Contrats aidés: la Ville de Saint-Etienne ne peut pas tous les financer sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Contrats aidés: la Ville de Saint-Etienne ne peut pas tous les financer

Date : 08/03/2018 | Mise à jour : 09/03/2018 19:13
Partager

Environ 200 contrats aidés ne pourront pas être financés par la municipalité stéphanoise car ils ne sont pas éligibles aux nouvelles modalités des Parcours emploi compétences (PEC), les nouveaux emplois aidés du gouvernement. L'opposition LREM "dénonce cette décision irrésponsable".

D’après le maire LR de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, il faudrait que la ville débourse 3 millions d’euros par an pour financer les 200 contrats aidés supprimés ou qui le seront prochainement dans les associations, amicales laïques, et structures administratives de la ville. Mais le maire refuse d’augmenter les impôts comme il s’en était engagé au début de son mandat.

Transformation des contrats aidés (CUI-CAE) en Parcours emploi compétences (PEC)

Le PEC vise à insérer durablement les personnes les plus éloignées de l’emploi. "Une attention particulière est accordée à certains publics tels que les travailleurs handicapés ou les résidents des quartiers prioritaires de la ville", précise sur son site le ministère du Travail. Quoi qu’il en soit, l’orientation d’une personne vers un PEC est prescrite sur la base d’un diagnostic réalisé par un conseiller du service public de l’emploi (Pôle Emploi, missions locales et organismes de placement spécialisés dans l’insertion professionnelle des personnes handicapées tels que les Cap emploi). L’une des grandes nouveautés de la réforme est la sélection des employeurs. Cette dernière sera plus exigeante et les entreprises du secteur privé ne pourront pas avoir recours aux nouveaux Parcours emploi compétences. Le suivi est l’un des points forts de ce nouveau Parcours emploi compétences. Ce dernier sera en effet renforcé par rapport aux contrats aidés. Dans le cadre du Parcours emploi compétences, le montant de l’aide accordée aux employeurs, exprimé en pourcentage du Smic brut, pourra être modulé entre 30 % et 60 %, dans la limite des enveloppes financières. Le taux de prise en charge est fixé par arrêté du préfet de région.

Dans un communiqué, le groupe Saint-Etienne En Marche "dénonce la décision irresponsable du maire de supprimer 200 emplois aidés à Saint-Etienne, y compris les 43 postes affectés à la sécurité à la sortie des écoles". Et de défendre les PEC: " Le nouveau système d'aides accordées par l'Etat permettrait tout à fait de maintenir ces emplois si la Ville voulait bien y prendre sa part : se défausser de ses responsabilités sur les autres reste décidément une caractéristique permanente de cette municipalité. Cette décision est d'autant plus inadmissible que M. Perdriau vient de décider dans le budget 2018 de 3,5 millions de recettes supplémentaires ponctionnées sur le stationnement (augmentation du nombre de places, contraventions très fortement augmentées). Il économisera aussi 1,5 million suite au retour à la semaine de 4 jours. Soit 5 millions de marges de manœuvre budgétaires".

 
Partager

Vous aimerez aussi



Commentez

Aucun commentaire pour cette actualité...