Festival de La Chaise-Dieu : 22% des ressources viennent du mécénat privé sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Festival de La Chaise-Dieu : 22% des ressources viennent du mécénat privé

Date : 15/05/2017 | Mise à jour : 15/05/2017 15:35
Partager

Exemple avec le mécénat de la Fondation d’Entreprise Michelin qui permet à ses salariés d'assister aux représentations, développe le chantier de rénovation du Projet Chaise-Dieu et contribue à l'équilibre financier du festival.

De loin le plus gros festival de Haute-Loire

25 000 spectateurs ont participé au 50ème Festival de la Chaise-Dieu l'été dernier (dont 5 000 sur des événements gratuits), sur une période de 13 jours.
Ils étaient 20 000 sur 9 jours en 2015
Et 23 000 sur 12 jours en 2014.

C’est à l’auditorium Cziffra, ce jeudi 11 mai 2017, qu’a été signée une convention de partenariat entre le Festival de la Chaise-Dieu, le Syndicat mixte chargé des travaux de rénovation du Projet Chaise-Dieu et la Fondation d’Entreprise Michelin. Convention signée en présence de Jean-Pierre Marcon, président du Syndicat Mixte, de Gérard Roche, président du festival, de Julien Caron, son directeur, d’élus locaux et de représentants de la société Michelin.

Un double engagement

La Fondation d’Entreprise Michelin apporte un double soutien au rayonnement culturel de La Chaise-Dieu. D’une part, par une aide accordée au Syndicat Mixte du Projet Chaise-Dieu, dans la création d’un espace de médiation relatif aux tapisseries, qui se situera à l’entrée de la chapelle Notre-Dame du collège, où elles seront exposées à partir de 2018, puis d’une exposition d’un fac-similé de la danse macabre. Et d’autre, par la signature d’une convention biennale de mécénat avec le Festival de La Chaise-Dieu.

Une grosse organisation

1 300 artistes venus du monde entier, 150 bénévoles, une douzaine de saisonniers et de techniciens intermittents ainsi que l’équipe permanente de 7 personnes ont œuvré, tout au long de l'édition 2016 pour fêter les 50 ans du festival.

Un accès privilégié pour les salariés de l’entreprise

Anne Teffo, déléguée générale adjointe de la Fondation d’entreprises Michelin, y trouve un double intérêt : tout d'abord, « cette convention entre parfaitement dans les critères définis par la fondation d’entreprise pour le mécénat, à savoir l’intérêt culturel et patrimonial, dans le cadre d’une relation de construction d’un partenariat qui s’inscrit dans la durée, d’où notre engagement biennal ». Par ailleurs, « c’est aussi le moyen de faciliter l’accès à la culture pour les salariés de l’entreprise ».
Non seulement ce type de convention portant sur le mécénat du festival apporte un complément indispensable à la réalisation du projet Chaise-Dieu, mais il est indispensable pour aider celui-ci à atteindre l’équilibre financier. Les ressources du festival en 2016 s'appuyaient essentiellement sur les recettes propres (42%), les subventions publiques (36%) et le mécénat privé (22% incluant les partenariats).

Dans son discours de conclusion, Gérard Roche a souligné l’importance du soutien de la culture dans une société en perte de repères.


N.S.

 

Lire aussi  :
>  Gershwin au 51e festival de La Chaise-Dieu 13/04/2017
>  Festival de La Chaise-Dieu : un budget tendu mais équilibré 14/02/2017
> A quoi ressemble une soirée au festival de La Chaise-Dieu ? 22/08/2016

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...