Collège du Monastier : dialogue de sourds sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Collège du Monastier : dialogue de sourds

Date : 09/07/2019
Partager

Depuis déjà quelques semaines, les professeurs et les parents d'élèves du collège public Laurent Eynac au Monastier-sur-Gazeille dénoncent une rentrée 2019 qui, selon eux, ne permettrait pas de conserver des conditions d'enseignement correctes et d’accompagner au mieux les élèves. L’inspection d’académie, elle, répète qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Ce mardi 9 juillet 2019, les représentants des parents d'élèves du collège Laurent Eynac ont émis ce communiqué :

« Après deux rencontres avec des responsables de l'inspection académique qui n'ont pas donné les résultats escomptés, le 8 juillet, professeurs et parents d'élèves ont rencontré la députée Isabelle Valentin au Puy-en-Velay.
Le groupe a exposé la situation : des classes de 6ème et de 4ème, qui, à la rentrée 2019, vont dépasser le seuil de l'inspection académique fixé à 30 élèves ; un seuil qui devrait normalement déclencher l'ouverture de classes ou bien l'affectation de moyens supplémentaires en vue de procéder à des dédoublements de classes.
Le collège Laurent Eynac compte à ce jour 62 élèves inscrits en 6ème (répartis en 2 classes), de même en 4ème avec 61 inscrits. Le seuil est donc atteint et même dépassé. Mais du côté de l'inspection académique, non seulement on ne dispose pas des mêmes chiffres mais en plus, on ne semble pas disposer à affecter des moyens supplémentaires pour alléger ces effectifs.
Selon les parents d'élèves et les professeurs, ces effectifs au-delà du seuil nuiront malheureusement à la qualité de l'enseignement et risquent d'empêcher de répondre aux exigences de la loi de 2005 sur le handicap ; « Enseigner dans une classe de 31 élèves qui de surcroît accueille des élèves en ITEP (Institut Thérapeutique Éducatif Pédagogique), en MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) et plusieurs en PAP (Plan d'Accompagnement Personnalisé) est très compliqué ! » s'alarme une enseignante. La colère est d'autant plus grande que le collège Laurent Eynac se place sur le podium du classement départemental dévoilé par le magazine L'Etudiant pour 2019 !
Parents d'élèves et enseignants dénoncent également des refus de dérogation demandée par plusieurs familles pour intégrer le collège L.Eynac. Des refus qui pourraient être interprétés comme une volonté de contenir les effectifs du collège...
Notons également que certaines classes (technologie, sciences…) ne permettent pas d'accueillir 31 élèves.
Alors que d'importants investissements du Département sont prévus pour ce collège, les parents et le personnel enseignant s'interrogent sur les réelles ambitions de l'inspection académique et plus largement de l'Education Nationale à l'égard des petits collèges ruraux. Ont-ils l'intention de les voir disparaître, à l'image de bien d'autres services en milieu rural ?
Les représentants du collège Laurent Eynac espèrent que leurs revendications seront entendues et que des moyens seront débloqués rapidement pour que l'année scolaire 2019-2020 se déroule dans de bonnes conditions. »

Ce à quoi, sur notre sollicitation, l’Inspecteur d’Académie Jean-Williams Semeraro a répondu ceci :

« Depuis plusieurs mois l’inspection académique travaille en grande proximité avec les chefs d’établissement du département et le Rectorat, afin d’allouer les moyens nécessaires et indispensables à une bonne qualité des apprentissages des collégiens et des lycéens. Ce travail demande une grande précision tant sur l’affectation des élèves des secteurs de recrutement des établissements que des dérogations légitimes sur un plan réglementaire. Cette démarche s’inscrit pleinement dans la préservation des territoires et l’ancrage de ces établissements indispensables au maintien d’un service public de proximité, tout en tenant compte des moyens alloués départementalement, permettant au-delà d’une égalité de traitement, une réelle équité sur l’ensemble de la Haute-Loire.
Une première phase d’ajustement a donné lieu dès le mois de juin à des ouvertures de divisions dans des établissements où les effectifs étaient stabilisés. Une deuxième phase a commencé le 5 juillet et se terminera le 12 juillet, et au-delà des nombreuses audiences et interventions qui ont permis d’établir un dialogue constructif avec l’ensemble de la communauté éducative, les principaux des collèges concernés ont tous été reçus par la direction académique afin de poursuivre le travail d’ajustement.
Le collège du Monastier s’est inscrit dans ce travail comme d’autres. D’ores et déjà ses effectifs font l’objet d’une grande attention des services départementaux et académiques, puisqu’à la rentrée dernière, le constat d’élèves était inférieur aux prévisions et aurait dû conduire à une fermeture de classe. Dans le contexte, tous les élèves relevant de dispositifs de la loi sur le handicap de 2005, pourront bénéficier d’un accueil adapté à leurs besoins. De même, tous les autres collégiens auront à disposition des moyens indispensables et suffisants pour les conduire à la réussite de leur parcours.
A ce jour, je souhaite rassurer l’ensemble de la communauté éducative, enseignants, parents et élus, qui jusqu’à présent nous a toujours accordé sa confiance. »
 
Madame Lloanci, principale du collège, a été reçue mardi par l’inspecteur d’académie qui précise qu’elle « s’inscrit comme ses autres collègues concernés par des effectifs fluctuants, dans ce travail d’expertise des territoires et accorde sa confiance aux services départementaux et académiques de l’éducation nationale. »


> Lire aussi : Les collèges ruraux préparent leur défense (Saugues, Blesle et La Chaise-Dieu) Date : 04/06/2019







Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteM le 10 juillet 2019 - 07h52
Monsieur l'inspecteur est très fort pour faire des discours et noyer le poisson. Mais ce que veulent les parents d'élèves (à juste raison inquiets), les élèves, les professeurs (qui voient leurs conditions de travail dégradées) ce sont des actes avec l'ouverture d'une classe en 6ème et en 4ème. Le gouvernement sait que la qualité de l'enseignement dépend du nombre d'élèves par classe puisqu'en banlieue parisienne, il a limité les effectifs de classe en CP pour l'apprentissage de la lecture

Signaler un abus