Partager



Gérard Roche, sénateur de Haute-Loire, président du festival et Julien Caron, son directeur, ont présenté l’affiche du 51e festival de la Chaise-Dieu, le 6 avril dernier. Si certains éléments du programme font partie du répertoire traditionnel, des nouveautés - que ce soit dans la sélection des œuvres ou dans le choix des instruments, des compositeurs et des chefs d’orchestre - viendront agrémenter la prochaine édition.

La présentation du prochain festival casadéen s'est déroulée à l'auditorium Cziffra de la Chaise-Dieu, devant un public d'unte centaine de personnes. « Nous voulons profiter de l’enthousiasme suscité par  le 50e anniversaire » a déclaré Gérard Roche dans son discours d’ouverture, avant de laisser la parole à Julien Caron pour la présentation du déroulement, ponctuée par des extraits à la harpe, interprétés par la jeune virtuose Agnès Clément.

Des classiques de la musique sacrée


C’est le « fonds de commerce » du festival, les auditeurs pourront redécouvrir La Passion selon Saint-Jean et le Requiem de Verdi qui seront donnés dans l’abbatiale, mais aussi des compositions contemporaines, comme le cycle des Vingt Regards sur l’Enfant Jésus du compositeur Olivier Messiaen.
Mais la manifestation ne se limite pas aux seules œuvres à caractère religieux, d'autres comme par exemple les Concertos brandebourgeois de Bach, ou les Suites de Telemann, ont un caractère baroque.

Une diffusion plus large et accessible à tous


Comme l’an passé, des concerts se dérouleront à l’extérieur de la Chaise-Dieu, dans la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay, l’église Saint-Jean d’Ambert, la collégiale Saint-Georges à Saint-Paulien, la basilique Saint-Julien de Brioude, ou encore au cloître de l’abbaye et l’église Saint-André de Lavaudieu. D’autres, en accès libre, seront donnés en plein air, comme au jardin Henri-Vinay du Puy, au château Chavaniac-Lafayette, place du Fer-à-Cheval à Lavoûte-Chilhac et au kiosque à musique d’Ambert.

Des nouveautés


« J’ai voulu mettre en avant des portraits de femmes » déclare Julien Caron, à propos des concerts d’ouverture et de clôture, le premier étant consacré à Marie-Madeleine (Marie-Madeleine aux pieds du Christ, d’Antonio Caldara) et le second à Sainte-Cécile, patronne des musiciens (Ode à Sainte-Cécile de Georges Bizet). Le clavecin, construit par le facteur Frédéric Bertrand (Haute-Loire) et acquis lors du 50e festival, sera à l’honneur dans plusieurs concerts donnés dans l’auditorium Cziffra de la Chaise-Dieu.
Cette 51e édition sera aussi l’occasion de rendre hommage au compositeur Georg Philipp Telemann, à l’occasion du 250e anniversaire de sa mort.
Un des clous de cette saison sera la venue du chef Marc Minkowski et de ses Musiciens du Louvre pour deux représentations de La Passion selon Saint-Jean, avec chœur de soliste.
Enfin, des pièces inédites comme la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorák et Rhapsody in Blue de Gershwin.
 
Au travers de cette programmation, Julien Caron a voulu mettre en avant les valeurs du Festival de la Chaise-Dieu, « l’excellence, le partage et l’ouverture.»


N.S

 
Partager

Vous aimerez aussi

Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...