Etat d'urgence : qu'ont voté nos députés ? sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Etat d'urgence : qu'ont voté nos députés ?

Date : 17/02/2016
Partager

Le vote sur le prolongement de l'état d'urgence s'est tenu ce mardi à l'assemblée nationale. En première lecture, ce principe a été adopté avec 246 votants et 212 voix pour l'adoption(31 contre). Mais qu'ont voté nos députés Jean-Pierre Vigier et Laurent Wauquiez ?

Le député-maiure de Lavoûte Chilhac a voté pour, comme 89 autres députés de son parti parmi les 196 membres. Mais on ne compte qu'une seule voix contre, et une abstention...
Tout simplement car ce scrutin s'est de nouveau démarqué par un affligeant absentéisme : sur les 574 sièges que compte l'hémicycle, 328 étaient encore vides ce mercredi... Parmi les absents, on note donc le Président de région Laurent Wauquiez.

Peut-on lever l'état d'urgence fin mai avec l'Euro de foot qui se profile à l'horizon ?

Les députés ont donc adopté en début de soirée la prolongation de l'état d'urgence de trois mois, jusqu'au 26 mai prochain. En ouvrant les débats, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a défendu le bilan de l'état d'urgence face aux critiques, citant les 3.379 perquisitions administratives depuis les attentats du 13 novembre, qui «ont pour effet de désorganiser les réseaux qui arment et financent le terrorisme, en particulier à travers les trafics d'armes et de stupéfiants». Le ministre a souligné que la menace est «plus élevée que jamais», et que «l'état d'urgence n'est pas contraire à l'état de droit».
Mais les députés s'interrogent aussi sur la compatibilité d'une fin de l'état d'urgence, fin mai, avec l'organisation par la France du championnat d'Europe de football entre le 10 juin et le 10 juillet 2016. La question n'a pas trouvé de réponse.

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteSR le 17 février 2016 - 19h03
entre les "absents" ; ceux qui votent pour on ne sait quelle raison idéologique quelle est la valeur de ce vote. Les raisons idéologiques uniquement vouées aux restrictions de libertés suite aux contrôles, aux assignations en résidence sont discutables. On l'a vu avec l'assigné à Brioude. Quand on n'a rien à se reprocher craint-on les contrôles ? Quelles seront les réactions si un attentat se produit alors que l'état d'urgence est allégé ?

Signaler un abus

img_journalisteR le 17 février 2016 - 18h40
En voyant sur la chaîne parlementaire ( la 13 sur la TNT) les débats sur cette loi où il y a tant de choses à dire, j'étais consterné par le faible nombre de députés présents. On ne peut pas courir plusieurs lièvres à la fois; le département,la région et le pays. À mes yeux, la solution qui s'impose est le non cumul des mandats. J'espère que le prochain président de la république l'imposera. Pourquoi pas par référendum?

Signaler un abus