Festival de l’arbre creux : le défi de l’organisation sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Festival de l’arbre creux : le défi de l’organisation

Date : 26/07/2020 | Mise à jour : 27/07/2020 06:42
Partager

Grace à des mesures spécifiques, le festival de l’arbre creux aux Planchas à Laussonne a pu être maintenu. Mais les organisateurs ont dû faire face à de nombreuses contraintes pour assurer la sécurité de tous. Pour sa 6ème édition, le festival a pu ouvrir ses portes car il ne dépassait pas la barre des 5000 participants et qu’il se déroulait en plein air.

Mais à 5 heures de l’ouverture, les organisateurs ont dû faire face à une nouvelle de taille : la préfecture leur communique que toutes les personnes présentes devront porter un masque. Après les avoir prévenus sur les réseaux sociaux, les festivaliers ont joué le jeu et ont pris leur masque sous peine de se voir refuser l’accès.

Pourquoi avez vous maintenu le festival ?

Pour la présidente de l’association, Florine Guillot : “C’est tout d’abord une décision courageuse, je pense qu’on est courageux, qu’on est une équipe solide, capable de prendre des décisions raisonnables et raisonnées. On savait qu’on pouvait mettre en place des mesures pour assurer la sécurité de chacun. A chaque fois qu’on s’est retrouvé face à des défis, on a réussi à prendre une décision collégiale et à chaque fois ça nous a fait grandir

Après le décès du fondateur du festival, il a fallu se poser la question : On continue ? Et à ce moment on a pris la décision de continuer et on a réfléchi à comment continuer tous ensemble. On a aussi eu une édition avec un épisode de grêle pendant deux heures quelques heures avant le début du festival et on a ouvert quand même. A chaque fois, ce qui nous a décidé à ouvrir c’est le soutien sans faille de notre public. Nous avons la chance d’avoir des festivaliers qui nous encouragent et nous soutiennent.”

Maintenir la culture en Haute-Loire

La deuxième raison évoquée par l’organisatrice est celui de l’importance des événements qui permettent d'accéder à la culture mais aussi pour soutenir ceux qui en sont les acteurs. “ C’est une année compliquée pour les artistes et pour les artisans qu’on accueille sur notre petit marché, une année compliquée pour la culture en France et en Haute-Loire. Nous c’est ce qu’on défend, l’accès à la culture est dans notre ADN on se l’est toujours dit.”

Toute l’énergie des bénévoles nous portait pour réaliser le projet, la seule chose qui nous faisait hésiter c’était le délai de 2 mois pour mettre en place tout le nécessaire et cela malgré le flou dans lequel tout le monde se trouvait.

Quelles mesures ont été prises ?


“On a baissé de moitié le nombre de places disponibles pour assurer la distanciation sociale, on a tout organisé en fonction de la distanciation. On a adapté les équipements, des manges debout pour éviter les grandes tablées, on a mis en place une équipe plus costaud à la buvette pour qu’il y aie moins d’attente et donc moins de regroupement. On a repensé toutes nos animations pour éviter les interactions physiques ( pas de maquillage par exemple) et mis en place beaucoup d’animations d’observation avec une scène ouverte notamment. On a mis du gel hydro-alcoolique à disposition de partout , un sens de circulation....”

Il y a quelques heures, quand on a appris qu’il fallait des masques pour tout le monde , on en a mis à disposition à la billetterie, mais les gens avaient joué le jeu et déjà pris le leur.

Vous n’avez pas peur d’éventuelles conséquences d’un tel événement ?



Non pas vraiment, ça nous fait pas peur car on compte sur notre public et on pense qu’il est assez responsable. Avec toutes les mesures que l’on a mis en place pour assurer la sécurité de chacun on est assez serein .”

Au sein du festival, le public jouait le jeu pour la plus part d'entre eux. Pour Simon, 21 ans du Puy en Velay c'était " Mes premiers concerts depuis bien longtemps, j'avais des places pour des concerts mais ils ont étés annulés avec le confinement " " Ca fait vraiment du bien de pouvoir réecouter de la musique en live comme ça et profiteur de la bonne ambiance du festival. Les derniers mois ont pas toujours étés joyeux..." " On fait la fête mais on reste prudent, on essaie au maximum d'éviter les contacts. "


L.B.

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...

Soyez le premier à émettre un commentaire