Covid : une classe de 1ere fermée à Roche-Arnaud sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Covid : une classe de 1ere fermée à Roche-Arnaud

Date : 13/11/2020 | Mise à jour : 13/11/2020 17:45
Partager

Vendredi 13 novembre, 35 élèves de 1ere, scolarisés au lycée Charles-et-Adrien-Dupuy, ne sont pas venus en cours. Leur classe a du être fermée jeudi soir afin de suivre le protocole sanitaire édicté par l’Agence Régionale de Santé (ARS).

Pour la première fois depuis la rentrée, Philippe Trefelle, proviseur du lycée Charles-et-Adrien Dupuy (appelé également lycée Roche-Arnaud), a dû cloisonner une classe entière de son établissement après la découverte de trois cas positifs dans ce même espace. « Nous avons suivi le protocole sanitaire afin que tous les élèves puissent aller se faire tester dès le lendemain, partage-t-il. Dès l’instant où trois cas positifs sont repérés, qui ne sont pas issus d’une même fratrie et qui suivent les cours dans une même classe, il faut alors procéder à l’éviction de l’ensemble des élèves jusqu’à l’obtention d’un test négatif. » D’après Philippe Trefelle, 35 élèves ont alors rendez-vous dans le centre d’Altilabo ce samedi 14 novembre pour effectuer une analyse PCR.

Les chiffres du rectorat

D’après une communication du rectorat dévoilé vendredi 13 novembre, donnant un bilan jusqu’au jeudi 12 novembre à 13 heures, une seule structure scolaire a été fermée sur les 1 543 répertoriées (publiques et privées sous contrat) en Auvergne. Quatre classes sont été fermées à savoir trois dans le Puy-de-Dôme et une dans l’Allier. Pour actualiser cette information, il faut donc ajouter la classe du lycée Charles-et-Adrien-Dupuy fermée depuis jeudi soir 12 novembre. 384 élèves sur les 221 941 de la région auvergnate ont été décrits comme cas positifs, soit 0,17 %, durant les 7 derniers jours.

Éviter au maximum le brassage

« Pour ceux qui seront négatifs et n’éprouveraient aucun symptôme 48 heures après le test, ils pourront revenir en cours, ajoute le proviseur du lycée. Tous les parents ont été prévenus par l’ARS et par le lycée afin d’être informés de la marche à suivre. Et en effet, c’est la première fois à Roche-Arnaud que toute une classe soit concernée par le protocole. »
S’il est impossible de savoir la source de la contagion, Philippe Trefelle semble avoir instauré toutes les conditions possibles pour minimiser au maximum les brassages. « En général, le point principal du brassage est le self. De notre côté nous avons fait en sorte de tout bétonner sur cet aspect. Nous avons organisé 5 passages au self ce qui nous permet d’avoir seulement 3 élèves par table de 8 ou 2 par table de 6. Il accueille des groupes de 132 élèves par rotation avec une distanciation physique assurée ».

Des purificateurs d’air bientôt installés

Du côté du niveau des élèves, le proviseur a sanctuarisé, en partie, chacun d’entre eux. « On a réorganisé les bâtiments par niveau, livre-t-il. Les secondes ont leurs emplacements et leurs espaces de pauses, comme les premières et les terminales. Toute la zone qui tourne autour des plateaux techniques a été considérée comme un niveau à part entière même s’il regroupe des élèves de seconde, 1ere, terminale et BTS, car c’est un nombre d’éléments à peu près équivalent à un niveau précis. » Néanmoins, la réforme du baccalauréat génère quoi qu’il en soit un brassage d’élève entre les premières et les terminales à cause des spécialités mises en commun.
Philippe Trefelle admet attendre avec impatience les purificateurs d’air qui seront installés sous peu. « D’après les experts sur le sujet, ils sont extrêmement efficaces et filtreraient 99,5 % de particules », espère-t-il.

Nicolas Defay


Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteT le 14 novembre 2020 - 18h42
Et oui le virus circule plus à l école qu à l extérieur...aucun cas positif signale suite à la manif de samedi 6 nov...

Signaler un abus

img_journalistebb le 14 novembre 2020 - 09h51
Seulement 0,17%, de cas positifs sur l'ensemble du rectorat, voila un chiffre qui détonne par rapport à l'alarmisme généralisé! Les mesures sanitaires sont donc efficaces, pourquoi ce chiffre ne fait pas l'objet d'un titre à lui tout seul? Décidément les nouvelles apaisantes n'ont pas bonne presse...

Signaler un abus

img_journalisteR le 13 novembre 2020 - 22h30
Quel proviseur exemplaire !

Signaler un abus