Dimanche sans chasse : une trentaine de manifestants au Puy sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Dimanche sans chasse : une trentaine de manifestants au Puy

Date : 09/10/2019 | Mise à jour : 10/10/2019 10:11
Partager

Ils s'étaient donné rendez-vous ce samedi 5 Octobre Place du Clauzel au Puy-en-Velay, afin d’échanger sur "les excès de la chasse". Ils ont demandé "un dimanche sans chasse en Haute-Loire" et ont déposé une gerbe en mémoire aux victimes de la chasse devant la Préfecture, avant de procéder à un appel solennel de quelques victimes de la chasse.

Le Collectif ANIMALISTES 43 ainsi que FNE 43 (France Nature Environnement) et le RAC (Rassemblement pour une France sans Chasse) et l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages) faisaient partie du rassemblement.
Ces associations et Collectif ont profité de cet évènement pour se mobiliser sur deux thèmes prioritaires au niveau départemental.

Stop aux destructions du Renard

Chaque année, plus de 500 000 renards sont tués en France, 4 500 en Haute-Loire. Cette espèce utile et locale est détruite sans aucun argument scientifique et afin de favoriser des espèces gibiers non locales comme le Faisan de Colchide ou d’autres espèces aux abois (perdrix, caille, alouette...). Rappelons que le renard est une espèce utile, un véritable allié pour les agriculteurs, car même sous la neige, le renard est un prédateur efficace des rongeurs, il peut consommer entre 3 000 et 8 000 rongeurs par an.

Ne plus utiliser de bromadiolone contre les campagnols

La bromadiolone, poison radical utilisé pour lutter contre la prolifération du campagnol terrestre (appelé aussi rat taupier) dans les pâturages depuis des lustres, ne règle rien sur le fond. Pire, son usage est mortel également pour la faune prédatrice de ces ravageurs, les rapaces particulièrement.
De plus c’est un animal dit sanitaire, il procède à « l’élimination des animaux faibles, malades ou morts, évitant pullulations et épidémies. Il contribue ainsi largement à limiter la propagation de la maladie de Lyme ; d'une part grâce au prélèvement naturel, mais aussi en limitant les déplacements des rongeurs qui ainsi ramassent moins de tiques.

Dimanche sans chasse en Haute Loire

C'est l'autre revendication des manifestants. Les chasseurs du département représentent environ 2,6% de la population et officiellement peuvent chasser 5 jours sur 7, il serait tout à fait normal et équitable de proposer le Dimanche comme un jour non chassable. C’est une véritable demande des Altiligériens, Le Collectif ANIMALISTES 43 a recueilli plus de 21 000 signatures et lors de cette matinée en l’espace de 2 heures, 50 signatures supplémentaires (voici le lien de la pétition en ligne).
Pendant cette matinée, nombre de témoignages de personnes qui ont été mal à l’aise en contact avec des chasseurs lors de leurs sorties, nous rappelons que la chasse est le seul loisir qui utilise des armes à feu en milieu ouvert, c’est une activité dangereuse qui met en danger non seulement ses pratiquants mais aussi toutes les personnes qui se trouvent à proximité.

Une gerbe en mémoire aux victimes de la chasse

Vers 11 h30, ils ont déposé une gerbe en mémoire aux victimes de la chasse devant la Préfecture, avant de procéer à un appel solennel de quelques victimes de la chasse.
Pour la région Auvergne-Rhône-Alpes et la saison 2018/2019, 200 infractions à la sécurité ont été relevées, ainsi que 15 accidents dont 1 mortel et 8 graves. Nous en profitons pour rappeler que les accidents mortels d’animaux domestiques ne sont pas compris dans les statistiques.

Dans le même temps, une opération de comptage du cerf avait lieu dans l'Alagnon, opération menée par les fédérations de chasse pour déterminer les politiques de régulation.


- Cette information émane d'un communiqué de presse du collectif animalistes 43 et France Nature Environnement -

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistea le 11 octobre 2019 - 10h58
S' il y avait un contrôle alcootest le matin avant le départ à la chasse, les caisses de l'état se rempliraient rapidement....j'en veux pour preuve ce qui se passe dans ma commune où le vin blanc coulé à flots histoire de s' humidifier le gosier et surtout se rendre plus courageux....le "local chasseur" qui fait surtout fonction de bar, est pris d'assaut dès la lueur du jour et les viandards e'etonne de ne rien tuer...pas étonnant, ce n'est pas à 9h du matin que l'on va sur le terrain..

Signaler un abus

img_journalisteM le 10 octobre 2019 - 17h25
Concernant le volet sécuritaire...les chasseurs qui représentent à peine plus de 1 % de la population française s'accaparent tous les espaces naturels et tous les jours de l'année (en jouant sur les appellations "nuisibles") au détriment des 99% de la population (promeneurs, randonneurs, VTTistes, ramasseurs de champignons, naturalistes etc...) qui ne peuvent profiter de ces mêmes espaces en toute sérénité et sans prendre le risque d'une balle perdue....mais parfois pas pour tout le monde

Signaler un abus

img_journalisteM le 10 octobre 2019 - 16h03
Quant à la comparaison de la dangerosité voitures-fusils ou automobilistes-chasseurs, il fallait oser. Une voiture n'est pas une arme destinée à tuer, rien à voir avec un fusil !... Son usage est indispensable à tous...l'usage du fusil ne fait le bonheur que de ceux (et celles) qui ont pour loisir de tuer ... Les automobilistes sont très surveillés...ils subissent régulièrement des contrôles d'alcoolémies ...pourquoi les chasseurs ne seraient pas soumis aux mêmes test ?...

Signaler un abus