D'autres banderoles à la manifestation de samedi au Puy sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

D'autres banderoles à la manifestation de samedi au Puy

Date : 20/11/2020 | Mise à jour : 20/11/2020 12:23
Partager

Le Parti Communiste Français, Génération S, Ensemble ! et Europe Ecologie Les Verts rejoignent la mobilisation contre la loi de Sécurité Globale, ce samedi 21 novembre à 14h30.

-Photo lors de la manifestation du 10 juin 2020. Crédit Nicolas Defay/Zoomdici.fr-

Les premiers à s'inscrire dans ce mouvement de constestation sont le collectif de Libre Pensée aux côtés d'autres et nombreuses entités. Ce vendredi 20 novembre, le PCF, Génération.S, Ensemble! et l'EELV appellent à participer à la manifestation de samedi 21 novembre à 14H30 devant la préfecture (tout en respectant les gestes barrières). À plusieurs mains, ils ont constitué un communiqué pour expliquer leurs motivations.

"Des milliers de personnes ont manifesté à Paris, Rennes et Lyon contre la proposition de loi de “sécurité globale” mardi 17 novembre à l’appel des organisations syndicales et de défense des droits humains. Cette proposition contient de nombreuses atteintes au droit de la vie privée, à la liberté d’informer, au principe d’égalité et à des principes constitutionnels de légalité des peines et délits. Plusieurs centaines de manifestant.es se sont rassemblé.es mardi 17 novembre aux abords de l’Assemblée nationale pour contester la proposition de loi de “sécurité globale” portée par la majorité et dont l’examen commençait le même jour".

L'article 24 en ligne de mire

Dans sa rédaction actuelle, il prévoit de "pénaliser d’un an de prison et 45 000 euros d’amende la diffusion de « l’image du visage ou tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme en intervention lorsque celle-ci a pour but de porter « atteinte à son intégrité physique ou psychique ".

Une atteinte à la liberté d’informer

"Un avis partagé bien au-delà des frontières. La proposition de loi a valu à Emmanuel Macron un sévère rappel à la loi par le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme de l'ONU : « L’information du public et la publication d’images et d’enregistrements relatifs à des interventions de police sont non seulement essentiels pour le respect du droit à l’information, mais elles sont en outre légitimes dans le cadre du contrôle démocratique des institutions publiques".

"La liberté d’informer n’est pas la seule liberté menacée par cette proposition de loi, qui élargit également la possibilité pour la police d’avoir recours aux caméras piétons (article 21) ou aux caméras « aéroportées », notamment les drones équipés de caméras (article 22)".

Une nouvelle remise en cause de la liberté de manifester

"L’utilisation de caméras et drones permettant la reconnaissance faciale des militant.es lors de manifestations constitue un outil supplémentaire de surveillance généralisée. Autre point d'inquiétude : l’élargissement des missions des agents de sécurité privée, qui se verront confier des missions de service public, tandis que les polices municipales se voient dotées de prérogatives importantes qui relèvent pourtant des missions de l’État. Cet ensemble de dispositions concourt à un processus de privatisation à peine déguisée qui remet en cause les principes d’égalité".

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalistec le 21 novembre 2020 - 12h58
Je suis toujours dubitatif quand je vois les communistes manifester pour les libertés !

Signaler un abus

img_journalisteMp le 21 novembre 2020 - 12h05
Je me demande ce qu'en penserait Poutine...

Signaler un abus

img_journalisteG le 21 novembre 2020 - 09h32
Cette manifestation c'est aussi contre les abus de pouvoir concernant la fermeture de nos écoles, l'acharnement contre nos anciens et les plus pauvres, l'ubérisation des salariés et des paysans, la destruction de l'écologie, le meurtre des abeilles, la conditions des animaux abandonnées.... quand l'information sera contrôlée, il n'y aura plus personnes pour soulever un seul débat vital.

Signaler un abus