Frappes en Syrie: rassemblement pour la paix à Saint-Étienne sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Frappes en Syrie: rassemblement pour la paix à Saint-Étienne

Date : 16/04/2018
Partager

Mouvement de la paix Loire, Attac Loire-sud et Pax-Christi Saint-Étienne appellent à un rassemblement pour "protester contre les frappes françaises en Syrie et demander une solution politique négociée".

"Nous condamnons les frappes militaires exécutées contre la Syrie par la France, les USA et la Grande-Bretagne. Ces frappes sont illégales car contrevenant à l’article 42 de la Charte des Nations Unies qui attribue cette responsabilité au Conseil de Sécurité.

Nous condamnons toute utilisation d'armes chimiques. Nous avons agi pour l’adoption du Traité d’interdiction des armes chimiques et demandons son application ainsi que la destruction de la totalité des stocks. Nous rappelons le précédent de la guerre en Irak où Colin Powell a menti à la tribune de l’ONU concernant l’existence d’armes nucléaires en Irak. Aussi,nous réitèrons notre exigence d’une enquête de l’OIAC et de l’ONU. En efet, il n’est pas possible de se satisfaire des termes actuellement utilisés parlant « d’hypothèses », « d’attribution probable », ou autres termes imprécis pour tenter de justifer des actions militaires dramatiques. Si, comme ils l’afrment, la France, les USA et la Grande-Bretagne connaissaient la persistance, malgré les décisions d’élimination totale, de lieux militaires et technologiques en Syrie concernant les armes chimiques, pourquoi cette existence n’a pas été révélée au monde plus tôt ? Pourquoi n’y a-t-il eu aucune démarche au cours des semaines passées pour exiger l’inspection sur place et la destruction des productions?

Nous soulignons la gravité que constitue la banalisation progressive de telles frappes contraires au droit international. Ce type de pratiques, par lesquelles les principales puissances militaires de l’OTAN s’arrogent illégalement le droit d’interventions militaires contre un Etat, telles que récemment les frappes de la Turquie sur Afrin (région du Rojava en Syrie du Nord) ne peuvent que fragiliser la sécurité internationale et la paix, et favoriser le développement de telles pratiques. Par ailleurs, les crimes efectués par les snipers de l’armée israélienne contre des civils manifestant pacifquement à Gaza s’inscrivent dans cette logique et sont tout aussi condamnables. En Syrie, ces frappes n’apportent aucune solution pour la paix et pour une transition démocratique en Syrie. Contrairement à ce qu’afrme le président de la République, il n’y a pas eu d’initiatives politiques majeures et déterminantes de la France ces dernières semaines pour une solution politique en Syrie, alors que l’afaiblissement de Daesh appelle plus que jamais de telles propositions.

Face à l’urgence, nous demandons au président de la République et au Gouvernement:

-d’oeuvrer à l’arrêt total des bombardements et des combats et pour un cessez-le-feu durable
-d’oeuvrer au respect du droit humanitaire par l’ensemble des parties prenantes
-d’oeuvrer à une solution politique à travers un processus de négociations impliquant tous les acteurs concernés (en dehors de Daesh et de ses afliés), sous l’égide de l’ONU, en s’inspirant des documents et des processus qui ont déjà permis l’unanimité des Etats membres du Conseil de Sécurité comme les résolutions 2254 adoptée en décembre 2015 et 2401 du 25 février 2018 qui réafrmaient l’urgence d’une solution politique
-d’oeuvrer à une transition démocratique permettant au peuple syrien et à lui seul de décider de ses afaires".

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteAnonyme le 17 avril 2018 - 20h50
Faire un parallèle entre ce qui se passe en Syrie (500 000 morts en quatre ans) et ce qui se passe à Gaza (7500 morts depuis 2000) relève d'une extrême malhonnêteté intellectuelle. Sans tomber dans la concurrence victimaire - ce qu'essayent de faire les instigateurs de ce rassemblement - , il faut savoir replacer les choses dans leur contexte et avoir des ordres de grandeur. Le drame de la Syrie, comme de la Palestine d'ailleurs, c'est son instrumentalisation par de faux amis cyniques.

Signaler un abus