Eboulement d'Alleyras : la CGT de Haute-Loire exige une reprise des travaux immédiate sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Eboulement d'Alleyras : la CGT de Haute-Loire exige une reprise des travaux immédiate

Date : 07/09/2015
Partager

C'est un dossier très sensible où chacun se renvoyait la balle, mais les travaux de déblaiement sont imminents suite aux éboulements survenus à Alleyras sur la Route départementale 40 et la voie ferrée. Ce jeudi, un calendrier a été annoncé. La CGT Cheminots de Haute-Loire ne s'en contente pas et dénonce "l'incompétence de ces technocrates".

Réunis en préfecture du Puy-en-Velay ce jeudi après-midi, les divers acteurs de ce dossier ont annoncé un calendrier : les travaux devraient bien être entrepris début octobre et la route devrait rouvrir vers le 11 novembre, et la voie ferrée à la mi-décembre. Les dates sont approximatives en raison de l'instabilité du terrain. Car on n'est pas à l'abri d'un nouvel éboulement.
Quant au coût total de l'opération, il devrait osciller entre 150 000 et 170 000 euros. Le Département et le propriétaire du terrain, WWF, en prennent chacun 47% en charge, et la Sncf 6 %.


Dix mois et demi sans train

Dans un communiqué de presse adressé à notre rédaction, la CGT Cheminots de Haute-Loire dénonce une fermeture de ligne entre Langeac et langogne de dix mois et demi (huit mois suite à l'éboulement, plus la période de fermeture due aux travaux et au déraillement à Rauret).
Pour le syndicat, l'incident "n'aurait pas été traité de la même façon sur Paris-Lyon-Marseille" et il demande : "sommes-nous des sous-citoyens auvergnats ?". Pour la CGT, "les usagers et habitants des Gorges de l'Allier sont pris en otage par l'incompétence de ces technocrates", estimant qu'une "entreprise de travaux publics aurait eu le temps de raser la montagne depuis le 27 avril".
Enfin, la CGT Cheminots de Haute-Loire  s'inquiète quant à l'avenir de la ligne, déplorant l'absence de "vente de billet de train programmée pour octobre et novembre 2015" et l'absence d'information de la préfecture, de la SNCF et du Conseil Départemental, avant de conclure : "la CGT exige le rétablissement de la ligne et le commencement des travaux en septembre, et non à la mise en place de bus entre Clermont et Nîmes d'ici le 27 septembre 2015".



Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...